COP24 : minimum syndical

La COP24 s'est achevée avec l'adoption tant attendue des règles d'application de l'accord de Paris sur le climat. Pourtant, ces quinze jours de discussions dégagent une impression d'inachevé, tant l'urgence climatique tranche avec le manque d'ambition des parties.

© JanekSkarzynski/AFP

La COP24 s'est achevée avec l'adoption tant attendue des règles d'application de l'accord de Paris sur le climat. Pourtant, ces quinze jours de discussions dégagent une impression d'inachevé, tant l'urgence climatique tranche avec le manque d'ambition des parties.

« Le principal mérite de l’accord de Katowice, c’est qu’il existe, malgré un contexte international difficile. Mais il est clair que la lutte contre le changement climatique ne va ni assez vite ni assez loin. » Cinglante, la sortie de Laurent Fabius, ancien président de la COP21, résume à merveille ce qu'a été la 24e conférence des parties, qui s'est tenue entre les 2 et 15 décembre derniers dans la ville de Katowice, en pleine région carbonifère de Pologne.

Il est vrai que la situation géopolitique n'incitait en rien à l'optimisme. Cours du brut qui repart à la baisse, production de schiste américain au plus haut, climatosceptisme en vogue… Bien des éléments bloquants semblaient s'accumuler depuis plusieurs mois, au point de considérer comme une victoire le seul fait d'avoir évité le fiasco d'une non-signature. Mais peut-on seulement parler d'autre chose après trois ans de préparation ? Dans son dernier rapport spécial du mois d'octobre, le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pressait les dirigeants mondiaux de prendre de toute urgence des mesures permettant de renforcer l'objectif fixé à Paris il y a trois ans, à savoir limiter le réchauffement climatique à deux degrés. Face à l'alarmisme des experts, la seule réponse que le quatuor États-Unis-Russie-Arabie saoudite-Koweït a bien voulu valider a été d'accueillir « favorablement » les conclusions du Giec, « invitant » simplement les États à en tenir compte, sans autre recommandation supplémentaire. Une réponse bien maigre par rapport au fossé mis en avant par le Giec entre les conséquences d'un réchauffement mondial de deux degrés et un demi degré d'effort supplémentaire. Quant au prix du carbone, il est de nouveau le grand oublié des négociations. Pour rappel, au rythme actuel, les émissions mondiales de CO2 suivent une trajectoire conduisant à une hausse de 3,2°C d'ici à 2100 par rapport à l'époque préindustrielle.

Cette grand-messe aura donc rempli son objectif prioritaire, à savoir faire tomber d'accord 196 pays sur les règles d'application de l'accord de Paris, détaillées dans les 130 pages d'un rulebook établissant les modalités de suivi des actions nationales et permettant sa mise en oeuvre effective en 2020. Le texte fixe notamment des règles concernant les engagements des États en matière d'atténuation et d'adaptation au changement climatique. Concernant le soutien financier, les pays développés se sont engagés à porter à 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 les financements (publics et privés) des politiques climatiques des pays en développement. La Banque mondiale a également annoncé la mobilisation d’environ 200 milliards de dollars sur la période 2021-2025 pour aider ces pays, soit un « doublement » par rapport à la période précédente. Si les apparences sont sauves, un arrière-goût d'inachevé reste tout de même tenace chez les observateurs. Pour espérer mieux, les regards sont maintenants tournés vers le sommet spécial sur le climat convoqué par le secrétaire général des Nations unies en septembre 2019, puis vers la COP25 qui se déroulera au Chili en décembre 2019.

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Le multi-family office Allure Finance a annoncé l’arrivée d’Ombline du PLESSIS de GRENEDAN, en charge du développement du pôle immobilier.

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

B. Pédoussaut (Sonepar)  : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

B. Pédoussaut (Sonepar) : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte