Cookies publicitaires : Le Figaro épinglé par la Cnil

Cookies publicitaires : Le Figaro épinglé par la Cnil
Siège du journal Le Figaro à Paris.

La Cnil a prononcé une amende de 50 000 euros à l’encontre de la société du Figaro en raison du dépôt de cookies publicitaires à partir du site lefigaro.fr, sans recueil du consentement préalable des internautes.

Les cookies publicitaires n’en finissent pas de donner du fil à retordre à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Alors que le gardien français des données personnelles mettait tout récemment plusieurs sociétés en demeure pour mauvaises pratiques en matière de cookies, il continue de multiplier les contrôles. Saisie d’une plainte, la Cnil en a ainsi effectué plusieurs entre 2020 et 2021 sur le site web d’actualités lefigaro.fr. Ces contrôles ont permis de constater que lorsqu’un utilisateur se rendait sur ce site, des cookies étaient automatiquement déposés sur son ordinateur par des partenaires de la société, sans action de sa part ou malgré son refus. Plusieurs de ces cookies poursuivaient un objectif publicitaire et auraient pourtant dû être soumis au consentement de l’utilisateur.

70 mesures correctives entre 2020 et 2021

Sur la base de ces éléments, la formation restreinte de la Cnil, organe chargé de prononcer les sanctions, a considéré que la société avait manqué à ses obligations car elle ne garantissait pas systématiquement le recueil du consentement des utilisateurs avant le dépôt de cookies publicitaires et le respect de leur refus au dépôt de ces cookies. Elle a ainsi a prononcé une amende de 50 000 euros et a décidé de rendre publique sa décision. Les obligations dont la formation restreinte sanctionne aujourd’hui le non-respect datent d’avant l’entrée en application du RGPD et perdurent dans les nouvelles lignes directrices et la recommandation de la Cnil du 1er octobre 2020.

"La société du Figaro, en tant qu’éditrice du site web lefigaro.fr, a une part de responsabilité dans le respect de la législation sur les cookies (article 82 de la loi Informatique et Libertés) par ses partenaires déposant des cookies sur son site. Elle doit notamment s’assurer qu’ils ne déposent pas des cookies soumis au consentement avant que les utilisateurs aient fait le choix d’accepter ou de refuser. Elle doit également s’assurer qu’ils respectent le refus exprimé par ces derniers", déclare la Cnil dans un communiqué. La Cnil considère que le fait que les cookies proviennent de partenaires n’affranchit pas l’éditeur du site de sa propre responsabilité dans la mesure où il a la maîtrise de son site et de ses serveurs. La Cnil a considéré que la responsabilité qui incombe à la société est une obligation de moyens et que la société du Figaro n’y avait pas satisfait."

Malgré la mise en place de plusieurs outils (une plateforme de gestion du consentement, des outils d’identification des cookies déposés malgré un signal de refus ou avant toute action de l’utilisateur), les contrôles de la Cnil ont permis de constater à de multiples reprises que des cookies soumis à consentement étaient déposés avant toute action de l’internaute ou continuaient à être lus malgré son refus. Entre 2020 et 2021, la Cnil a adopté environ 70 mesures correctrices (mises en demeure et sanctions) en lien avec le non-respect de la législation sur les cookies. Dans 60% des cas, il s’agissait d’organismes « étrangers » (société mère en dehors de la France).

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message