Contrôle des concentrations : 29 transactions empêchées en 2020

Contrôle des concentrations : 29 transactions empêchées en 2020
Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence

Les autorités de concurrence nationales et européennes ont bloqué 29 fusions d’entreprises en 2020, 11 de moins qu’en 2019.

Selon le rapport 2021 du cabinet d’avocats Allen & Overy sur les tendances globales en matière de contrôle des concentrations, 9 fusions ont été interdites et 20 ont été abandonnées à la suite de l’intervention des autorités de concurrence à travers le globe en 2020. Cela représente une diminution de 28 % par rapport à l’année précédente. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont chacun empêché 7 de ces transactions, la France seulement 3 dont celle de l’acquisition de Casino par Leclerc et Soditroy. Le montant total des condamnations financières prononcées pour non-respect des règles de concurrence a également chuté : 53 millions d’euros d’amende ont été infligés en 2020, contre près de 145 millions en 2019. La sévérité des régulateurs ne doit cependant pas être remise en cause et la baisse s’explique par l’impact de la pandémie sur le nombre total des transactions de M&A. Les entreprises ont été frileuses face à un contexte économique bouleversé. Les autorités ont donc étudié moins d’opérations susceptibles d’être interdites. 

Deux secteurs sont particulièrement touchés par ces mesures antitrust : celui des sciences de la vie qui représente 22 % des fusions-acquisitions empêchées, ainsi que celui des biens de consommation et de la vente au détail qui en représente 20 %. L’industrie des transports, qui ne constituait que 2 % du total des deals M&A en 2020, a pourtant rassemblé 9 % des interventions des régulateurs. Comme en 2019, les entreprises des technologies, médias et télécommunications (TMT) ont été particulièrement ciblées par les autorités de concurrence. Ces dernières ont mis en œuvre des régulations plus sévères concernant le numérique, en ciblant notamment les acquisitions dites "prédatrices" par l’imposition de seuils de valeur de transactions.

Une collaboration des autorités quoi qu’il en soit

Malgré la baisse globale du volume de transactions interdites ou abandonnées, on constate une augmentation significative du nombre de celles qui l’ont été grâce à une coopération entre juridictions : quatre cas en 2020, contre un seul en 2018 et aucun en 2019. Ces décisions émanant d’agences américaines, prises avec l’appui de la Commission européenne ou des autorités de la concurrence du Royaume-Uni ou de l’Allemagne, sont représentatives d’une tendance à la collaboration. En parallèle, les autorités ont instauré un contrôle plus strict des investissements étrangers afin d’empêcher les acquisitions opportunistes d’actifs nationaux stratégiques.

Quant au nombre d’affaires où des mesures correctives ont été mises en place, il a peu diminué. On relève 137 cas en 2020, soit seulement six de moins qu’en 2019. Là aussi, les institutions antitrust collaborent de plus en plus pour parvenir à des décisions mutuellement compatibles. Ce fut le cas entre la Federal Trade Commission américaine et la Competition and Markets Authority britannique lors de l’acquisition de Wright Medical par Stryker ou avec la Commission européenne dans le dossier Abbvie/Allergan.

Léna Fernandes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Contentieux & Arbitrage 2021-2022

Retrouvez notre dossier issu du Guide Contentieux & Arbitrage 2021-2022.
Sommaire
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message