Ils murmurent à l'oreille des Codir

Pas une décision n'est prise sans leur passer un coup de fil, pas un projet de loi n'émerge sans les consulter. Portraits de ces influenceurs qui murmurent à l'oreille des dirigeants et autres membres de gouvernement.

Pas une décision n'est prise sans leur passer un coup de fil, pas un projet de loi n'émerge sans les consulter. Portraits de ces influenceurs qui murmurent à l'oreille des dirigeants et autres membres de gouvernement.

Questions à : Benoît Serre, visage-star des DRH

Armé de vingt ans à la DRH de grands groupes, membre du bureau national de l’influente Association nationale des DRH (ANDRH), Benoît Serre a rejoint le Boston Consulting Group en tant qu’expert en 2019. À l’heure où il le quitte pour occuper la DRH de L’Oréal France, il se prête au jeu de la prise de recul.

Décideurs. Qu’est-ce qui vous a le plus surpris en intégrant le BCG ?

Benoît Serre. Je m’imaginais une méthodologie assez stricte. Cela m’inquiétait un peu car je ne suis pas le roi du process! En réalité, j’y ai trouvé une grande adaptation aux besoins du client. L’autre très bonne surprise, c’est la force du collectif : pas de consultants stars, le déploiement systématique d’équipes intergénérationnelles... Ce modèle est d’une force incroyable.

Vous-même n’êtes pas un "consultant star"...

Non ! L’expérience opérationnelle que j’ai acquise complète utilement la démarche classique de consulting avec parfois un rôle de  "benchmark vivant".

Comment vivez-vous l’impact de la crise sur les RH dans ce rôle de conseil ?

C’est passionnant de voir les sujets RH passer au premier plan. Mais j’ai aussi ressenti une forme de frustration à ne pas être aux manettes pour aider une organisation à traverser la crise. Aujourd’hui d’ailleurs, j’ai pris la décision de rejoindre un grand groupe. Je sais que la prise de hauteur et de recul que mon parcours au BCG m’a permise me sera précieuse.

"On m’utilise comme une sorte de benchmark vivant !"

De nouveau DRH, qu’attendrez-vous d’un cabinet de conseil ?

Une chose essentiellement : la capacité à comprendre la culture profonde de l’entreprise, son deep state. Tout commence là. La culture d’une entreprise, c’est son code génétique.

                                       

Bruno Mettling : le féru de transformation

Père du droit à la déconnexion, Bruno Mettling a depuis quitté Orange pour fonder Topics, un cabinet au fonctionnement atypique mais au cœur des enjeux actuels. Bruno Mettling ne referme jamais la porte des ministères bien longtemps.Cet ex-chargé des questions financières au ministère du Travail, inspecteur des finances ou encore conseiller social du ministère de l’Économie apporte à nouveau son concours aux réflexions de l’État. Le gouvernement souhaite accompagner le développement des plateformes numériques tout en renforçant les droits des travailleurs indépendants (tels que les chauffeurs VTC ou les livreurs). Il fait appel à Bruno Mettling afin de coordonner une mission qui devrait permettre de structurer le dialogue social. Un challenge à la hauteur de ce diplômé de l’IEP et de la faculté de droit d’Aix-en-Provence qui, après des expériences à La Poste, à la Caisse d’Épargne et au sein du groupe Banque populaire, a été appelé en renfort en 2010 chez France Télécom dans le contexte de crise dû à la vague de suicides. DRH et directeur de la communication, il travaille auprès de Stéphane Richard sur le processus de rénovation sociale du groupe. Après avoir œuvré en tant que PDG de la holding Orange Middle East Africa, il monte en 2018 son propre cabinet de conseil en transformation interne, Topics, "convaincu qu’il n’y a pas de performance économique sans performance sociale". Le sujet du numérique et de la durabilité tiennent une place importante dans cette entreprise qui regroupe une quarantaine d’experts, anciens DRH pour la plupart, et qui ont déjà réalisé plus de 70 missions.

Myriam El Khomri : en mode privé

L'ex-ministre devenue directrice du conseil de la société de courtage Siaci Saint Honoré compte bien continuer d'agir. Même loin de la politique.

Madame Loyale de François Hollande, bouc émissaire des syndicats, bras droit de la poli- tique de la ville d’Anne Hidalgo, etc. : des rôles, celle qui petite se rêvait sur les planches, en a campé plu- sieurs. Mais pour aucun d’eux Myriam El Khomri n’a joué la comédie. "Myriam, explique Bertrand Delanoë, son premier mentor, ne triche pas, ne biaise jamais". Pourtant, après sa défaite en juin 2017 aux élections législatives et l’épisode houleux de la loi Travail, Myriam El Khomri a ressenti le besoin de "[se] relégitimer vis-à-vis des salariés, des syndicats". Et cette reconnaissance, l’ancienne ministre est allée la chercher du côté du privé, en montant son propre cabinet de conseil puis en intégrant la société de courtage Siaci Saint Honoré. Ce besoin de renouvellement et de réinvention ne laisse personne indifférent. À l’image de Christophe Catoir, le président France et Europe du Nord de The Adecco Group, qui salue sa capacité, rare, à concilier conseil et autorité. Il s’agit surtout d’un moyen de se préserver. Pour continuer à être utile, mais autrement.

Marie-Hélène Brissot, Marianne Fougère, Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier RH & Management : les grands stratèges

Leurs professions suscitent autant le fantasme que la crainte. Mais, les chasseurs de têtes et les cabinets de conseil en stratégie et ressources humaines règnent désormais en maîtres sur l’univers RH. Qui sont ces personnalités qui font et défont les comités de direction et murmurent à l’oreille des puissants ?
Sommaire E. Lepoutre (Emeric Lepoutre & Partners) : "L'efficacité dans la discrétion, secret de longévité des patrons" C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper" Chasseurs de têtes : les experts Hymane Ben Aoun, l’orpailleuse du recrutement digital Conseils RH et Management : les bâtisseurs La success story de Matthieu Courtecuisse A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile" É.Beaudouin (Oasys): " “Sois lucide”, voilà mon conseil aux personnes en transition" Raymond Soubie, l'éminence grise
J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe continentale”

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe...

Propulsé en mai dernier au poste de coresponsable de la Banque de financement et d’investissement (BFI) de HSBC Continental Europe à Paris, Jean-Manue...

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte