Conocophillips-Concho : objectif, devenir le roi du pétrole

Afin de faire face à la volatilité des prix de l’or noir ainsi qu’à la crise économique, ConocoPhillips se rapproche du spécialiste du pétrole de schiste Concho. Si la baisse des coûts sera un élément clé, la taille critique du nouvel ensemble permettra également de peser dans un marché chahuté.

Afin de faire face à la volatilité des prix de l’or noir ainsi qu’à la crise économique, ConocoPhillips se rapproche du spécialiste du pétrole de schiste Concho. Si la baisse des coûts sera un élément clé, la taille critique du nouvel ensemble permettra également de peser dans un marché chahuté.

En mars dernier, la chute de l’or noir, sur fond de guerre des prix entre la Russie et l’Arabie saoudite, combinée à la crise de la Covid-19, mettait à mal une industrie pétrolière déjà fragilisée. Pour résister face à ces vents contraires, le secteur joue la carte de la diversification mais aussi de la consolidation. Cet été, le géant pétrolier Chevron s’est offert Noble Energy pour 5 milliards de dollars. Fin septembre, Devon Energy et WPX Energy annonçaient unir leurs forces afin de créer une entité pesant 6 milliards de dollars de capitalisation. Le marché n’a donc pas été surpris lorsqu’il a appris à la mi-octobre le rapprochement entre le producteur américain Conocophillips et le spécialiste du pétrole de schiste Concho.

S’imposer dans le bassin permien

Une fusion à 9,7 milliards de dollars, entièrement financée en actions, qui permettra au nouvel ensemble de devenir l’un des principaux exploitants du Bassin permien – qui s’étend de l’ouest du Texas au sud-est du Nouveau-Mexique – cœur de la production du pétrole de schiste aux États-Unis. Il deviendra également le plus grand groupe pétrolier indépendant du pays, c’est-à-dire sans activités de raffinage, ni de distribution, grâce à une production de 1,5 million équivalent barils pétrole par jour. À titre de comparaison, Concho produisait au deuxième trimestre 319 000 barils équivalent pétrole par jour (-3 % sur un an). Le producteur indépendant, fondé en 2006 au Texas, « était l’une des rares cibles d’acquisitions intéressantes pour les majors », explique Ian Nieboer, responsable de la recherche pétrolière au sein du cabinet de conseil Enverus, cité par le Financial Times. Il offrait "des actifs de qualité, une échelle suffisante et un stock de zones riches à forer dans le Permien".

Un baril volatil

Pourtant, au deuxième trimestre, l’entreprise affichait une perte nette de 435 millions de dollars, creusée par un prix de vente du pétrole à moins de 25 euros le baril. Sa capitalisation, qui avait atteint un plus haut de 30 milliards de dollars fin 2018, est tombée à 8 milliards lors du krach boursier de mars dernier. Malgré cette situation peu confortable, Concho n’était néanmoins pas le plus mal en point de son secteur, l’industrie peinant à générer des bénéfices. Les obstacles rencontrés pèsent sur le niveau de prime d’acquisition proposée par Conocophillips (15 % par rapport au cours du 13 octobre mais seulement un peu plus de 1,4 % peu avant l’annonce). Il faut dire que le producteur se montre prudent. Il a d’ailleurs été l’un des premiers grands groupes à réduire sa production alors que le baril de pétrole chutait en mars dernier.

La seconde vague de Covid-19 reste une épée de Damoclès pour le secteur

Les analystes s’attendent néanmoins à un redressement des prix du pétrole, qui s’est hissé à plus de 43 dollars au mois de novembre. Mais la deuxième vague de coronavirus reste une épée de Damoclès au-dessus du secteur et les tensions entre pays producteurs ne sont jamais totalement résorbées. Pour rassurer, ConocoPhillips précise que l’entité fusionnée affichera un seuil de rentabilité moyen inférieur à 30 dollars le baril, ce qui devrait lui permettre de faire face aux périodes d’adversité. La société table également sur une réduction des coûts du nouvel ensemble de l’ordre de 500 millions de dollars à l’horizon 2022. Les fonctions support seraient concernées, tout comme les projets d’exploration, le groupe souhaitant se concentrer sur la production à bas coût des actifs de Concho. Le mouvement de consolidation pourrait ainsi se poursuivre pour saisir les nouvelles opportunités de business induites par ces changements de braquet.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les opérations les plus marquantes de 2020

Si l’économie mondiale est sérieusement secouée par la crise sanitaire, les deals, eux se portent plutôt bien. Dans les secteurs du luxe et du pétrole, la conjoncture offre de belles opportunités avec, à la clé, de petites ristournes. C’est ainsi que LVMH a obtenu un rabais de 3% pour racheter Tiffany ou qu’Alstom s’est offert Bombardier Transport à un prix plus bas que la fourchette initiale. Des futurs géants ont également vu le jour ces derniers mois. C’est notamment le cas de ConocoPhilipps Concho dans le secteur des hydrocarbures ou des Capgemini Altran et Mirakl dans la tech. Fusions, OPA, levées de fonds, restructurations… Décideurs vous fait revivre les opération les plus marquantes d’une année pas comme les autres.
Sommaire Capgemini-Altran, cap sur le monde d’après Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire Unibail Rodamco Westfield, l’animateur du marché immobilier C. Dugardin (France Messagerie) : "On m’appelle pour des situations désespérées" Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gagne" D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus Veolia-Suez : la guerre de tranchées aura-t-elle lieu ? L’activité transactionnelle reprend des couleurs G. Debit (Closd) : "La crise accélère le changement de mentalités"
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte