Les arbitres face aux enjeux de corruption

Si, encore récemment, un arbitre faisant face à un cas de corruption de la part d'une entreprise ne pouvait pas la dénoncer, il est dorénavant susceptible de qualifier ces comportements pour participer à la justice pénale.
Marc Henry, nouveau président de l'Association française d'arbitrage depuis le 20 septembre 2017.

Si, encore récemment, un arbitre faisant face à un cas de corruption de la part d'une entreprise ne pouvait pas la dénoncer, il est dorénavant susceptible de qualifier ces comportements pour participer à la justice pénale.

La conférence annuelle de l’AFA a fait salle comble. Cet événement incontournable pour tous les professionnels du secteur marque le début de la saison arbitrale. Bertrand Moreau, son président, est revenu avec force sur les valeurs de l’association : indépendance, loyauté et éthique. De quoi encourager les praticiens à y adhérer.

Nouvelle présidence

Après plusieurs années de bons et loyaux services, Bertrand Moreau a profité de l’occasion pour annoncer sa démission de la présidence de l’AFA. Conscient de l’importante évolution de l’arbitrage depuis la création de l’association en 1957, il propose la nomination de Marc Henry, avocat au barreau de Paris depuis 1988 et associé du cabinet Hughes Hubbard & Reed. Spécialisé en contentieux des affaires, il possède une expérience approfondie des procédures d’arbitrage dans lesquelles il intervient aussi bien en qualité de conseil que d’arbitre.

Après avoir remercié chaleureusement Bertrand Moreau pour sa confiance, Marc Henry a affiché sa détermination. « J’entends bien convaincre les arbitraux septiques de l’intérêt de l’arbitrage institutionnel dans l’ordre international mais encore et surtout dans l’ordre interne », a-t-il assené.

La corruption : nouveau fléau de l’arbitrage

Emmanuel Gaillard, associé du cabinet Shearman & Sterling dont il dirige le groupe arbitrage international, était l’invité d’honneur de la conférence. À ce titre, il a prononcé un discours très attendu sur le thème des arbitres confrontés aux allégations de corruption. Il a notamment rappelé quelques chiffres édifiants : le total des pots-de-vin versés en 2016 à travers le monde atteint 1 500 milliards de dollars et pèse environ 2 % du PIB mondial. Partant de ce constat, Emmanuel Gaillard a retracé les grandes évolutions en matière de lutte contre la corruption. Si, dans les années 1980 et 1990, la corruption était admise via le système du confessionnal, la situation a changé lorsque des conventions internationales ont fait leur apparition. Qu’elles émanent de l’OCDE (1998), de l’ONU (2003) ou du Conseil de l’Europe (2002 et 2003), la multiplication de ces conventions marque la ferme volonté de la communauté internationale et des institutionnels de prendre ce fléau à bras le corps. Pourtant, malgré l’entrée en vigueur de ces textes, la corruption a continué à sévir, notamment en raison de l’absence de sanction réelle des arbitres. Faute de preuves suffisantes, ceux-ci soulevaient souvent d’office leur incompétence et, dans la plupart des cas, aucune sanction n’était prononcée in fine. Or, selon Emmanuel Gaillard, si un arbitre est convaincu de l’existence d’un comportement constitutif d’un acte de corruption, il ne doit pourtant pas soulever son incompétence pour refuser sa mission. C’est ce qu’a rappelé la chambre commerciale de la Cour de cassation en 2010. Dans cet arrêt, les juges se sont prononcés en faveur de la technique du faisceau d’indices : grâce à ce procédé, les tribunaux arbitraux sont depuis capables de déceler les cas de corruption et donc de les réprimer.


Marine Calvo Margaux Savarit-Cornali

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Trois nouveaux counsels chez De Pardieu Brocas Maffei

Trois nouveaux counsels chez De Pardieu Brocas Maffei

Plébiscitant la croissance interne, le cabinet indépendant De Pardieu Brocas Maffei élève Sandrine Azou, Côme Chaine et Thibaut Lechoux au rang de cou...

Deux nouveaux directeurs à l’AMF

Deux nouveaux directeurs à l’AMF

Maxence Delorme et Amélie du Passage accèdent respectivement à la direction des affaires juridiques et à la direction de l’instruction et du contentie...

Ayache se tourne vers la tech

Ayache se tourne vers la tech

Guillaume Seligmann et ses deux collaboratrices, Héloïse Masson et Laura Mallard, arrivent tout droit de Cohen & Gresser pour lancer le pôle techn...

Gide s’offre les services de Frédéric Mion

Gide s’offre les services de Frédéric Mion

Le géant français Gide accueille Frédéric Mion au sein de son bureau parisien. Il interviendra auprès des départements droit public, énergie, environn...

Joffrey Célestin-Urbain (Sisse) : "Bercy n’est pas dans une démarche punitive : nous sommes là pour aider les entreprises"

Joffrey Célestin-Urbain (Sisse) : "Bercy n’est pas dans une démarche punitive : nous sommes là pour...

Depuis le 1er avril, les entreprises confrontées à des demandes de discovery de la part d’autorités étrangères doivent désormais passer par le guichet...

Advant Altana renouvelle son comex

Advant Altana renouvelle son comex

Julien Balensi, associé depuis 2009 chez Advant Altana, intègre la gouvernance du cabinet. Il rejoint Mickaël d’Allende et François Muller qui siègent...

Retrouvez les classements issus du Guide Risk Management & Assurance 2022

Retrouvez les classements issus du Guide Risk Management & Assurance 2022

Après plus de trois mois d'enquête, la rédaction de Décideurs a le plaisir de vous partager ses classements des meilleurs professionnels en matière de...

Aston Avocats renforce sa pratique en droit social

Aston Avocats renforce sa pratique en droit social

Avocate spécialiste en droit du travail et de la sécurité sociale, Rosine de Matos est nommée counsel au sein du département social du cabinet Aston A...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message