Commerce alimentaire, bilan immobilier et perspectives

Selon The European Grocery Real Estate Market, une récente étude menée conjointement par JLL et Union Investment, le marché immobilier du commerce alimentaire a concentré un volume d’investissement de l’ordre de 6,7 milliards d'euros en 2020. Ce segment, jusqu'à présent sous-représenté en Europe (10 % des volumes investis sur la période 2014-2020), a recueilli environ 37 % des investissements réalisés en immobilier commercial au sein de l'Union européenne.

Selon The European Grocery Real Estate Market, une récente étude menée conjointement par JLL et Union Investment, le marché immobilier du commerce alimentaire a concentré un volume d’investissement de l’ordre de 6,7 milliards d'euros en 2020. Ce segment, jusqu'à présent sous-représenté en Europe (10 % des volumes investis sur la période 2014-2020), a recueilli environ 37 % des investissements réalisés en immobilier commercial au sein de l'Union européenne.

La stabilité, une denrée rare

D'après l'étude, la forte progression du commerce alimentaire a appelé à une compression régulière des rendements initiaux nets des biens haut de gamme, signe d’un accroissement de l’appétence des investisseurs pour le segment. Juxtaposés à la défaillance conjoncturelle des fondamentaux d’autres secteurs de l’immobilier commercial, les actifs consacrés ont confirmé être des investissements stables et leurs gérants des locataires solvables.

Cité dans le communiqué, Mike Bellhouse, Director Retail Investment, International Capital Markets chez JLL, souligne : “Les biens immobiliers dédiés au commerce alimentaire européen sont une valeur sûre pour les stratégies d'investissement défensives sur le marché de l'immobilier commercial. Si l'on se réfère à l'évolution des prix, ce segment constitue depuis longtemps l'une des catégories les plus stables de l'immobilier d'entreprise en Europe. Malgré l'incertitude économique et la pression exercée par le commerce en ligne, les magasins alimentaires restent bien positionnés ; ils sont un maillon indispensable de la chaîne d'approvisionnement. En Europe, l'immobilier alimentaire conservera tout son attrait pour les investisseurs en quête de revenus plutôt sûrs et à long terme.”

Nécessité présentielle

Bien que l’inédit tempère régulièrement les prédictions, le rapport expose quelques perspectives rassurantes pour le segment. Parmi elles, la stabilisation prochaine des taux de croissance du commerce alimentaire en ligne. L’expérience client semble encore trop essentielle aux yeux des distributeurs, comme des clients, pour que la progression du commerce on line ne perdure.

Selon Henrike Waldburg, Director Investment Management Retail d'Union Investment : “Malgré l'essor fulgurant du commerce en ligne, l'immobilier voué au commerce alimentaire restera indispensable pour les ventes, car il sert à la fois le commerce physique et le commerce en ligne. Si, ces derniers temps, de nombreux commerçants de denrées alimentaires ont fortement investi dans les canaux et les infrastructures en ligne, les villes en pleine croissance ont besoin de davantage de points de vente, ce qui devrait compenser le transfert des dépenses en immobilier d'entreprise.”

L'irréductible urbanisation 

Malgré les témoignages multiples de citadins accablés, l’urbanisation devrait, selon les prévisions de l'étude, se poursuivre et offrir de nouvelles possibilités de croissance d’activité aux commerces alimentaires. En dépit de la pandémie, les grandes villes européennes continueront de se densifier, à différents degrés. Parmi les principaux marchés alimentaires européens et malgré l’exode circonstanciée des métropoles françaises vers les régions, la population urbaine hexagonale devrait progresser de 8,3 % d’ici à 2035.

Alban Castres

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 21 avril 2021

La veille urbaine du 21 avril 2021

DTZ Investors vend l’immeuble “Equinox” à Clichy à un fonds d’investissement conseillé par HW Capital, Espaces Ferroviaires retient GA Smart Building...

La veille urbaine du 20 avril 2021

La veille urbaine du 20 avril 2021

La Française REM acquiert, auprès d’AG2R La Mondiale, un immeuble de bureaux à Montreuil, le Groupe Duval annonce le lancement des travaux du nouveau...

La veille urbaine du 19 avril 2021

La veille urbaine du 19 avril 2021

Kaufman & Broad livre un immeuble de bureaux de 10 000 m² à Arcueil, Crédit Agricole Assurances et Crédit Agricole Immobilier signent un partenari...

La veille urbaine du 16 avril 2021

La veille urbaine du 16 avril 2021

Barings acquiert un immeuble de bureaux à Paris 11 auprès du Groupe Financière JL, Bouygues Immobilier et Linkcity démarrent les travaux du projet “Le...

S. Vondière, J. Chavry :  "Refonder la ville sur la ville"

S. Vondière, J. Chavry : "Refonder la ville sur la ville"

Dans un contexte impacté par la crise sanitaire et soumis à un changement de municipalité, Lyon veut faire figure de chef de file en matière de réflex...

La veille urbaine du 15 avril 2021

La veille urbaine du 15 avril 2021

BlackRock Real Assets annonce la signature d’un bail de 5 500 m² avec la société Energies France à Gennevilliers, Poste Immo, la Banque des Territoire...

La veille urbaine du 14 avril 2021

La veille urbaine du 14 avril 2021

Copper and Co acquiert un parc de locaux d’activités de 4 323 m² à Chambly (60), Gecina se dote d’un Comité d’Orientation et de Prospective, l'agence...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte