Comment les grands groupes gèrent-ils l’hyper abondance des données ?

Clés de la révolution digitale, les données sont au cœur de toutes
les préoccupations des dirigeants d’entreprises. Comment
les stocker, les protéger et les exploiter tout en tenant compte du
principe de souveraineté? Si les entreprises peuvent choisir d’investir dans un service de cloud public comme Microsoft Azur ou Amazon web services, les solutions de cloud privé offrent davantage de sûreté et de flexibilité en matière de gestion des données.

© Scality

Jérôme Lecat, CEO et fondateur de Scality

Clés de la révolution digitale, les données sont au cœur de toutes les préoccupations des dirigeants d’entreprises. Comment les stocker, les protéger et les exploiter tout en tenant compte du principe de souveraineté? Si les entreprises peuvent choisir d’investir dans un service de cloud public comme Microsoft Azur ou Amazon web services, les solutions de cloud privé offrent davantage de sûreté et de flexibilité en matière de gestion des données.

Pour nous expliquer tous les enjeux de la big data, Décideurs a rencontré Jérôme Lecat, fondateur et CEO de Scality, le seul acteur européen spécialisé dans le stockage cloud implanté dans la Silicon Valley. Il revient sur les enjeux de ce mode de stockage, dans « le  nuage » et les avantages concurrentiels qu’il a su développer pour réaliser une levée de fonds de 80 millions d’euros il y a deux ans.

Décideurs. Le cloud devient un enjeu majeur pour les entreprises. D’après-vous, quelles seront les conséquences pour les entreprises qui ne parviennent pas à rapidement opérer le basculement vers le cloud ?

Jérôme Lecat. La question du cloud public est incontournable pour toute réflexion stratégique sur l’infrastructure informatique avec un horizon de dix à vingt ans. Le cloud offre des avantages évidents d’immédiateté de mise en œuvre mais n’est pas toujours synonyme de contrôle, de performance ou d’optimisation des coûts à long terme. En pratique, il demande une remise en cause complète des politiques de contrôle et des systèmes de supervision. Avec à la clé, un choix cornélien pour les entreprises. Adopter à 100 % le cloud public, c’est perdre le contrôle de sa production informatique. A contrario, ne pas adopter le cloud c’est se rendre non compétitif. Pour résoudre le paradoxe, il faut considérer d’une part les technologies du cloud, et d’autre part, le mode de production qui s’apparente à l’outsourcing. Nos clients ont fait le choix d’une stratégie hybride, en déployant d’un côté un cloud privé – les technologies du cloud dans leur datacenter – sous leur contrôle, et en utilisant le cloud public par ailleurs pour les données moins sensibles. Ils recourent à nos modules de gestion de données pour en conserver le contrôle, où qu’elles soient stockées.

Mais tout le monde n’a pas besoin de stockage de données en grand volume. À qui s’adresse votre offre exactement ?

La notion de « données » peut paraître très abstraite, mais avec l’évolution des processus métier c’est une réalité très concrète pour nos clients. À titre d’exemple, de nombreux hôpitaux à travers le monde, dont l’APHP, l’AP-HM et une dizaine d’autres centres hospitaliers en France, utilisent Scality pour stocker les données médicales des patients : radio, échographie, doppler, IRM, scanner, génome… Ici, les données recouvrent toutes les informations issues des examens médicaux des patients. Grâce à notre solution logicielle, ces hôpitaux peuvent accéder en un simple clic à tout l’historique des examens. En quelques secondes, les professionnels de santé comme les radiologues peuvent ainsi visualiser les procédures médicales réalisées avant d’intervenir. Le bénéfice est réel pour les patients : le parcours de soins est optimisé et la prise en charge améliorée. Les laboratoires pharmaceutiques font aussi appel à nous tant pour la recherche que pour documenter les essais cliniques. Ces exemples illustrent dans un seul secteur – la santé – à quel point la notion de « données » fait partie intégrante du métier. Il en est ainsi dans quasiment tous les domaines.

Scality a une approche révolutionnaire. Quel est l’ADN disruptif de Scality ?

Scality apporte à ses clients les avantages des technologies cloud sans pour autant déroger aux politiques de contrôle, de souveraineté et de sécurité de l’information. 

« À l’heure où la transformation digitale est devenue une réalité, l’efficacité de la production informatique s’impose comme un élément clé de la compétitivité des entreprises »

À l’heure où la transformation digitale est devenue une réalité, l’efficacité de la production informatique s’impose comme un élément clé de la compétitivité des entreprises. Notre solution permet de construire simplement un cloud privé de stockage de données. Il en résulte une diminution considérable des coûts simultanément à une augmentation de la performance et de la fiabilité. Le tout avec la garantie d’une maîtrise totale de l’infrastructure et une gestion souveraine des données. Grâce à ses modules de gestion et de sécurisation, Scality rend aussi plus simple le respect du règlement RGPD, des directives de la Cnil ou celles de l’ANSSI lorsque cela est pertinent.

Quels secteurs ont besoin de solutions de cette nature ?

Nous accompagnons principalement des entreprises du CAC 40, des services publics, des opérateurs de télécommunication et des acteurs du cloud. Nos clients ont en commun le fait de servir des millions de clients ou d’usagers. Au total, près d’un milliard de personnes sur la planète passent par nous chaque mois. La plupart en l’ignorant. La singularité de notre savoir-faire est de proposer à ces grandes entreprises une solution moderne leur donnant les avantages économiques du cloud, tout en s’insérant sans modification dans leur infrastructure informatique existante. Souvent, les grandes entreprises déploient notre solution de façon tactique pour des projets comme le stockage des backups ou des logs qu’elles doivent conserver par sécurité ou pour des raisons réglementaires. La transformation digitale et la prolifération des cyber-attaques rendent plus critique encore la protection des systèmes informatiques, notamment contre les « ransomware ». Au-delà des backups et de la sécurité, les entreprises utilisent aussi notre solution pour l’archivage long terme. Les plus à la pointe l’utilisent pour composer le cœur de stockage de leur offre interne de cloud privé, pour construire un partage de fichiers à la « Dropbox », ou pour stocker les données  de leur démarche « Big Data ».

« La transformation digitale et la prolifération des cyber-attaques rendent plus critique encore la protection des systèmes informatiques, notamment contre les “ransomwares” ».

En matière d’archivage, depuis des siècles, c’est le rôle des bibliothèques nationales de classer et de conserver la production de livres et de documents pour la postérité. Depuis quelques années, cet archivage physique se double d’un archivage numérique, avec les mêmes contraintes de durabilité. Ainsi, nous comptons parmi nos clients de nombreuses bibliothèques et autres archives nationales, comme l’INPI, l’INA, l’Office européen des Brevets, la Bibliothèque nationale espagnole ou même la Librairie du Congrès américain.

Nous sommes également très présents dans le domaine de la recherche. Au CEA, au CNRS, à l’Inserm, à l’Université de Paris, à l’École polytechnique de Lausanne en Suisse, ou encore à l’AIST au Japon, puisque les scientifiques utilisent de plus en plus les simulations numériques dans leurs protocoles de recherche. En équipant ces grands centres de la recherche mondiale, nous donnons plus de liberté aux chercheurs. La simulation numérique est aussi beaucoup utilisée dans les grandes entreprises. C’est ainsi que SNCF, EDF, Renault ou Airbus nous sollicitent pour la constitution de jumeaux numériques, économisant ainsi des millions d’euros avec des simulations d’une extrême précision. Dans un monde traversé par des attaques violentes et multiformes, la vidéo-surveillance joue un rôle crucial dans la sécurité des infrastructures, qu’elles soient publiques ou privées. Les caméras à très haute définition sont devenues indispensables pour analyser les situations critiques. Les volumes de données générées par des milliers de caméras exigent un stockage performant et peu onéreux. Villes, aéroports, métros, prisons, stades de football… Nous équipons aussi bien ces infrastructures que les caméras mobiles d’équipes de police. Nous comptons aussi parmi nos clients des opérateurs télécoms tels Orange et SFR, ou des acteurs du cloud public comme Jaguar Telecom ou Outscale, ou même des services internet grand public, à l’instar de Dailymotion en France. Ils font appel à nous pour produire leurs offres de cloud public destinées aux entreprises ou au grand public.

Scality est en croissance de plus de 60 % par an. Qu’envisagez-vous pour la suite, quels sont les projets ?

Nos technologies sont conçues comme des éléments d’infrastructure. On n’imagine pas remplacer un pont pour obsolescence tous les 5  ans ! C’est pourtant ce que l’on fait depuis des décennies en informatique. Beaucoup de nos clients ont un horizon de pensées qui s’exprime en générations. C’est notamment le cas des bibliothèques nationales. Sans aller si loin, les infrastructures informatiques connaissent avec le cloud une réelle révolution. Quel que soit le domaine d’activité, au-delà de la baisse de coûts et d’une meilleure fiabilité, notre spécificité est de proposer une solution cloud taillée pour le futur et compatible avec l’existant.

En outre, nous savons nous engager auprès de nos clients en leur garantissant contractuellement un taux de disponibilité de 100 %. La crise sanitaire a accéléré la transformation digitale des entreprises, et rend notre solution d’autant plus importante pour leur propre compétitivité.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Avec la crise sanitaire, exceptionnelle et imprévue, les grandes marques ont dû réinventer leurs stratégies marketing.

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Directeur avant-vente du marché ERP chez Cegid, Claude-Emmanuel Chapelan revient sur les grands enjeux de son secteur d’activité.

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Afin de répondre aux incertitudes des Français, le Leem, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament en France, publie sur les réseau...

Carrefour explose son chiffre d'affaires et progresse en e-commerce

Carrefour explose son chiffre d'affaires et progresse en e-commerce

Le géant de la distribution Carrefour enregistre sa meilleure performance depuis 20 ans malgré la crise sanitaire actuelle. Stratégie, organisation et...

Un site web peut faire payer le refus de cookies

Un site web peut faire payer le refus de cookies

Plusieurs sites internet utilisant la pratique des cookies wall ont été dénoncés à la Cnil par des internautes. En cause : la proposition qui leur est...

Dossier. Travailler en 2021, la nouvelle donne digitale

Dossier. Travailler en 2021, la nouvelle donne digitale

La crise sanitaire se traduit par une accélération de la transformation numérique bouleversant les modes de travail. Ses effets se font ressentir de f...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte