Comment choisir son family office ?

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des familles, ils peuvent également revêtir le costume de la personne de confiance.

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des familles, ils peuvent également revêtir le costume de la personne de confiance.

À ce jour, il n’existe pas de définition légale ou d’autorité de tutelle qui régit la profession de family officer en France. Ce flou sectoriel suscite parfois des confusions non seulement à l’égard de la clientèle, mais aussi parmi les professionnels de la gestion privée.

Clientèle haut de gamme

L’accompagnement d’un family office implique de détenir un patrimoine important. Comme en banque privée, un seuil d’entrée ou d’éligibilité est requis. Ce dernier varie entre 5 et 30 millions d’euros concernant les multi family offices, et peut s’avérer beaucoup plus important dans le cadre du single family office. Ainsi, familles aux patrimoines complexes et entrepreneurs sont les principaux bénéficiaires potentiels de ce service ultra haut de gamme. Juridique, financier, fiscalité, consolidation des actifs sont autant de matières que ces orfèvres patrimoniaux manient avec minutie. Dans ce contexte, minutie comprend également la notion d’empathie, élément central du conseil sur-mesure. En effet, plusieurs structures familiales ou externalisées se sont dotées d’experts en gouvernance familiale, parfois elle-même liée à la gouvernance d’entreprise…

Single ou multi ?

Choisir de créer un single family office, dédié à une seule famille, appelle la détention d’un patrimoine conséquent. En effet, si cette configuration se dessine avec des besoins précis, elle implique d’embaucher un ou plusieurs salariés dédiés - souvent seniors - dont le coût peut s’avérer très élevé. D’un autre côté, les multi family offices, bancaires ou indépendants, proposent de gérer les intérêts de plusieurs familles au sein de la même structure. Ceux-ci disposent d’un réseau étoffé d’experts et de partenaires auxquels ils font appel selon les besoins de leurs clients. De plus, ils disposent d’un avantage de poids face aux fournisseurs de solutions en ce qu’ils détiennent la capacité de mutualiser les coûts et les besoins des familles qui leur ont fait confiance. Par ailleurs, il n’est pas rare de constater des mono family offices s’appuyer sur l’expertise de multi dans le cadre d’opérations précises. Un partage de valeurs communes et de compétences complémentaires au service du patrimoine familial.

Un critère déterminant

La question de la rémunération des multi family office constitue un débat central au sein duquel plusieurs courants coexistent, tous placés sous le signe de la transparence. Certaines structures revendiquent une rémunération totalement basée sur des honoraires, à la manière d’un cabinet d’avocats. Dans ce cadre, aucune vente de produits financiers ne vient s’ajouter à la rémunération préalablement convenue avec le client. Un autre système hybride propose de déduire des honoraires ou de reverser directement au client les rétrocommissions perçues dans le cadre du conseil en investissement financier, toujours selon le choix exprimé par le client en amont. Une troisième configuration promet une rémunération corrélée à la performance des solutions financières proposées de manière intermédiée par la structure. Un point commun aux trois hypothèses : le client final prend la décision, et personne d’autre.

Si un choix devait se présenter, il pourrait être éclairé par le dossier consacré aux multi family offices que vous propose la rédaction de Décideurs Gestion d’actifs & Patrimoine.

Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Multi family offices : qui sont-ils ?

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des familles, ils peuvent également revêtir le costume de la personne de confiance. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de découvrir leurs portraits.
Sommaire L. de Swarte (Club MFO) : "Nous voulons accompagner le développement de notre secteur" J.Barré (Franklin) : "Disposer d’un chef d’orchestre capable de communiquer avec toutes les parties prenantes" J-M. Paluel-Marmont (AFFO) : "Le modèle du MFO permet aussi de mutualiser les coûts et parfois même favoriser des co-investissem Les références (Multi Family Offices) Les dealmakers (Multi Family Offices) Les visionnaires (Multi Family Offices) Les bâtisseurs (Multi Family Offices) Les entrepreneurs (Multi Family Offices)
D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

B. Pédoussaut (Sonepar)  : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

B. Pédoussaut (Sonepar) : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte