Les dirigeants de PME et ETI agissent-ils pour le climat ?

Selon une étude publiée le 8 juillet par Bpifrance le Lab, 80 % des patrons ont conscience de l’urgence climatique. Pour autant, seuls 13 % déclarent pouvoir réduire « de manière importante » leurs émissions carbone durant les cinq prochaines années.

Selon une étude publiée le 8 juillet par Bpifrance le Lab, 80 % des patrons ont conscience de l’urgence climatique. Pour autant, seuls 13 % déclarent pouvoir réduire « de manière importante » leurs émissions carbone durant les cinq prochaines années.

Le réveil écologique est en marche depuis quelques années maintenant et la crise due à la pandémie de Covid-19 accélère les prises de conscience. Si celles-ci s’avèrent primordiales, c’est le passage à l’action qui sera déterminant afin d’obtenir des résultats. Tous les citoyens peuvent apporter leur pierre, patrons d’entreprise inclus. Bpifrance le Lab a ainsi interrogé 1 000 dirigeants de PME et d’ETI sur leur vision et la manière dont ils abordent les enjeux environnementaux. Bonne nouvelle : 80 % d’entre eux ont conscience de l’urgence climatique. Pour autant, seuls 13 % déclarent pouvoir réduire "de manière importante" leurs émissions carbone dans les cinq prochaines années. "Pour agir et engager résolument la transition de leurs modèles, les dirigeants ont ainsi besoin d’être informés et accompagnés sur les actions concrètes à mettre en place", estime Bpifrance.

Les leviers

Dans le détail, 51 % des répondants intègrent l’enjeu climatique dans leur stratégie. Toutefois, la majorité (environ deux tiers des sondés) se focalise sur une optimisation de l’existant (efficacité énergétique, baisse des consommations) ou la mise en place de « gestes écologiques » (recyclage, réduction de l’usage du plastique et du papier…). Par ailleurs, les dirigeants sont peu nombreux à envisager un changement de business model : ils sont respectivement 12 % et 10 % à considérer cette option pour réduire l’empreinte carbone et l’empreinte environnementale.

Comment expliquer ce décalage entre la perception de la réalité climatique et la faiblesse de la réaction ?, s’interroge Bpifrance. "Les dirigeants invoquent plusieurs motifs : les moyens financiers en grande majorité (49 % des répondants), mais aussi l’absence de solutions technologiques (32 %) et le manque de reconnaissance des clients (29 %), qui ne sont pas prêts à payer beaucoup plus pour un produit ou service respectueux du critère environnemental." D’où l’intérêt d’un soutien fort des pouvoirs publics, que ce soit sous formes d’incitations financières (subventions, aides fiscales, etc.) ou d’évolutions  réglementaires.

Différents profils

La source de motivation est également un facteur déterminant dans la mise en œuvre d’actions concrètes. "La motivation à agir détermine le niveau d’ambition. Nous avons repéré trois types de profils : les ‘convaincus’, les ‘opportunistes’ et les ‘contraints’, précise Pascal Lagarde, directeur exécutif de Bpifrance en charge de la stratégie, des études et du développement. En résumé : les dirigeants qui agissent par conviction plutôt que par opportunité ou par contrainte en font davantage."
 
Ainsi, 67 % des patrons déclarent qu’ils adapteraient leur entreprise aux enjeux climatiques et environnementaux par conviction, plutôt que par opportunité ou contrainte. Ces "convaincus" sont par exemple plus nombreux à sélectionner leurs fournisseurs sur des critères environnementaux, à faire de l’écoconception ou à utiliser des énergies décarbonées. L’information est donc un élément clé pour que les entreprises s’adaptent le plus rapidement possible.
  
Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

Alors que la 5G se déploie en France, Orange lance des laboratoires où les entreprises peuvent expérimenter et s’approprier cette nouvelle technologie...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte