Climat : le vent se lève

Harvey, Irma, Maria… les dernières semaines auront été marquées par le passage d’ouragans dévastateurs et par le retour, dans le débat public, de l’épineuse question du changement climatique. Un sujet qui, au-delà de la question écologique, représente un enjeu économique majeur et, à ce titre, un risque que les États se doivent désormais d’intégrer.

Harvey, Irma, Maria… les dernières semaines auront été marquées par le passage d’ouragans dévastateurs et par le retour, dans le débat public, de l’épineuse question du changement climatique. Un sujet qui, au-delà de la question écologique, représente un enjeu économique majeur et, à ce titre, un risque que les États se doivent désormais d’intégrer.

La situation aurait de quoi amuser si elle n’était pas tragique. Moins de deux mois après que le président Trump ait annoncé sa volonté de voir les États-Unis se retirer de l’accord de Paris sur le climat, voilà qu’un nouveau cyclone s’abat sur son pays, laissant la région du Texas sinistrée et des dégâts estimés à plusieurs dizaines de millions de dollars. Après elle viendront les Antilles, puis l’île Maurice, à leur tour frappées par une série de tempêtes tropicales d’une rare violence. Comme si le climat venait opposer un démenti formel à ceux qui, comme le Président américain, pensent encore que l’urgence environnementale ne justifie pas de nouveaux sacrifices économique et persistent dans des postures qui, selon le climatologue et directeur de recherches au CNRS, Olivier Boucher, relèvent d’une forme d’ « idéologie politique » incompatible avec la réalité d’ « événements climatiques extrêmes » (ouragan, tempêtes tropicales, inondations et, en Europe, tempêtes, crues, vagues de chaleur…) et avec leurs répercussions économiques.

Réalité scientifique vs idéologie politique

Car si le nombre de victimes de catastrophes climatiques est fort heureusement en recul (8700 en 2016 contre plus de 200 000 en 2008), la facture globale, quant à elle, explose. Une étude  du réassureur allemand Munich Re en atteste : en 2016, les événements classés « catastrophes naturelles » ont causé pour 175 milliards de dollars de dégâts. Soit un montant supérieur à la moyenne des dix dernières années.

Autre sujet d’inquiétude : les événements climatiques extrêmes recensés ne sont pas seulement plus violents, ils sont également plus nombreux.  L’an passé pas moins de 750 ont été recensés contre 590 en moyenne au cours de la dernière décennie. Et sur ce point, les experts du climat sont unanimes : si chaque événement ne peut être directement imputé au réchauffement climatique, leur accumulation et leur intensité accrue laissent peu de place au doute.

Vulnérabilité économique

« On constate une augmentation des vagues de chaleurs et une augmentation non pas du nombre d’ouragans mais de leur intensité, ce qui est clairement lié au réchauffement climatique », souligne Olivier Boucher qui rappelle que le fait que les océans et l’atmosphère soient plus chauds favorise la condensation et les dégagements d’énergie qui alimentent les cyclones. Tout comme cela favorise l’augmentation du niveau de la mer et donc, les inondations. Une réalité scientifique dont les effets se vérifient après année et qui, explique l’expert, est source de « vulnérabilité économique ». Autrement dit, génératrice d’un risque d’un genre nouveau qui impose, au-delà de la prise de conscience, « une adaptation de nos modèles économiques et des processus de décision politique ».

Stratégie d’adaptation

Pour sa part Olivier Boucher en est convaincu : face à la multiplication et à l’intensification de ces événements extrêmes, les pays doivent aujourd’hui développer une stratégie d’adaptation dans tous les domaines – urbanisme, agriculture, énergie, assurance… -, et aller au-delà de l’accord de Paris en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. « Il existe une telle inertie dans le système climatique, explique-t-il, que, même si l’ensemble des pays réduisaient massivement leurs émissions de gaz à effets de serre, la tendance au réchauffement climatique se maintiendrait encore pendant plusieurs décennies ».

Dans un tel contexte, le déni du Président américain – qui, outre sa décision de retirer les États-Unis de l’accord de Paris, a récemment annulé une ordonnance de non-constructibilité des zones inondables – semble aussi préjudiciable qu’irrationnelle, résume Olivier Boucher qui y voit  « une politique menée à rebours des évidences scientifiques ». Autrement dit, un non-sens environnemental doublé d’un non-sens économique.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Edito. Échec et maths

Edito. Échec et maths

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

Ses différents mandats ministériels ont mis en valeur son goût pour le combat politique. Dorénavant avocat et uniquement avocat, Bernard Cazeneuve n’a...

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écologique"

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écolo...

Près de cinq ans après sa création, la Métropole du Grand Paris a entrepris de nombreuses actions. Patrick Ollier et ses dirigeants ne comptent pas s’...

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

Entre accusations de victoire volée et divisions exacerbées, beaucoup prédisent un début de mandat difficile à Joe Biden. Sylvie Matelly, directrice a...

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

L’année qui s’achève a été riche en petites phrases politiques. Si certaines peuvent porter à sourire par leur maladresse ou leur amateurisme, d’autre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte