Clémentine Tassin (Suez Env.) : « Le moment idéal pour financer sa croissance de demain »

Clémentine Tassin a activement participé en 2014 à l’émission d'obligations convertibles dites Océanes pour un montant de 350 millions d'euros, avec un zéro coupon ! Depuis, elle continue d’innover en insufflant une vision globale de son métier.

Clémentine Tassin a activement participé en 2014 à l’émission d'obligations convertibles dites Océanes pour un montant de 350 millions d'euros, avec un zéro coupon ! Depuis, elle continue d’innover en insufflant une vision globale de son métier.

Clémentine Tassin est à la tête des activités trésorerie et financement du groupe Suez Environnement depuis 2012. 

 

Décideurs. Quelles sont les missions de votre département ?

Clémentine Tassin. Nous nous occupons, pour le groupe, de la gestion de la trésorerie quotidienne, des financements (externes, y compris des financements exports, et intragroupes) et de la gestion des risques financiers (taux, change, commodités, contreparties, liquidité) et des émissions de garanties. Cela nous amène à travailler de concert avec l’ensemble des acteurs du groupe et à piloter les relations bancaires. À cela, s’ajoute un rôle très concret de support aux business units sur les sujets qui sont les nôtres. Par exemple, sur les appels d’offres, nous intégrons la dimension du risque de change. En parallèle de ces sujets, nous menons à bien différents projets d’organisation et de réflexion de fonds. Mon équipe compte dix-sept collaborateurs. Nous sommes quatre pour tout ce qui est front et middle, cinq pour le cash management et le back-office, cinq sur le trade et export finance et un sur la structuration des financements intragroupe.

 

Décideurs. En termes de financement, qu’avez-vous mis en place depuis un an ?

C. T. Outre les opérations « classiques » d’émissions obligataires, de placements privés, de FRN, ou d’émission de billets de trésorerie, l’opération innovante de 2015 a été une extension de placement de privé : sans faire de rachat, cela nous a permis de rallonger la maturité du papier et de profiter de conditions de marché attractives (taux et spread), en moyennant à la baisse le coût de ce coupon. Nous avons également innové en mettant en place des instruments dérivés de taux à départ différé, permettant de fixer les conditions de taux associées à des émissions de dettes futures. Sur cette solution, un travail important a été fait en amont avec les commissaires aux comptes afin de qualifier l’instrument de « couverture » et ne pas générer de volatilité dans notre compte de résultat.

 

« Les PME et ETI doivent se montrer innovantes en se tournant vers les marchés de capitaux »

 

Décideurs. Comment décrieriez-vous votre stratégie en matière de risque de change ?

C. T. Nous avons une approche prudente et couvrons nos risques dans le cadre d’une politique établie. Le risque de change revêt trois formes : translationnel (réévaluation d’actifs en devises figurant au bilan), transactionnel (lié à des projets à l’international et au besoin de couvrir des dépenses ou des recettes en devises), et lié aux financements intragroupes en devises. En dehors du risque translationnel, nous avons une approche systématique de couverture, dès lors que le risque est avéré.

                                                                                               

Décideurs. Quels sont vos projets en cours ?

C. T.  Outre les sujets d’outils informatiques et d’automatisation, nous réfléchissons actuellement également à notre organisation, y compris à l’international, pour améliorer la centralisation du cash, les chaînes de financement et la gestion quotidienne des positions de trésorerie.

 

Décideurs. Quel conseil donneriez-vous aux PME et ETI ?

C. T. Le contexte des taux bas et de l’excès de liquidité (qui pèse sur les spreads de crédit) sont une double opportunité. C’est le moment idéal pour financer sa croissance de demain. Même sans avoir de nouveaux besoins de financement, c’est ce qui nous a conduit à regarder comment nous pourrions en profiter, et à faire l’extension de PP ou à mettre en place des swaps de taux à départ différés, opérations déjà mentionnées. Ce type d’opérations devrait être accessible aux PME et ETI. Enfin, dans un contexte où certaines banques demeurent encore prudentes pour prêter, les PME et ETI ont sûrement à innover en se tournant vers les marchés de capitaux, solution de financement qui se démocratise.

 

Propos recueillis par Vincent Paes

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 26 octobre 2020

La veille urbaine du 26 octobre 2020

Les mesures d’accompagnement qui progressent au T3 2020 dans les bureaux en IDF, Marc Bertrand qui succède à Jean-Marc Coly chez Amundi immobilier… Dé...

V. Bryant (Deepki), T. Molton et V. Wallut (La Française) : "Nous avançons étape par étape dans le cadre du décret tertiaire"

V. Bryant (Deepki), T. Molton et V. Wallut (La Française) : "Nous avançons étape par étape dans le c...

Alors que les professionnels ont jusqu’au 30 septembre 2021 pour transmettre leur première déclaration annuelle de consommations réelles dans le cadre...

Stratégies urbaines : les maires écologistes annoncent la couleur

Stratégies urbaines : les maires écologistes annoncent la couleur

Avec une vingtaine de villes remportées et plus de 2 millions d’administrés, les Verts peuvent désormais mettre en œuvre leurs idées. Disséquer les pr...

La veille urbaine du 23 octobre 2020

La veille urbaine du 23 octobre 2020

Les 60 lauréats de l’AMI « Fabriques de territoires » dévoilés, la Société des Grands Magasins qui signe un portefeuille de 8 actifs en région, Gecina...

Unibail-Rodamco-Westfield : Léon Bressler et Xavier Niel confrontent les plans Refocus et Reset

Unibail-Rodamco-Westfield : Léon Bressler et Xavier Niel confrontent les plans Refocus et Reset

Quelques jours après la communication de la direction d’Unibail-Rodamco-Westfield assurant que "le plan Reset constitue la seule réponse crédible aux...

Le commerce spécialisé toujours en souffrance

Le commerce spécialisé toujours en souffrance

Le mois de septembre a marqué la fin du rebond pour le secteur du commerce spécialisé. Les métropoles, en particulier Paris, font face à de grandes di...

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pouvait devenir une faiblesse"

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pou...

Accélération digitale, 5G, effets de la crise sanitaire ou encore place de la data dans l’industrie, la présidente de Schneider Electric pour la Franc...

La veille urbaine du 22 octobre 2020

La veille urbaine du 22 octobre 2020

Foncière Atland qui acquiert Les Maisons de Marianne, Hortense Monnier qui rejoint Colliers Global Investors, Habitat en Région qui renforce sa présen...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte