Christophe Cornuéjols (Ipside): « La propriété intellectuelle peut se révéler simple, efficace et réjouissante ! »

Entre la protection des innovations et l’entreprenariat, Christophe Cornuéjols a choisi de ne pas choisir. À la tête du cabinet de conseils en propriété intellectuelle IPSIDE, cet ancien fondateur de startups à succès lance une plate-forme pour moderniser le dépôt de marque et de brevet, et se démarquer de nos concurrents directs. Rencontre avec un révolutionnaire, ennemi du statu quo.
Christophe Cornéjuols

Entre la protection des innovations et l’entreprenariat, Christophe Cornuéjols a choisi de ne pas choisir. À la tête du cabinet de conseils en propriété intellectuelle IPSIDE, cet ancien fondateur de startups à succès lance une plate-forme pour moderniser le dépôt de marque et de brevet, et se démarquer de nos concurrents directs. Rencontre avec un révolutionnaire, ennemi du statu quo.

Décideurs. Vous lancez une plate-forme digitale dédiée à la gestion de la propriété intellectuelle. Pourquoi avez-vous décidé d’investir dans un tel projet ?

Christophe Cornuéjols. Notre plateforme ipipip.fr (prononcé hip hip hip.fr) lancée le 15 juin donne un nouveau souffle, plus gai et enthousiaste, à toutes les entreprises qui jonglent avec des enjeux de propriété intellectuelle. Nous choisissons le slogan « Vous créez, hourra ! » pour souligner notre volonté de réconcilier les entrepreneurs avec le dépôt de marque et brevet, indispensable pour la valorisation de leurs projets innovants. L’univers de la propriété intellectuelle est aujourd’hui guindé et austère. Le métier se gargarise de mots invraisemblables et incompréhensibles du grand public pour se rendre indispensable. Le jargonnage crée des pré-carrés confortables. Pourtant, la propriété intellectuelle peut se révéler simple, efficace et réjouissante ! Alors que l’innovation progresse en Europe et aux États-Unis, la croissance du marché de la propriété intellectuelle est atone. Il faut que le métier parvienne à se remettre en question pour répondre plus précisément aux besoins réels des jeunes sociétés ambitieuses. La prise de rendez-vous chez un conseil en propriété intellectuelle peut être source d’inquiétude. Avec notre plate-forme, la transparence et la facilité d’utilisation sont les clés pour rétablir la confiance.

Quels sont les services disponibles sur votre plate-forme ?

Le but de notre plate-forme est d’offrir la meilleure protection possible aux jeunes sociétés innovantes et au grand-public porteurs de projets inédits. Pour remplacer les réunions d’inventeurs et les habituelles relances qui les suivent, nous avons créé un questionnaire en ligne pour préparer une note technique très précise. Ce questionnaire peut être rempli en quinze minutes pour une demande de dépôt de marque, et une heure pour un brevet. Grâce à la sophistication de cet outil, l’envoi du questionnaire permet de connaître la date à partir de laquelle il est possible de protéger l’invention ou la marque. Nous nous engageons à rédiger un titre déposable en quinze jours pour un brevet et en trois jours pour une marque. Il suffit de répondre à vingt questions, et les résultats concrets apparaissent déjà. Pour les ingénieurs qui ne souhaitent pas écrire, une interface vocale leur permettra de décrire de vive voix leurs inventions. Cela peut s’avérer très pratique pour enregistrer, lorsqu’on a quelques minutes dans la journée, un texte précis, puis de le corriger ou de le compléter dès qu’on le souhaite. À la fin de l’opération, il est possible de payer directement en ligne, par carte bleue. Cela simplifie aussi grandement le processus.

Comment allez-vous vous assurer de la qualité des dépôts réalisés via votre plate-forme ?

Le dépôt d’une marque ou d’un brevet requiert un travail de spécialiste afin qu’une société puisse en tirer de la valeur et résister aux attaques juridiques de ses concurrents. Au-delà de notre certification ISO 9001 et de notre label BPI Excellence, nous nous appuyons sur la qualité du travail des 80 collaborateurs du cabinet IPSIDE. Ces professionnels participent activement à la création de notre plate-forme, véritable front office de leur activité. Après la collecte des informations en ligne, un juriste ou un ingénieur s’occupe du cœur de la prestation. Si le questionnaire est incomplet pour aiguiller la rédaction, ou si des informations décisives sont manquantes, nous passons un appel téléphonique pour répondre aux questions complémentaires. Cette démarche permet de finaliser le processus en réalisant des recherches d’antériorité précises et déposer un titre de propriété intellectuelle solide.
 

Comment aider les entrepreneurs à différencier un mauvais brevet d'un bon brevet ? 

 

Quelles sont les mauvaises pratiques à éradiquer aujourd’hui ?

La plupart des entrepreneurs ne parviennent pas à faire la différence entre un bon et un mauvais brevet. La mauvaise rédaction d’une demande de dépôt de brevet peut avoir de terribles conséquences pour une société. Toute une stratégie doit guider la gestion de la propriété intellectuelle. Idem pour les dépôts de marques. Viser un domaine trop étroit, c’est se priver des relais de croissance potentiels. Viser un domaine trop large, c’est le meilleur moyen de voir les juges annuler la validité de votre titre. L’accompagnement par des experts est indispensable. L’INPI (Institut national de la propriété intellectuelle) propose des services de dépôts en ligne mais le résultat peut s’avérer parfois désastreux. La demande de dépôt n’est pas examinée avant la délivrance du certificat. Malgré l’obtention d’un document officiel, la société déposante peut disposer un brevet ou d’une marque sans valeur, qui pourra être annulée par une action en justice d’un concurrent.

Combien coûte le dépôt d’un brevet via votre plate-forme ?

Entre 1 890 euros et 3 790 euros hors taxe devront être déboursés pour la rédaction d’un brevet. Le prix final dépend de la complexité de l’invention à protéger. Il reste abordable par rapport aux grilles tarifaires pratiquées par les cabinets dominants de la place. Tous les services indispensables au dépôt s'envisagent aux alentours de 5 000 euros, contre 8 000 euros minimum pour la concurrence.

Avec quels services souhaitez-vous étoffer cette première version à l’avenir ?

Deux personnes de notre équipe « tech » travaillent à temps plein sur le développement de la plate-forme ipIPip. Un choix stratégique qui donne de la flexibilité pour améliorer notre offre au fil du temps. Nous avons déjà plusieurs projets de fonctionnalités pour aller de l’avant. L’un d’entre eux est lié à la mise en place d’une marketplace de mise en relation des détenteurs de marques et de brevets, et des sociétés susceptibles de payer des droits de licence pour utiliser ces titres de propriété intellectuelle. La plate-forme a aussi vocation à s’ouvrir à l’international. Des cabinets conseils du monde entier pourront proposer leur offre d’accompagnement sur ipipip.com. Bien entendu, nous garderons un niveau d’exigence élevé au moment de sélectionner nos futurs partenaires.

Propos recueillis par Thomas Bastin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Rencontre avec Jacques Séguéla

Rencontre avec Jacques Séguéla

À 85 ans dont plus de cinquante de métier, Jacques Séguéla aurait pu se contenter d’être une légende du marketing, sa figure de référence, iconique et...

Game of Thrones, money is coming

Game of Thrones, money is coming

Après huit saisons, la série Game of Thrones s’achèvera le 19 mai prochain. Phénomène culturel et de société, la série est aussi un monstre économique...

Taxe Gafa : définition, projet de loi en France

Taxe Gafa : définition, projet de loi en France

Alors que la France étudie un projet de loi, adopté à l’Assemblée nationale et examiné au Sénat, pour taxer les géants du numérique, qu’est-ce que la...

ManoMano, la prochaine licorne française ?

ManoMano, la prochaine licorne française ?

La marketplace spécialisée dans le bricolage s’offre l'une des plus importantes levées de fonds de 2019, avec 110 millions d’euros. Elle affiche désor...

Adam Smith (OVH) : "La question de la protection des données se pose ailleurs qu'en Europe"

Adam Smith (OVH) : "La question de la protection des données se pose ailleurs qu'en Europe"

La licorne française est en pointe dans le domaine du cloud. Avec un vaste plan d’investissement lancé en 2016, le groupe veut accélérer son internati...

E.Tourte (Total) : "L'IA est un gisement de valeur colossal"

E.Tourte (Total) : "L'IA est un gisement de valeur colossal"

Evelyne Tourte, ancienne DSI de la branche Exploration-production du groupe Total, a élargi son périmètre d’activité au niveau monde depuis le 1er oct...

Médiator, Servier : le combat d’Irène Frachon

Médiator, Servier : le combat d’Irène Frachon

Les laboratoires Servier ont versé 116 millions d’euros aux victimes du Mediator. Cela n’aurait pas été possible sans l’engagement d’Irène Frachon.

Nidal Zeidan (Groupe Vital) : « Notre croissance pourrait passer par d’autres acquisitions »

Nidal Zeidan (Groupe Vital) : « Notre croissance pourrait passer par d’autres acquisitions »

La société de conseil et de services en ingénierie informatique fondée par Nidal Zeidan réalise une croissance solide et régulière. Un développement q...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message