Christophe Chevreton (Renault Mobility) : « Associer une offre de mobilité à des immeubles tertiaires prend tout son sens »

Normes draconiennes et restrictions de circulation d’un côté, uberisation et autopartage de l’autre : la voiture individuelle et sa place au sein de nos territoires et de nos villes connaissent, depuis plusieurs années, une importante métamorphose. Christophe Chevreton nous explique la démarche du constructeur français
pour accompagner ces évolutions.

Normes draconiennes et restrictions de circulation d’un côté, uberisation et autopartage de l’autre : la voiture individuelle et sa place au sein de nos territoires et de nos villes connaissent, depuis plusieurs années, une importante métamorphose. Christophe Chevreton nous explique la démarche du constructeur français pour accompagner ces évolutions.

Décideurs. Comment la voiture s’intègre-t-elle dans les nouvelles mobilités d’aujourd’hui ? Quelle est votre vision du marché ?
Christophe Chevreton.
La voiture reste un incontournable des solutions de mobilité aujourd’hui et ce d’autant qu’elle peut se partager, être électrique, favoriser le covoiturage, le lien social… Surtout, elle correspond aux modes et habitudes d’utilisation d’une grande partie de la population, que ce soit pour des usages professionnels et/ou des usages privés. Il va de soi que les mentalités évoluent et que le passage de la possession à l’usage est une réalité. Aujourd’hui, on veut accéder à une voiture rapidement, l’utiliser pour une heure ou une journée et surtout, ne payer que pour la durée d’utilisation. Si en plus le parcours client est 100 % digital, dématérialisé et que je peux m’inscrire à un service, réserver et payer, le tout en ligne, c’est encore mieux ! Le marché des services de mobilité est en perpétuel mouvement et nous n’en sommes qu’au début. Renault se doit bien sûr, non seulement d’accompagner le mouvement mais également de l’anticiper.

Comment Renault s’organise pour traiter toutes ces évolutions qui touchent le marché ainsi que les clients et les futurs véhicules ?
Nous avons créé en février 2015 une direction des nouvelles mobilités à la direction commerciale France avec une feuille de route simple, voire simpliste. Faire un état du marché des nouvelles mobilités sur la France, écouter nos clients particuliers comme professionnels et en fonction
des attentes et besoins exprimés, créer des offres en conséquence. C’est ainsi qu’est né le label Renault MOBILITY qui abrite aujourd’hui les offres d’autopartage de Renault.

Quelles propositions et solutions Renault développe en ce sens ?
Les offres Renault MOBILITY s’adressent aussi bien à un particulier qu’aux entreprises ou collectivités locales. Pour un particulier, il s’agit de pouvoir accéder à un véhicule en libre-service 24h/24 et 7j/7 et de pouvoir le réserver pour une heure ou une journée.
Pour une entreprise ou une collectivité locale il s’agit d’optimiser l’utilisation de ses véhicules en les partageant et de les utiliser pour des usages professionnels comme privés, générant ainsi une amélioration du TCO (coût de détention du parc).
Pour rendre concrètes et opérationnelles ces offres d’autopartage, nous avons développé des applications smartphone et des sites internet dédiés.

Vous vous illustrez également dans le domaine du tertiaire ?
Tout à fait. La simple location de mètres carrés de bureaux se fait plus rare et s’accompagne bien souvent de nouveaux services (conciergerie, salle de sport…). Associer une offre de mobilité à des immeubles tertiaires prend tout son sens, en particulier si ces véhicules sont en autopartage et électriques. Renault Mobility, avec sa solution 100 % clé en main, répond parfaitement à ce besoin : mise à disposition du véhicule, entretien, assurance, nettoyage et solutions technologiques pour gérer un service d'autopartage. Bien entendu, nous mettons à disposition un système de facturation qui permet d'imputer au bon utilisateur le courriel de location. Les équipes de Renault Mobility accompagnent la mise en place du service d'autopartage, dès l'amont en identifiant les besoins et usages de déplacement, le juste dimensionnement de la flotte et l'infrastructure nécessaire. Dans le cadre de la mise en place d'un service d'autopartage de véhicules électriques, le propriétaire ou l'exploitant du bien n'a finalement qu'à mettre à disposition les places de parking et à veiller à la mise en place de l'infrastructure de recharge. Nos premiers retours d'expérience montrent à quel point cette solution 100 % clé en main répond parfaitement à la demande. Par exemple, nous venons d'installer un parc de Zoé en autopartage à Saint-Denis dans des immeubles de bureaux.

Dans le cadre de la mise en place d'un service d'autopartage de véhicules électriques, le propriétaire ou l'exploitant du bien n'a finalement qu'à mettre à disposition les places de parking


Quelle est votre offre concernant l’habitation ?
Sur le même principe que pour le tertiaire, nous pouvons accompagner les promoteurs qui souhaitent associer un service de mobilité à la vente de mètres carrés d’habitation. Là encore, nous proposons un service 100 % clé en main. Nous pouvons être associé dès l'amont pour déterminer le nombre de parkings nécessaires, l'infrastructure de recharge pour les véhicules électriques, la prise en compte d'une connexion Wifi et GSM et enfin le choix des véhicules. De la même façon, nous accompagnons la promotion et la mise en place du service auprès des colocataires ainsi que la tarification du service. Nous venons ainsi de livrer des Zoé en autopartage dans des immeubles d'habitation.

Nous pouvons accompagner les promoteurs qui souhaitent associer un service de mobilité à la vente de mètres carrés d’habitation


Quel est votre vision des start-up évoluant sur le terrain des mobilités ?
Nous sommes très intéressés par les nouvelles approches que proposent les start-up et échangeons avec un grand nombre d’entre elles. Les synergies sont toujours possibles. Il y a, bien entendu, de la place pour tout le monde sur ce marché qui évolue et se renouvelle à vitesse grand V. Il serait utopique de penser pouvoir répondre à toutes les demandes  seul sans s’appuyer sur ces nouveaux acteurs émergeants. En tout état de cause, ce n’est pas notre position.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 27 novembre 2020

La veille urbaine du 27 novembre 2020

La convention de partenariat entre la Banque des Territoires et la Métropole Aix-Marseille-Provence, Stéphan de Faÿ nommé DG de Grand Paris Aménagemen...

Katayoune Panahi nommée directrice de l'immobilier de la SNCF

Katayoune Panahi nommée directrice de l'immobilier de la SNCF

La SNCF a une nouvelle directrice de l'immobilier en la personne de Katayoune Panahi. Retour sur son parcours.

La veille urbaine du 26 novembre 2020

La veille urbaine du 26 novembre 2020

Amundi Immobilier qui acquiert l’immeuble Curve à Saint-Denis, AXA IM - Real Assets qui entre dans l’immobilier des sciences de la vie en Europe, Unib...

La veille urbaine du 25 novembre 2020

La veille urbaine du 25 novembre 2020

Ardian qui loue à Sanofi l’ensemble du 46-48 avenue de la Grande Armée à Paris 17e, Sébastien Nida qui rejoint Savills France, la SGP qui investira pl...

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

En acceptant de se saisir du cas de la commune de Grande-Synthe, le Conseil d’Etat est pour la première fois contraint de trancher dans une affaire po...

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTechnologies"

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTe...

EuraTechnologies vient de lancer un nouveau programme d’incubation de startups destiné à accompagner les porteurs de projets novateurs dans l’industri...

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La liste des EPCI candidats à l'encadrement des loyers, le groupe Laurent Taïeb qui va créer un hôtel au sein de la tour Duo 2, Sogaris et la RATP qui...

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

Alors que Foncière Inea poursuit sa stratégie d’investissement dans des immeubles de bureaux neufs en régions comme le montre la récente acquisition d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte