Christophe Chevalley (Rocket Lawyer Europe) : « Nous vous donnons le droit »

Ça y est, Rocket Lawyer est arrivé en France. La société qui existe depuis déjà dix ans aux États-Unis a pour mission de rendre les services juridiques plus abordables, plus simples et plus accessibles aux TPE, PME et particuliers. La plateforme juridique accompagne aujourd’hui 20 millions de personnes, à des prix attractifs.

Ça y est, Rocket Lawyer est arrivé en France. La société qui existe depuis déjà dix ans aux États-Unis a pour mission de rendre les services juridiques plus abordables, plus simples et plus accessibles aux TPE, PME et particuliers. La plateforme juridique accompagne aujourd’hui 20 millions de personnes, à des prix attractifs.

Décideurs. Quelle est l’étendue de votre offre ? À qui s’adresse votre gamme de produits ?

Christophe Chevalley. Nous avons plus de 150 démarches en ligne, actives aujourd’hui, en l’occurrence, des documents juridiques couvrant tous les domaines du droit. Nous nous adressons aussi bien aux entreprises et aux responsables associatifs, qu’aux particuliers. Nous nous occupons des problématiques qui se posent aussi bien au plan de la vie professionnelle que personnelle. Cela va d’une création d’entreprise au Règlement général de protection des données (RGPD) mais aussi à tout ce qui touche à la vie de l’entreprise, y compris les relations entre les salariés. Le but étant d’apporter une solution juridique à tous les problèmes et de mettre les personnes en contact avec des avocats compétents.

Quels sont aujourd’hui les budgets accordés par les entreprises aux enjeux juridiques ? Quelles sont les sources d’économies que vous avez identifiées ?

Cela dépend tout d’abord de la taille de l’entreprise et de son activité. Le public auquel nous nous adressons gère le plus souvent de toutes petites entreprises. Dans de petites sociétés, le juridique est souvent inexistant. Elles font surtout appel à des experts-comptables. Nous présentons deux volets de service. Il y a effectivement les économies que l’on peut faire faire. Par exemple, si l’on veut avoir recours à un avocat, il y a la possibilité de lui parler gratuitement pendant 30 minutes au téléphone (à condition d’avoir souscrit à un abonnement). Et d’autre part, si l’avocat suit le dossier, la personne a droit à une remise de prix de 33 % sur le taux horaire ou 10% sur le forfait. Tous les documents juridiques, pour un achat à l’acte, sont affichés aux prix de 19,90€. Vous imaginez l’intérêt pour les petites entreprises. Quand on doit passer par un professionnel, avocat ou expert-comptable, cela ne coûte jamais moins de 500 euros. Notre positionnement sur le long terme permet d’avoir accès à un vrai service juridique à disposition. Les petites entreprises n’ont pas de service juridique, faute de moyen et elles considèrent que c’est une chose trop coûteuse et complexe pour elles.

Or, précisément, les TPE et les PME sont les plus vulnérables aux risques juridiques justement parce qu’elles ne disposent pas de moyens suffisants pour se défendre. Comment espérez-vous résoudre, en partie, ce déséquilibre du rapport de force ?

C’est exactement notre raison d’être. Le déséquilibre du rapport de force est vraiment notre credo. Au-delà d’un service commercial, il y a vraiment un enjeu quasi démocratique dans le sens où tout le monde a droit à une aide juridique de qualité. Au tribunal de commerce de Paris, une entreprise sur quatre met la clé sous la porte parce qu’elle n’arrive pas à récupérer ses impayés. L’arsenal juridique est théoriquement à disposition pour éviter ce genre de situation. Si on garde l’exemple des impayés : en utilisant Rocket Lawyer, les petites sociétés peuvent accéder aux documents sans pour autant payer excessivement cher. Cela peut aller jusqu’au tribunal de commerce. Nous couvrons de nombreux domaines juridiques. Notre ambition c’est d’avoir une solution pour toutes les problématiques de la vie courante. Nous disposons par ailleurs d’un forum, libre et gratuit où tout le monde peut s’inscrire et où ce sont les avocats qui répondent directement aux questions.  

Quelles sont vos méthodes afin d’assurer une conformité parfaite de vos clients vis-à-vis du Règlement général de protection des données (RGPD) ?

C’est très simple. Nous avons quelques documents clés sur notre site, remplis en quelques minutes et qui vous mettent en conformité avec le RGPD. Ce document permet une mise en conformité avec la loi européenne. En répondant à un questionnaire, nous vous permettons d’avoir un document à la mesure de l’entreprise afin d’être en conformité. Autant vous dire que c’est une chose tout particulièrement demandée en ce moment. Lorsque des cas particuliers se posent, nous mettons les clients en relation avec un avocat de notre réseau qui a des expériences dans le domaine spécifique et localisé près de chez le demandeur. 

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez dans votre développement ?

Nous nous développons très bien. Rocket Lawyer est arrivé en France seulement l’an dernier. Par ailleurs cette société existe aux États-Unis depuis dix ans avec, au total, plus de 20 millions d’utilisateurs. Sur le marché français nous sommes tout jeunes mais nous avons un très fort développement. La principale difficulté, c’est la prise de conscience des publics. Il y a deux choses. La première c’est que l’on ne rend pas toujours compte que le juridique peut être une solution. Il faut donc faire prendre conscience aux patrons ou aux particuliers, qu’il existe des solutions juridiques. On a « une mission d’évangélisation juridique » sur ces sujets précis. La seconde difficulté est de convaincre qu’une réponse en ligne peut être pertinente pour résoudre soi-même une série de problèmes. La plupart des gens vont sur Google pour trouver des solutions gratuites. Notre défi est de montrer que nous sommes la solution fiable. Qu’il est possible et pour peu cher de résoudre des problèmes juridiques. Changer les mentalités est une grande ambition mais notre but est effectivement de faire prendre conscience aux consommateurs, qu’il est possible d’agir, qu’il y a une solution juridique à leur problème et que cela peut être simple et financièrement accessible.

Sur quels éléments bâtissez-vous votre crédibilité à traiter des problématiques juridiques parfois complexes, via votre plate-forme ?

C’est le nerf de la guerre ! Le groupe Dalloz (premier éditeur juridique en France) est présent au capital de notre société.  Leur soutien nous est précieux. Toute l’intelligence juridique dont dispose notre outil, est puisé au sein de ce groupe et toujours mis à jour. Cela nous donne beaucoup d’assurance car il est vrai qu’il peut y avoir un vrai risque comme le droit change tous les jours. Pour nous, c’est extrêmement important d’avoir une fiabilité totale sur le contenu juridique. Ce n’est pas le cas de toutes les offres présentes sur Internet. Les utilisateurs peuvent avoir confiance en notre plateforme Rocket Lawyer car nous avons des soutiens puissants et crédibles pour notre service. C’est également notre façon d’accompagner l’utilisateur qui est clé. Notre but est de dédramatiser le droit. Rocket Lawyer vous donne le droit. Le droit est souvent perçu comme étant une chose loin des gens alors qu’il est essentiel de pouvoir s’en servir tous les jours si l’on veut acquérir les bonnes armes aussi bien dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle.

 

Coline Ziegler

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Deux semaines après l’annonce de l’ouverture d’un bureau à San Diego, Eversheds Sutherland recrute une équipe en IP.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message