Chargeurs, des masques pour faire front

Chargeurs, des masques pour faire front

Dans l’ombre, le groupe tricolore peu connu du grand public participe à la lutte contre la Covid-19. Sa mission principale ? Fabriquer des masques. Beaucoup de masques. Ce qui n’était pas sa vocation première.

Les propos tenus par Emmanuel Macron dans son allocution du 16 mars 2020 sont clairs : "Nous sommes en guerre." Un combat long et difficile contre une pandémie mondiale. Si certaines entreprises ont peur du futur, pour d’autres, la situation est une opportunité. C’est notamment le cas du français Chargeurs.

Faire face aux crises : l’ADN du groupe

La notoriété du groupe est faible, mais il peut toutefois se prévaloir d’une longue histoire. La défaite de la France face à la Prusse en 1870 est un véritable coup de tonnerre qui démoralise la Nation. Pour redorer son lustre, la IIIe République mise très vite sur une stratégie de développement commercial et intellectuel. Cela passe par la mise en place de l’École libre des sciences politiques, futur Sciences Po Paris. Mais aussi par la création d’une multitude d’entreprises telles que la Compagnie des chargeurs réunis dédiée initialement au transport maritime de marchandises. Lors des moments difficiles, le groupe passe spontanément au service du collectif. Durant la Première Guerre mondiale, la société met sa flotte à disposition de l’effort de guerre, permettant de transporter de grandes quantités de viande d’Amérique du Sud vers l’Hexagone afin de nourrir les Poilus. Pendant la Seconde, elle fournit des cargos à la France libre. En 2020, l’ennemi qu’il s’agit de combattre est un virus. Et le groupe décide encore de monter en première ligne

Des masques, des masques et des masques

Cette fois-ci, il ne s’agit plus de cargos. Au fil des décennies, la société a progressivement fait pivoter son business model. Acquis par Jérôme Seydoux en 1980, baptisé Chargeurs et repris par Colombus Holding en 2015, l’entreprise est désormais positionnée sur quatre métiers : la protection temporaire des surfaces, l’entoilage pour l’habillement, les textiles techniques et la laine préparée. En toute discrétion, les produits du groupe sont présents partout, des protège-écrans des smartphones à nos vêtements. Alors que l’épidémie se répand dans le monde, Chargeurs met à profit ses infrastructures et sa capacité d’innovation en se lançant à marche forcée dans la production de masques. "Nous avons adapté nos équipements pour modifier les tissus que nous produisons, l’opération nécessitait trois mois, on l’a fait en trois jours", se réjouit le PDG du groupe Michaël Fribourg. L’initiative permet à l’Europe de ne plus dépendre uniquement des masques asiatiques. Un petit pas vers un retour à la souveraineté sanitaire. La nouvelle filiale Lainière Santé produit désormais des millions de masques chaque semaine. Et il y en a pour tous les goûts : des jetables, des FFP2. Les plus coquets peuvent même se recouvrir le nez et la bouche avec des créations signées Maje, enseigne de prêt-à-porter haut de gamme

Résultats records

Cette opération de diversification porte ses fruits et Chargeurs peut se vanter d’une année 2020 record puisque son chiffre d’affaires s’élève à 822 millions d’euros, soit une croissance organique de 27,5%. Le rapport annuel du groupe se félicite d’être l’une des "rares entreprises mondiales à avoir réussi significativement à accroître ses performances en 2020, tout en renforçant son potentiel de création de valeurs". Le contexte sanitaire devrait permettre à l’entreprise de participer encore plus à l’effort de guerre. Mais aussi d’améliorer ses chiffres.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Agilité et résilience : ils performent malgré la crise

Bien qu’issues de secteurs durement touchés par la crise, certaines entreprises réussissent à maintenir leur business, voire à croître, que ce soit grâce au lancement d’une nouvelle activité ou encore à une gestion stratégique des stocks…Retour sur de véritables tours de force opérés ces derniers mois.
Sommaire VallJet, la bonne altitude K. Kébaïli (BBL Groupe) : "Le choc de la crise a été momentané mais salutaire" Tronico, la santé comme remède NGE, le ciment du collectif GYS, anticiper c’est gagner Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire Démarrage réussi pour Stellantis Distillerie des Moisans : mariage de raisin STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message