Ch. Goemaere (Comité Champagne) : "Plus le marché du Champagne est développé, plus le risque de contrefaçon est fort"

Créé le 12 avril 1941,  il y a 80 ans, le Comité Champagne a un nouveau directeur général depuis le 1er février 2021, Charles Goemaere, juriste de formation spécialisé en propriété intellectuelle. Fort de ses 17 années d’expérience au sein du comité, il est chargé de la protection et de la valorisation de l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) Champagne à travers le monde.

Créé le 12 avril 1941, il y a 80 ans, le Comité Champagne a un nouveau directeur général depuis le 1er février 2021, Charles Goemaere, juriste de formation spécialisé en propriété intellectuelle. Fort de ses 17 années d’expérience au sein du comité, il est chargé de la protection et de la valorisation de l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) Champagne à travers le monde.

Décideurs. Quelles sont les grandes missions du Comité Champagne que vous dirigez depuis le 1er février dernier ? 

Charles Goemaere. Notre mission première est de défendre les intérêts collectifs des vignerons et des maisons de champagne soit plus de 21 000 récoltants de raisin, élaborateurs de vin et metteurs en marché, qui partagent un destin commun, celui de créer de la valeur autour d'un élement de partimoine collectif commun, celui de l’Appellation d’origine contrôlée Champagne.  

La défense de ces intérêts communs passe par trois missions principales : la première, technique, consiste à améliorer la qualité intrinsèque du produit et celle perçue par le consommateur. Viennent ensuite la régulation économique de l’offre et celle de protection et de valorisation de l’AOC . 

En 2006, le Comité Champagne a signé une convention de coopération avec l’INPI. Quels en étaient les objectifs ? 

Cette convention a été conclue dans un double objectif : participer à la protection de l’appellation champagne à l’étranger en accompagnant l’INPI dans les missions de sensibilisation sur les problématiques de protection de cette appellation à l’étranger et proposer à nos membres une porte d’entrée vers le monde de la propriété intellectuelle, car s’ils partagent un droit de PI en matière d’ appellation d’origine, ils disposent aussi de leurs propres droits de PI avec leurs marques, dessins et modèles.  

Une permanence mensuelle a également été créée. Ainsi nos professionnels peuvent poser leurs questions directement à des experts de l’INPI. Ce service permet par ailleurs de participer aux commissions mixtes avec l’INPI et les grands offices de propriété intellectuelle à l’étranger de façon à faire remonter des problématiques particulières liées à la protection des indications géographiques à travers le monde. 

Quelles sont les principales problématiques en la matière ? Et quelles sont les missions du Comité Champagne  ? 

Nos activités sont de deux ordres. La priorité est de lutter contre la contrefaçon. Rappelons qu’un contrefacteur est un entrepreneur presque comme les autres. Son objectif consiste à maximiser ses profits en minimisant ses risques. Donc plus un signe de propriété intellectuelle est réputé, plus il y a de valeur ajoutée sur le produit et plus le risque de contrefaçon sera fort, à la condition que le produit soit moins bien protégé que le concurrent.

"Rappelons qu’un contrefacteur est un entrepreneur presque comme les autres. Son objectif consiste à maximiser ses profits en minimisant ses risques"

C’est la raison pour laquelle notre mission de sensibilisation auprès des administrations chargées des contrôles en France, dans l’UE et à l’international, en vue d’améliorer leur degré de conscience sur ces problématiques de contrefaçon, est capitale. 

Quel est le poids du marché de la contrefaçon de champagne dans le monde ? 

C’est difficile à dire avec précision. Une chose est certaine : plus le marché du champagne est développé dans un pays donné avec de nombreuses références, plus il sera facile pour un contrefacteur de pénétrer ce marché. À l’inverse, dans un marché très structuré comme le Vietnam par exemple, où une demi-douzaine de marques circule via des réseaux de distribution très bien identifiés, il sera très difficile pour un contrefacteur de passer inaperçu. 

Comment contrôlez-vous ce qu’il se passe dans les différents pays du monde ? 

Nous composons avec deux types de relais. D’abord avec des bureaux partout dans le monde, des "Ambassades du champagne à l’étranger" en quelque sorte, présents sur nos dix principaux marchés. Leurs missions ? Celles de représentation, d’intelligence économique et de protection en travaillant au côté de nos avocats à l’identification des atteintes portées à l'AOC mais aussi en les aidant à sensibiliser les administrations sur toutes ces questions. Le second est notre réseau d’avocats, très dense, avec 80 cabinets répartis dans le monde, dont certains avec lesquels nous travaillons depuis fort longtemps. Il s’agit exclusivement ou majoritairement de cabinets IP et nous privilégions les relations long terme en raison de la spécificité du concept d’Appellation d’origine contrôlée. 

Quelle zone dans le monde est particulièrement touchée par ces problématiques de contrefaçon sur ce produit ? 

L’Europe continentale est traditionnellement la zone où l’on trouve le plus grand nombre de contrefaçons. 

Combien d’affaires de contrefaçon sont traitées en moyenne chaque année ? 

Nous traitons en moyenne une dizaine de dossiers de contrefaçon d’envergure à travers le monde sur près de 1000 dossiers chaque année. Et, en permanence, avec la même périodicité, pas moins de 250 procédures administratives, civiles ou pénales sont en cours. 

Au-delà de la contrefaçon, quelles sont les autres atteintes portées contre l’AOC Champagne ? 

De nombreux dossiers sont liés au détournement de notoriété, à des utilisations abusives du terme champagne ou de dénominations approchantes qui détourneraient ou affaibliraient la notoriété de l’appellation. Le 5 mars 1984, le tribunal de grande instance de Paris a donné tort à la Seita qui avait lancé des cigarettes baptisées « Champagne » et déposé les marques « Champagne meilleur cru de Virginie » et « Champagne prestige et tradition », et ainsi donné lieu à la première jurisprudence de « détournement de la notoriété d’une appellation d’origine ». Ensuite, la loi du 2 juillet 1990 a étendu le champ de protection des appellations d’origine en France et, en 1991, leTGI  puis la cour d’appel de Paris ont mis en application cette réglementation dans la fameuse affaire Yves Saint-Laurent. Par la suite, nous avons  œuvré à faire en sorte d’obtenir ce même niveau de protection partout dans le monde. 

En 2021, l’appellation champagne est-elle selon vous suffisamment bien protégée ? Qu’en est-il de la sensibilité des Champenois aux enjeux de la PI ? 

La protection théorique est satisfaisante car les appellations d’origine et l’AOC Champagne en particulier sont protégées dans la plupart des pays du monde. Nous disposons ainsi d’un titre de propriété intellectuelle pour protéger l’AOC Champagne dans 123 pays, ce qui n’empêche pas les litiges car nous en avons dans une centaine de pays actuellement. Le niveau de problème est en lien avec la notoriété de l’appellation ! Côté sensibilisation, les Champenois ont conscience depuis très longtemps de la nécessité de protéger leur patrimoine commun.  Preuve en est de la première décision de protection du mot Champagne qui date de 1843, à une période où ni le droit des appellations d’origine ni le droit des marques n’existait.  

Propos recueillis par Anne-Sophie David 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte