Centres commerciaux : la confusion des genres

Accélérée par le numérique, l'hybridation des commerces modifie le paysage des centres commerciaux. Privilégiant la mixité, les nouveaux projets immobiliers s'adaptent aux modes de vie des consommateurs et intègrent le digital.

Accélérée par le numérique, l'hybridation des commerces modifie le paysage des centres commerciaux. Privilégiant la mixité, les nouveaux projets immobiliers s'adaptent aux modes de vie des consommateurs et intègrent le digital.

L'ambiance n'est pas vraiment à la fête dans le secteur du retail. Le chiffre d'affaires des centres commerciaux recule de - 1,5 %, en cumul, à fin juillet et la fréquentation de - 1,8 %. Point positif, cependant, si les consommateurs viennent moins souvent en magasin, ils achètent davantage. « Nous observons, depuis plusieurs mois, un léger décrochage entre l'évolution de la fréquentation et celle de l'activité. Le taux de transformation s'est amélioré tandis que le nombre de visites s'érode », constate Gontran Thüring, délégué général du Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC). En cause, le temps passé en amont de l'achat sur Internet qui réduit d'autant la durée du passage dans le centre commercial auquel s'ajoute les craintes sécuritaires suite à la vague d'attentats depuis 2015. Plus de clients, moins de chalands, donc, pour un commerce qui traverse aujourd'hui une véritable crise identitaire. Car si tous les secteurs d'activités ne souffrent pas de la même façon de la situation – les catégories beauté-santé, sport et loisirs et divertissements surperforment quand l'équipement de la personne est en berne – les enseignes ont bel et bien enclenché leur mue commerciale, avançant à tâtons sur un marché menacé par le e-commerce. « Tous les retailers essaient de voir comment optimiser l'omnicanalité, la tendance lourde du secteur. Pour preuve, le click & collect est le segment du retail qui croît le plus vite », observe le délégué général. Prisé par les consommateurs, ce service de retrait en magasin libère les commerçants du coût du dernier kilomètre - le point noir de la livraison- et leur permet de réaliser des ventes additionnelles auprès des clients qui se rendent en magasin pour récupérer leur colis.

 

Porosité des espaces
Le « phygital », mariage du commerce physique et du digital, est devenu une évidence. Ce phénomène d'hybridation s'étend au-delà des murs du magasin, laissant apparaître une nouvelle porosité des espaces. « Suivant un double mouvement, des enseignes de retail park s'implantent dans des centres commerciaux et, à l'inverse, on voit des enseignes de centre-ville installer leur boutique dans les retail park nouvelle génération : ces lifestyle centers à l'offre qualitative et renouvelée », explique Gontran Thüring. Un décloisonnement porté par des projets immobiliers qui favorisent, de plus en plus, la mixité. « Les foncières qui, traditionnellement, créaient des centres commerciaux en périphérie, se mettent aujourd'hui à concevoir des pans péri-urbains avec des bureaux, logements et commerces en pied d'immeuble », analyse Christian Dubois, directeur général du bureau de Paris chez Cushman & Wakefield. Leur objectif ? Créer une symbiose entre le bien-être des gens logés, ceux qui travaillent et un commerce pérennisé par la création d'une vie de quartier. Dans un secteur où le e-commerce ne cesse de grignoter des parts de marché (+14,6 % en 2016), la rationalisation des mètres carrés de surfaces commerciales s'impose. Les équipements commerciaux obsolètes, devront être démolis pour renaître sous une autre forme, plus en phase avec la société. « Les centres commerciaux deviennent de moins en moins commerciaux et de plus en plus fonctionnels », souligne le délégué général du CNCC. Selon ce dernier, cette évolution répond aux nouveaux besoins du consommateur : « progressivement, nos modes de vie deviennent de moins en moins séquentiels et mettent fin à l'adage métro-boulot-dodo ». Libre aux investisseurs et aux  retailers d'imaginer de nouveaux lieux qui ressemblent aux millennials, les consommateurs de demain. 
 

Charlotte Danjou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte