Castaldi Mourre devient Castaldi Partners

Le changement du nom du cabinet franco-italien n’est que la surface de profonds développements de la structure.

Le changement du nom du cabinet franco-italien n’est que la surface de profonds développements de la structure.

Avec la nomination d’Alexis Mourre à la tête de la cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (ICC) en juillet 2015, le cabinet d’avocats qu’il avait fondé en 1996 avec Enrico Castaldi prend un nouveau tournant. « Les nouvelles fonctions exercées par Alexis sont incompatibles avec celles d’associé d’un cabinet d’avocats, explique ce dernier. Conserver son nom dans notre dénomination sociale aurait été quelque part source de confusion. Castaldi Partners devient une marque. "Castaldi" représente l’ensemble de nos avocats et "Partners" nos clients. » Ce changement de dénomination accompagne un ensemble de développements réalisés ou en cours de finalisation.

 

Féminisation

À Paris, le cabinet nomme trois nouvelles associées, remplissant ainsi deux de ses objectifs. Tout d’abord, renforcer ses pratiques historiques, le contentieux et l’arbitrage. À cette fin, sont promues, Valentine Chessa, une spécialiste de l’arbitrage arrivée en 2011 au cabinet en provenance de la CCI, et Priscille Pedone, une ancienne de chez Bonelli Erede Pappalardo à Milan qui a rejoint la structure en 2000. Cette dernière renforce l’activité contentieux commercial et arbitrage de l’équipe. Deuxième objectif : présenter une offre solide en droit du travail. « Il s’agit d’un aspect important pour l’accompagnement de nos clients étrangers dans leurs opérations en France », précise Enrico Castaldi. La nouvelle associée Élisabeth Biget est en effet une experte du droit du travail. Elle exerce au cabinet depuis 2011 et intervient également en matière d’expatriation de salariés, de sécurité et de cotisations sociales. Avec ces cooptations, le cabinet affiche une volonté claire de se féminiser.

 

Londres, Bruxelles, Lyon, Verona et Vicence

Castaldi Partners envisage aussi d’étendre ses implantations en régions et à l’étranger, avec des cibles en France, en Italie, en Belgique et au Royaume-Uni. Londres est un point stratégique depuis longtemps puisque le cabinet y exerçait entre 1998 et 2005, mais avec un business model qui correspondait mal aux besoins de ses clients. L’activité en droit anglais avait alors été rapatriée à Milan. La donne a changé dorénavant puisque Castaldi Partners compte être localement présent sans retomber dans les mêmes travers. Il dévoilera les contours de ce projet avant septembre prochain.

Les autres implantations de la structure sont également en cours de finalisation. Mais l’équipe vise Bruxelles « pour retrouver une activité en droit de la concurrence, non pas particulièrement dans la perspective de dossiers de notification et de concentration mais plutôt pour les aspects du droit de la concurrence complémentaire au droit commercial. Je pense notamment aux accords non concurrentiels, cartels, comportements non conformes aux règles de la concurrence, etc. », rapporte l’associé fondateur. Pour cela, l’équipe a déjà choisi son allié avec lequel les discussions devraient aboutir avant l’été. Grâce à ses implantations à Vérone et à Vicence, ce nouveau partenaire offrirait deux places supplémentaires à Castaldi Partners pour étendre son intervention.

Autre alliance stratégique : celle avec un cabinet lyonnais, dont le nom sera dévoilé dans quelques semaines. Cette opération vise à accompagner les clients industriels de Castaldi Partners.

 

Milan, véritable pilier

Milan, enfin, est passé du statut de bureau de représentation à celui de véritable pilier de l’activité en 2010 et bénéficiera prochainement de cooptations dans un unique partnership avec Paris. « Nous sommes déjà le premier cabinet entre la France et l’Italie. Nous souhaitons devenir le cabinet parfaitement binational », explique Enrico Castaldi, qui s’appuie pour cela sur vingt ans d’expérience. L’équipe conseille Invivo et Radial dans leurs implantations entre les deux pays, assiste Calzedonia pour l’ouverture de ses boutiques dans la France entière et défend Saipem et le Groupe Maire Tecnimont dans le litige l’opposant à Engie au sujet de la construction du terminal méthanier de Fos Cavaou.

Avec autant de projets sur le feu, l’année a été dense pour l’équipe du cabinet. Enrico Castaldi entend la mener vers de nouveaux horizons : « J’avais le choix entre laisser le cabinet poursuivre son chemin ou retrouver le souffle du début. J’ai choisi le virage du renouveau pour répondre à l’évolution de notre métier. »

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

SmartRH BI et SmartCare,  les solutions de BI dédiées  aux Ressources Humaines

SmartRH BI et SmartCare, les solutions de BI dédiées aux Ressources Humaines

En 2015, 28 % des décideurs interrogés par Markess déclarent utiliser au moins une solution en mode SaaS dans les domaines du reporting social. En eff...

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Pleinement engagée pour sa ville, la maire de Calais veut définitivement tourner la page de la crise migratoire, afin de rendre au territoire son attr...

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

Le spécialiste français du conseil en service numérique compte dépasser la barre de 100 M€ de revenus dès 2019.

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière dans les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation conce...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message