Carlos Ghosn en prison : scandale ou complot ?

Les accusations qui pèsent sur Carlos Ghosn pourraient permettre de rééquilibrer l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en faveur des Japonais qui auraient intérêt à son départ. Contrairement à l’État français.

Les accusations qui pèsent sur Carlos Ghosn pourraient permettre de rééquilibrer l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en faveur des Japonais qui auraient intérêt à son départ. Contrairement à l’État français.

Il était un héros de manga. Le voici désormais paria. Carlos Ghosn, à la tête de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a été arrêté lundi 19 novembre à la descente de son jet privé. L’homme d’affaires de 64 ans est soupçonné d’infractions au droit fiscal japonais. Les deux accusations qui pèsent à son encontre sont simples et précises.

Entre 2011 et 2015, il aurait déclaré au fisc japonais un revenu de 4,9 milliards de yens, soit 37 millions d’euros. Or, ses revenus réels s’élèveraient plutôt à 10 milliards de yens. Autre grief, une filiale néerlandaise créée en 2010 pour investir dans des start-up aurait servi à acquérir des biens immobiliers à Rio de Janeiro, Beyrouth, Paris ou Amsterdam. Biens dont Carlos Ghosn posséderait la jouissance exclusive. Sur le papier, l’affaire semble donc grave et entendue. Mais un élément retient l’attention des observateurs : la provenance de l’accusation.

Ghosn, victime d’un complot interne ?

Depuis un an, la législation japonaise permet à la justice d’enquêter pour donner suite aux dénonciations d’un lanceur d’alerte. Dans le cas de Carlos Ghosn, il s’agit d’un ancien cadre de Nissan, emprisonné pour raisons fiscales, qui a dénoncé son ancien patron contre une remise de peine.

Le départ de Carlos Ghosn de la tête de Nissan pourrait, sans mettre fin à l’alliance, permettre au constructeur japonais d’en prendre davantage le contrôle. Et le moment semble opportun. Certes le Français a sauvé Nissan. Mais le constructeur est désormais plus puissant que la marque au losange. Il a ainsi vendu 5,8 millions de véhicules contre 3,7 millions pour le français… Le timing est donc le bon pour rebattre les cartes. Pour le moment, si Renault contrôle 43% de Nissan, Nissan possède seulement 15% de Renault. Une situation qui semble très difficile à bouleverser sous le contrôle de Carlos Ghosn qui envisage à terme de fusionner Nissan-Renault et Mitsubishi au sein d’une seule entité. Mais si ce dernier devait effectivement céder sa place, tout deviendrait possible.

Ce n’est pas un hasard si l’actuel patron de Nissan, Hiroto Saikawa s’en est vivement pris à son supérieur en se déclarant « indigné », « frustré », « déçu », « désespéré ». Nul doute qu’il rêve de prendre la place de Ghosn à la tête de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, devenue premier constructeur mondial en 2017.

L’État : un soutien de poids

Derrière les murs de sa cellule, Carlos Ghosn peut toutefois trouver une consolation. Pour le moment, l’Etat, qui détient toujours 15% de Renault n’abandonne pas l’homme d’affaires en rase campagne. Dans les heures qui ont suivi son arrestation, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a certes demandé une gouvernance intermédiaire le temps que les choses soient tirées au clair. Pour autant, le patron de Bercy a déclaré que « l’État ne va pas demander le départ formel de Carlos Ghosn en conseil d’administration pour une raison simple : nous n’avons pas de preuve ». Pour le moment, c’est donc le respect de la présomption d’innocence qui est mis en avant.

Si les accusations remettent en cause les déclarations de revenus de Carlos Ghosn dans l’archipel nippon, tout semble en ordre dans l’Hexagone : « Nous avons, avec Gérald Darmanin, demandé à nos services de vérifier la déclaration fiscale de Carlos Ghosn en France. Or, il n’y a rien de particulier sur sa déclaration ». Si Carlos Ghosn peut sortir juridiquement innocent de l’affaire, son image de patron intègre pourrait être durablement ternie dans l’opinion publique. Ce qui pourrait déjà s’avérer une belle victoire pour un lanceur d’alerte prêt à tout pour empêcher la mainmise d’un groupe français sur un fleuron industriel du pays du Soleil levant…

Lucas Jakubowicz (lucas_jaku)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Julian Assange : wanted

Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte jur...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

De "l'art d'être Français"

De "l'art d'être Français"

Après la nécessité de repenser le fonctionnement démocratique et celui des institutions, de revaloriser la formation et le travail, le chef de l’État...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message