Carlos Ghosn en prison : scandale ou complot ?

Les accusations qui pèsent sur Carlos Ghosn pourraient permettre de rééquilibrer l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en faveur des Japonais qui auraient intérêt à son départ. Contrairement à l’État français.

Les accusations qui pèsent sur Carlos Ghosn pourraient permettre de rééquilibrer l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en faveur des Japonais qui auraient intérêt à son départ. Contrairement à l’État français.

Il était un héros de manga. Le voici désormais paria. Carlos Ghosn, à la tête de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a été arrêté lundi 19 novembre à la descente de son jet privé. L’homme d’affaires de 64 ans est soupçonné d’infractions au droit fiscal japonais. Les deux accusations qui pèsent à son encontre sont simples et précises.

Entre 2011 et 2015, il aurait déclaré au fisc japonais un revenu de 4,9 milliards de yens, soit 37 millions d’euros. Or, ses revenus réels s’élèveraient plutôt à 10 milliards de yens. Autre grief, une filiale néerlandaise créée en 2010 pour investir dans des start-up aurait servi à acquérir des biens immobiliers à Rio de Janeiro, Beyrouth, Paris ou Amsterdam. Biens dont Carlos Ghosn posséderait la jouissance exclusive. Sur le papier, l’affaire semble donc grave et entendue. Mais un élément retient l’attention des observateurs : la provenance de l’accusation.

Ghosn, victime d’un complot interne ?

Depuis un an, la législation japonaise permet à la justice d’enquêter pour donner suite aux dénonciations d’un lanceur d’alerte. Dans le cas de Carlos Ghosn, il s’agit d’un ancien cadre de Nissan, emprisonné pour raisons fiscales, qui a dénoncé son ancien patron contre une remise de peine.

Le départ de Carlos Ghosn de la tête de Nissan pourrait, sans mettre fin à l’alliance, permettre au constructeur japonais d’en prendre davantage le contrôle. Et le moment semble opportun. Certes le Français a sauvé Nissan. Mais le constructeur est désormais plus puissant que la marque au losange. Il a ainsi vendu 5,8 millions de véhicules contre 3,7 millions pour le français… Le timing est donc le bon pour rebattre les cartes. Pour le moment, si Renault contrôle 43% de Nissan, Nissan possède seulement 15% de Renault. Une situation qui semble très difficile à bouleverser sous le contrôle de Carlos Ghosn qui envisage à terme de fusionner Nissan-Renault et Mitsubishi au sein d’une seule entité. Mais si ce dernier devait effectivement céder sa place, tout deviendrait possible.

Ce n’est pas un hasard si l’actuel patron de Nissan, Hiroto Saikawa s’en est vivement pris à son supérieur en se déclarant « indigné », « frustré », « déçu », « désespéré ». Nul doute qu’il rêve de prendre la place de Ghosn à la tête de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, devenue premier constructeur mondial en 2017.

L’État : un soutien de poids

Derrière les murs de sa cellule, Carlos Ghosn peut toutefois trouver une consolation. Pour le moment, l’Etat, qui détient toujours 15% de Renault n’abandonne pas l’homme d’affaires en rase campagne. Dans les heures qui ont suivi son arrestation, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a certes demandé une gouvernance intermédiaire le temps que les choses soient tirées au clair. Pour autant, le patron de Bercy a déclaré que « l’État ne va pas demander le départ formel de Carlos Ghosn en conseil d’administration pour une raison simple : nous n’avons pas de preuve ». Pour le moment, c’est donc le respect de la présomption d’innocence qui est mis en avant.

Si les accusations remettent en cause les déclarations de revenus de Carlos Ghosn dans l’archipel nippon, tout semble en ordre dans l’Hexagone : « Nous avons, avec Gérald Darmanin, demandé à nos services de vérifier la déclaration fiscale de Carlos Ghosn en France. Or, il n’y a rien de particulier sur sa déclaration ». Si Carlos Ghosn peut sortir juridiquement innocent de l’affaire, son image de patron intègre pourrait être durablement ternie dans l’opinion publique. Ce qui pourrait déjà s’avérer une belle victoire pour un lanceur d’alerte prêt à tout pour empêcher la mainmise d’un groupe français sur un fleuron industriel du pays du Soleil levant…

Lucas Jakubowicz (lucas_jaku)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sarah El Haïry (Modem) : « L’ESS c’est 13% de l’emploi privé en France »

Sarah El Haïry (Modem) : « L’ESS c’est 13% de l’emploi privé en France »

La députée de Loire-Atlantique et coprésidente du groupe d’études sur l’économie sociale et solidaire revient sur le poids de l’ESS. Selon elle, ce n’...

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Parfois passionnés du ballon rond, nos chefs d’État en font parfois un peu trop, notamment quand il s’agit de l’équipe de France. Il faut dire que qua...

Kamala Harris : l'adversaire

Kamala Harris : l'adversaire

Femme et métisse. Il y a quelques années, cela aurait suffi à disqualifier Kamala Harris. Aujourd’hui, cela fait d’elle la candidate idéale pour battr...

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Le cofondateur de ce nouveau mouvement de gauche revient sur la démocratie directe dont il est un spécialiste. Grand débat, futur des partis politique...

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Dans un essai passionnant, le maire de Neuilly-sur-Seine, remet en question « le primat métropolitain » et la vague de valorisation actuelle des ville...

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Respecté des politiques comme des syndicats, homme de dialogue et de vision réputé pour sa courtoisie autant que pour son sens de la diplomatie, Jean-...

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Le 26 février, les Pays-Bas annoncent monter au capital d’Air France-KLM afin de peser sur l’avenir de la compagnie. Une décision, mal vécue par l’Éta...

Si l'UE était un État...

Si l'UE était un État...

Nos infographies prouvent noir sur blanc que l'union européenne serait un poids lourd intellectuel, sportif et économique.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message