Capgemini - Altran : la fin du feuilleton ?

Le groupe informatique Capgemini aura lutté contre le fonds activiste Elliott pour réussir à s’offrir Altran. La SSII, qui prend enfin plus de 50% du capital du leader mondial de la R&D externalisée doit désormais attendre une décision de la cour d’appel de Paris. Celle-ci clôturera l’une des OPA les plus suivies de l’année.
Paul Hermelin, PDG de Capgemini, et Dominique Cerutti, PDG d'Altran.

Le groupe informatique Capgemini aura lutté contre le fonds activiste Elliott pour réussir à s’offrir Altran. La SSII, qui prend enfin plus de 50% du capital du leader mondial de la R&D externalisée doit désormais attendre une décision de la cour d’appel de Paris. Celle-ci clôturera l’une des OPA les plus suivies de l’année.

Depuis juin 2019, la cible est dans le viseur de Capgemini, leader français de la transformation digitale, car les synergies sont nombreuses. Elles devraient permettre au géant mondial de la R&D externalisée d’économiser entre 70 et 100 millions d’euros. L’OPA amicale pourrait alors donner naissance à un véritable géant de l’IT, car Altran se démarque du reste du marché avec ses 2,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Pourtant un acteur s’y est farouchement opposé : Elliott. Le fonds activiste, qui détient 14 % du capital d’Altran estime que le prix proposé par Capgemini, de 14 euros par action, « ne reflète pas sa juste valeur ». Alors que, les directions des deux entreprises se sont entendues sur ce prix, le fonds spéculatif considère que « la prime offerte aux actionnaires aujourd'hui n'est que de 7%, un montant nettement inférieur aux 38% qui ont été offerts dans des transactions précédentes comparables ». Le principal intéressé répond que son « offre est équitable et reflète pleinement la valeur d'Altran » et surtout qu’il n'y a « aujourd'hui aucune autre offre sur la table pour les actionnaires d'Altran ». Elliot alarme aussi les actionnaires sur d’éventuels offres plus favorables du repreneur en cas d’échec de l’OPA, ce que fustige Paul Hermelin, PDG de Capgemini: « Nous sommes encadrés par des règles précises de communication financière. […] Ils [les fonds activistes] diffusent des bruits et ne sont astreints à aucune discipline. On appelle ça l'asymétrie. »

Contre toute attente, conscient du pouvoir d’un tel acteur, que Capgemini a relevé, mardi 14 janvier, son offre de 50 centimes par action. «Nous voulions tordre le cou à des rumeurs de marché laissant entendre aux actionnaires d’Altran qu’il pourrait y avoir mieux demain et permettre aux arbitragistes qui ont acquis des titres juste au-dessus de 14 euros de réaliser un petit gain », explique alors Paul Hermelin, avant d’ajouter, pour rassurer les actionnaires, que « Capgemini s’engage à ne pas réaliser de nouvelle offre ni de fusion sur la base d’un prix par action Altran supérieur au prix de l’offre pendant au moins dix-huit mois ». Les actionnaires avaient jusqu’au 22 janvier pour apporter leurs participations à l’OPA. De telle sorte que si Capgemini ne réussissait pas à acquérir 50,1 % du capital d’Altran, à cette date la naissance de ce géant de la transformation digitale avortait. Le fonds activiste, lui, refusant toute cession à moins de 18 euros par action. L’incertitude régnait donc sur les marchés jusqu’au résultat du 28 janvier. Finalement, « Capgemini […] est en mesure de détenir […] 53,57 % du capital et au moins 53,41 % des droits de vote de cette société », selon le communiqué de l'Autorité des marchés financiers. L’OPA est donc un succès et les deux groupes devraient amorcer leur rapprochement sous peu. Pourtant, Elliott a mandaté l'Adam (Association des actionnaires minoritaires) afin de contester en justice le processus de gouvernance chez Altran qu'il juge « défaillant ». Verdict de la cour d’appel de Paris attendu avant le 24 mars.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans la mer chaque année. Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, s...

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

L’acteur de référence des services assurantiels Stelliant amorce un nouveau virage stratégique pour faire face à l’évolution du marché. Le projet glob...

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

Dans le cadre de son démantèlement, Thyssenkrupp a refusé de vendre ses ascenseurs à son concurrent finlandais, Kone. Conséquence de l’intransigeance...

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Les ministres des Finances français, italien, allemand et espagnol ont conjointement exprimé leur détermination à réformer la fiscalité internationale...

Changement d'actionnaires pour Altixia REIM

Changement d'actionnaires pour Altixia REIM

La société de gestion immobilière voit ses quatre principaux dirigeants entrer à son capital de façon majoritaire.

C.Prudhomme (ASO) : "Le Tour de France, c’est de la ferveur, de l’enthousiasme"

C.Prudhomme (ASO) : "Le Tour de France, c’est de la ferveur, de l’enthousiasme"

Le Tour de France tient une place à part dans le patrimoine du pays. En raison notamment de l’engouement populaire qu’il suscite, son rôle dépasse le...

Entre le fisc et Facebook, un contentieux à 9 milliards de dollars

Entre le fisc et Facebook, un contentieux à 9 milliards de dollars

Réunies devant une juridiction de San Francisco, les deux parties s’opposent sur une vieille affaire de prix de transfert datant de 2010. Au-delà du m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message