Les États-Unis : passage obligé vers le statut de licorne ?

Pour devenir une licorne, réussir sur le marché français ne suffit pas, internationaliser son activité est un impératif. Longtemps attirées par l’Europe, nos start-up tentent désormais leur chance directement aux États-Unis. Un moyen pour elles d’économiser du temps et de l’argent dans leur expansion.

Pour devenir une licorne, réussir sur le marché français ne suffit pas, internationaliser son activité est un impératif. Longtemps attirées par l’Europe, nos start-up tentent désormais leur chance directement aux États-Unis. Un moyen pour elles d’économiser du temps et de l’argent dans leur expansion.

Parmi les principales difficultés évoquées par les chefs d’entreprises pour assurer leur croissance, la taille du marché français, jugé trop petit, arrive en deuxième position, juste derrière les besoins en financement et loin devant la bureaucratie ou les questions de fiscalité. Pour tenter de pallier ce problème, les start-up partent à l’assaut de l’Europe mais se heurtent à son morcellement : au-delà des différences de législation et de taxation, se pose la difficulté de grands écarts culturels. Les attentes du client français n’ont rien à voir avec ceux de son voisin italien ou allemand. Des différences qui impliquent des phases d’apprentissage coûteux en temps et en argent, deux éléments précieux pour le développement d’une licorne.

« Un marché immense et cohérent »

Le problème se révèle d’autant plus épineux dans un contexte de concurrence internationale : les start-up hexagonales doivent affronter des sociétés américaines ou chinoises qui, elles, disposent d’un marché mature et unifié. Pas étonnant donc que notre pays ne compte que trois licornes en 2016 (OVH et Blablacar). Mais le constat n’est pas meilleur au niveau européen. Alors que le Vieux Continent représente 45 % du PIB mondial, il ne concentre que 30 % des licornes. Une contre-performance qui s’explique non pas par l’essor des acteurs asiatiques mais par la suprématie des États-Unis dans ce domaine.

Pour Pierre Chappaz, entrepreneur français à succès à l’origine de Kelkoo, Wikio ou encore Teads, la solution se trouve justement de l’autre côté de l’Atlantique : « Il ne faut pas voir peur de s’implanter directement là-bas, y réussir vous ouvrira des portes pour la suite. Le marché est immense et cohérent. » L’internationalisation sous-tend qu’il ne faut pas hésiter à faire évoluer son offre pour aboutir à un produit ou un service insensibles aux différences culturelles. Une stratégie qui a par exemple été payante pour Criteo. En faisant des États-Unis sa priorité, Jean-Baptiste Rudelle, son fondateur, a réussi à faire de sa société une licorne, cinq ans seulement après sa création en 2005. Cotée au Nasdaq depuis octobre 2013, elle se trouve désormais valorisée à plus de 2,5 milliards de dollars. Et la France ne représente plus que 5 % de son chiffre d’affaires…

Vincent Paes

 

Les cinq plus belles licornes européennes

Selon le rapport réalisé par la banque d’investissement GP Bullhound, l’Europe compte 47 licornes pour une valorisation totale de 131 milliards de dollars. Les cinq premières représentent, à elles seules, 27 % de ce montant.

1- Spotify (Suède) : 8,5 MD$ - Streaming

2- Zalando (Allemagne) : 8,1 – E-commerce

3- Markit Group (Angleterre) : 6,2 MD$ - Services financiers

4- King Digital (Suède) : 5,6 MD$ - Jeux en ligne

5- Right Move (Angleterre) : 5,6 MD$ -Immobilier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies de croissance : les secrets de la licorne

Ces sociétés non cotées et valorisées à plus d’un milliard de dollar ne représentent qu’une infime part des start-up. Sur les 60 000 jeunes pousses américaines créées au cours des dix dernières années, seulement 0,1 % sont devenues des licornes. Quels sont les ingrédients pour réussir ?
Sommaire Les licornes : entre mythe et réalité Licornes : sous le soleil des fonds Maïlys Ferrere (Bpifrance) : « On recense déjà 37 levées de plus de quinze millions d'eruos » Benoît Fouilland (Criteo) : « Être une licorne, c’est une conséquence, pas un but » La plate-forme, l'outil indispensable pour devenir une licorne Quentin Sannié (Devialet) : « La France est un paradis pour entrepreneurs » Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice Jean-David Chamboredon (France Digitale) : « Aller là où les Américains ne sont pas » Quelles seront les futures licornes made in France ?
Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Jessica Alba, Emma Watson, Oprah Winfrey : les célébrités des conseils d'administration

Jessica Alba, Emma Watson, Oprah Winfrey : les célébrités des conseils d'administration

Jessica Alba intègre le board de Yahoo. L’actrice n’est pas la première à rejoindre l’instance non exécutive d’un grand groupe, en recherche de nouvel...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Rémunérations : objectifs climat pour le CAC 40

Rémunérations : objectifs climat pour le CAC 40

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Jean-Pascal Pham-Ba : l’idéaliste de terrain

Jean-Pascal Pham-Ba : l’idéaliste de terrain

Il est avocat d’affaires, entrepreneur, financier, conseiller stratégique… Mais ce qui définit avant tout Jean-Pascal Pham-Ba c’est son engagement san...

Parité : l’UE impose des quotas de femmes au sein des conseils d’administration

Parité : l’UE impose des quotas de femmes au sein des conseils d’administration

Le 7 juin, les représentants des États membres et le Parlement européen trouvaient un accord sur une directive proposée il y a dix ans par Bruxelles....

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Si les cabinets de conseil anglo-saxons sont souvent mis sur le devant de la scène, la France regorge, elle aussi, de belles aventures entrepreneurial...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message