Cafés, événementiel, culture : le gouvernement renforce les aides

Bercy annonce mercredi 10 juin un soutien accru pour les secteurs les plus touchés par la crise. Ils pourront notamment continuer à bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’indemnité d’activité partielle jusqu’en septembre.

Bercy annonce mercredi 10 juin un soutien accru pour les secteurs les plus touchés par la crise. Ils pourront notamment continuer à bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’indemnité d’activité partielle jusqu’en septembre.

L’hôtellerie, la restauration, le tourisme, l’événementiel, le sport ou encore la culture subissent de plein fouet la crise liée au Covid-19. C’est pourquoi l’État décide de renforcer son soutien à l’égard de ces secteurs durablement affectés car soumis à des restrictions d’activité allant au-delà du premier acte de déconfinement, qui a eu lieu le 11 mai dernier. Bercy annonçait ainsi mercredi 10 juin une série de mesures à destination des entreprises ayant subi 80 % de perte de chiffre d’affaires sur la période allant du 15 mars au 15 mai.

Activité partielle

Les sociétés de ces secteurs pourront continuer à bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’en septembre. Et ce, quelle que soit leur taille. Pour mémoire, pour les autres secteurs, depuis le 1er juin, les heures chômées au titre de l’activité partielle sont prises en charge à 85 %.

Fonds de solidarité

Par ailleurs, le fonds de solidarité reste accessible aux entreprises de ces activités, ainsi qu’aux artistes auteurs, jusqu’à la fin de l’année 2020 et est élargi à partir du 1er juin. Seront ainsi éligibles : les sociétés jusqu’à 20 salariés (contre 10 salariés actuellement) et réalisant un chiffre d’affaires allant jusqu’à 2 millions d’euros (au lieu de 1 million d’euros).

Les aides versées dans le cadre du deuxième volet du fonds peuvent aller jusqu’à 10 000 euros. Celui-ci sera accessible sans condition de refus d’un prêt bancaire. Un coup de pouce supplémentaire alors que pour les autres secteurs, le fonds de solidarité s’arrête au 31 mai. Les entreprises n’ayant pas encore demandé le deuxième étage du fonds, peuvent le faire jusqu’au mois de juillet.

Exonérations de cotisations sociales

Les TPE et les PME relevant des secteurs identifiés par Bercy bénéficieront également d’une exonération de cotisations patronales acquittées ou reportées durant les mois de mars à juin 2020 (au titre des périodes d’emploi de février à mai). En outre, une aide au paiement des cotisations et contributions sociales égale à 20 % de la masse salariale bénéficiant de l’exonération sera mise en place. Les travailleurs indépendants et non salariés agricoles appartenant aux secteurs d’activité les plus touchés pourront bénéficier d’une réduction forfaitaire de cotisations égale à l’équivalent de quatre mois des cotisations dues en moyenne dans ces secteurs en 2019. Les micro-entrepreneurs, quant à eux, se voient accorder une exonération des cotisations dues au titre du mois d’activité compris entre février et mai ou juin. Les artistes-auteurs auront droit à une réduction forfaitaire de cotisations sociales d’un montant variable calculée en fonction de leurs revenus 2019.

Tickets restaurant

Dans une autre communication, en date du jeudi 11 juin, le gouvernement annonce l’assouplissement temporaire des conditions d’utilisation des tickets restaurant, afin de soutenir le monde de la restauration. Leur plafond journalier d’utilisation sera doublé, de 19 à 38 euros. Ils seront, en outre, utilisables les dimanches et jours fériés, et ce, jusqu’à la fin de l’année. « La contre-valeur des titres restaurants thésaurisés durant le confinement s’élève à près de 1,5 milliard d’euros, qui vont donc pouvoir être désépargnés plus facilement et plus rapidement », précise le gouvernement. En tout, 4,4 millions de salariés se trouvent concernés. De quoi injecter une enveloppe conséquente dans l’économie réelle.

OV

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par éle...

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Bpifrance Le Lab et Rexecode interrogent chaque trimestre les patrons sur leur trésorerie et leurs anticipations de croissance. Les prévisions concern...

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Passé par un cabinet ministériel, homme d’affaires et chef d’entreprise, Jacques Veyrat a changé de cap en quittant la direction du groupe Louis-Dreyf...

Jonathan Salter est le nouveau Head of Risk Consulting chez AXA

Jonathan Salter est le nouveau Head of Risk Consulting chez AXA

Le spécialiste de la gestion des risques Jonathan Salter est promu au sein d’Axa XL. Il succède à compter du 1er octobre à Corinne Vitrac qui prend la...

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numérique"

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numériq...

Dans une interview accordée à Décideurs, le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, évoque les grands enseignements de la crise sur la digitalisatio...

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Des entreprises historiquement industrielles peuvent pivoter peu à peu leur business model. En France, c’est notamment le cas de Schneider Electric, p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message