CAC 40 : les actionnaires largement favorisés

Les groupes du CAC 40 ont redistribué deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires depuis 2009, laissant salariés et investisseurs sur le carreau. Le rapport « CAC 40 : des profits sans partage », publié le 14 mai par les ONG Oxfam et Basic, dénonce l’inégalité du partage des bénéfices de ces grands groupes.

Les groupes du CAC 40 ont redistribué deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires depuis 2009, laissant salariés et investisseurs sur le carreau. Le rapport « CAC 40 : des profits sans partage », publié le 14 mai par les ONG Oxfam et Basic, dénonce l’inégalité du partage des bénéfices de ces grands groupes.

Le constat est sans appel. « La France est le pays au monde où les entreprises cotées en Bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires », constate le rapport de l’Oxfam et du Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic). Depuis 2010, 45 % à 60 % ont été reversés sous forme de dividendes aux actionnaires, soit 67,5 % des profits des groupes du CAC 40.

Les salariés oubliés

« Les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées entre les différentes parties prenantes du CAC 40 » et ce, malgré la « règle des trois tiers » instaurée par Nicolas Sarkozy en 2009. Celle-ci préconisait que sur 100 % de bénéfices, 33 % reviendraient aux salariés, 33 % iraient « dans la poche » de l’actionnaire et 33 % seraient réinvestis dans l’entreprise. Les groupes français ont reversé deux fois plus de dividendes à leurs actionnaires que dans les années 2000, ne laissant que 5,3 % aux salariés et 27,3 % aux réinvestissements.

Pour inverser la tendance, le rapport propose de limiter les dividendes au niveau des bénéfices redistribués aux salariés, afin que la rémunération la plus haute ne représente pas plus de vingt fois la rémunération médiane de l’entreprise. Oxfam et Basic interpellent le gouvernement qui doit reprendre « la main sur cette économie déboussolée avec des mesures de régulation ambitieuses ». En attendant que le partage des profits soit rééquilibré, les ONG encouragent le plafonnement des écarts de rémunération à un facteur de 20. Aujourd’hui, les P-DG gagnent 119 fois plus que la moyenne de leurs salariés.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

À quelques jours de la conclusion du rapprochement historique de Veolia avec Suez, le conseil d’administration de Veolia a désigné Estelle Brachlianof...

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Le secteur agroalimentaire reste une place forte de l'économie hexagonale. Certaines entreprises, parfois peu connues du grand public, connaissent une...

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croissance"

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croiss...

Cabinet à taille humaine emmené par trois associés, Reboul & Associés conseille aussi bien des grands groupes que des start-up. La boutique a par...

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Enfin ! La France recrée depuis quelques années des emplois industriels. Cela est en partie lié à la croissance de groupes qui, implantés sur un march...

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Derrière des mastodontes tels que Nokia, Volvo, Saab, Spotify ou Revolut, la Scandinavie fourmille d'entreprises à très forte croissance. Parmi elles,...

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

Si le groupe Label existe depuis dix ans, la marque Mister Menuiserie, qui en est désormais la figure de proue, est née en 2016. Depuis, sa croissanc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte