CAC 40 : les actionnaires largement favorisés

Les groupes du CAC 40 ont redistribué deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires depuis 2009, laissant salariés et investisseurs sur le carreau. Le rapport « CAC 40 : des profits sans partage », publié le 14 mai par les ONG Oxfam et Basic, dénonce l’inégalité du partage des bénéfices de ces grands groupes.

Les groupes du CAC 40 ont redistribué deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires depuis 2009, laissant salariés et investisseurs sur le carreau. Le rapport « CAC 40 : des profits sans partage », publié le 14 mai par les ONG Oxfam et Basic, dénonce l’inégalité du partage des bénéfices de ces grands groupes.

Le constat est sans appel. « La France est le pays au monde où les entreprises cotées en Bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires », constate le rapport de l’Oxfam et du Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic). Depuis 2010, 45 % à 60 % ont été reversés sous forme de dividendes aux actionnaires, soit 67,5 % des profits des groupes du CAC 40.

Les salariés oubliés

« Les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées entre les différentes parties prenantes du CAC 40 » et ce, malgré la « règle des trois tiers » instaurée par Nicolas Sarkozy en 2009. Celle-ci préconisait que sur 100 % de bénéfices, 33 % reviendraient aux salariés, 33 % iraient « dans la poche » de l’actionnaire et 33 % seraient réinvestis dans l’entreprise. Les groupes français ont reversé deux fois plus de dividendes à leurs actionnaires que dans les années 2000, ne laissant que 5,3 % aux salariés et 27,3 % aux réinvestissements.

Pour inverser la tendance, le rapport propose de limiter les dividendes au niveau des bénéfices redistribués aux salariés, afin que la rémunération la plus haute ne représente pas plus de vingt fois la rémunération médiane de l’entreprise. Oxfam et Basic interpellent le gouvernement qui doit reprendre « la main sur cette économie déboussolée avec des mesures de régulation ambitieuses ». En attendant que le partage des profits soit rééquilibré, les ONG encouragent le plafonnement des écarts de rémunération à un facteur de 20. Aujourd’hui, les P-DG gagnent 119 fois plus que la moyenne de leurs salariés.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le match : Paris vs Londres

Le match : Paris vs Londres

Brexit oblige, Paris et Londres sont plus que jamais en concurrence pour la place de première ville européenne,Tech, finance, fiscalité, immobilier…De...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

Hôtellerie : LVMH parie sur Belmond

Hôtellerie : LVMH parie sur Belmond

Le groupe français de luxe met la main sur la chaîne d’hôtels, de trains et de croisières d’exception pour près de 3 milliards d’euros.

Dominique de la Guigneraye (Rhum Clément & Spiribam) : « Le rhum vit sa révolution »

Dominique de la Guigneraye (Rhum Clément & Spiribam) : « Le rhum vit sa révolution »

Le directeur commercial de France Rhum Clément & Spiribam, anime un portefeuille de marques éclectiques, témoignant d’un secteur qui maintient s...

Se laisser surprendre par la croissance

Se laisser surprendre par la croissance

La troisième édition de notre classement est une nouvelle fois riche en surprises et enseignements.

Jean-Louis Mentior (M5) : « La stratégie de croissance externe est de plus en plus visible »

Jean-Louis Mentior (M5) : « La stratégie de croissance externe est de plus en plus visible »

Jean-Louis Mentior est responsable du classement INC 5000 qui existe en Europe depuis maintenant trois ans, ce qui fait de lui un excellent connaisseu...

Les 3Suisses dans le caddie de ShopInvest

Les 3Suisses dans le caddie de ShopInvest

Face à la concurrence d'Amazon, Zalando ou Asos, ShopInvest tente de réaliser un petit miracle : extraire des limbes les 3Suisses, le célèbre groupe f...

Cancer : Bristol-Myers rachète Celgene pour 74 milliards de dollars

Cancer : Bristol-Myers rachète Celgene pour 74 milliards de dollars

Les deux groupes pharmaceutiques américains joignent leurs forces pour prendre le leadership mondial des thérapies contre le cancer.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message