C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies 
d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir un acteur de la rénovation globale. Christophe Weck, son président, dévoile la stratégie pour y parvenir.

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir un acteur de la rénovation globale. Christophe Weck, son président, dévoile la stratégie pour y parvenir.

Décideurs. Le Groupe Weck a décidé de renforcer son positionnement sur le marché de l’efficacité énergétique. Quelles sont les étapes de cette transformation?

Christophe Weck. Nous souhaitons sortir de notre métier historique qui est l’isolation et être reconnus comme experts de l’efficacité énergétique car c’est ce que nos clients exigent de notre part. Nous accompagnons aussi bien les parties études et travaux que financement et souhaitons développer notre offre de service en allant par exemple vers l’énergie solaire: nous constatons que nos clients sont dans l’attente d’une démarche globale. Par ailleurs, notre organisation n’a cessé de croître ces dernières années et a atteint la maturité lui permettant de passer un cap et d’aller vers de nouveaux défis. Ce sont les raisons pour lesquelles nous avons décidé de nous orienter vers ce marché de l’efficacité énergétique. Pour cela, nous avons construit un réseau de partenaires car nous ne disposions pas de toutes les compétences en interne. Puis, nous avons défini nos offres, construites avec nos clients afin d’être certains de leur engagement. En interne, nous nous sommes réorganisés de manière à n’avoir qu’un interlocuteur unique sur chaque projet. La dernière étape est à présent de communiquer.

Une campagne de recrutement accompagne ce projet, que prévoit-elle? 

Cette année, nous prévoyons de recruter une vingtaine de personnes pour le B2B, notamment des auditeurs en efficacité énergétique, des chefs de projet et des collaborateurs des services supports. Le pendant se concrétisera pour le B2C dans un futur proche. Nous avons trois principaux atouts, le caractère familial d’une entreprise qui existe depuis quarante ans et son positionnement géographique attractif, nous sommes près de Bordeaux et recrutons des profils qualifiés. Par ailleurs, nous sommes sur un secteur porteur de sens au travail et de protection de l’environnement. D’une manière globale, notre activité vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le Groupe Weck est particulièrement attentif au développement durable.

"Nous avons pour objectif d’être acteur du plan de relance"

En cette période de crise sanitaire et économique, le Groupe Weck soutient le plan de relance économique de la France, de quelle manière ?

Notre stratégie a été définie avant le plan de relance annoncé par Emmanuel Macron et lorsqu’il a été divulgué, nous nous sommes aperçus qu’il était en accord avec les engagements du groupe. Les investissements dans le développement durable sont prioritaires et nous nous en félicitons. Par ailleurs, en tant qu’entreprise et malgré cette période de crise sanitaire et économique générant de l’incertitude, nous voulons soutenir les initiatives gouvernementales en continuant à embaucher massivement.

L’implantation régionale du groupe a-t-elle un impact sur sa culture d’entreprise?

Oui bien sûr! L’entreprise est très connue localement, nous avons donc une importante responsabilité. Les valeurs d’entreprise familiale, de stabilité et de respect sont très fortes, l’environnement est moins anonyme que dans les très grandes villes. La crise sanitaire, pour cela, a mis en exergue ces différences: les collaborateurs ont proposé spontanément des solutions qui dépassent le cadre du travail. Il y a eu beaucoup d’entraide entre les salariés, facilitée par la proximité.

Propos recueillis par Roxane Croiser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte