C.Roquilly (Edhec) : "Les machines sauront faire de plus en plus de choses, nous devons avoir confiance en elles"

Fin observateur des start-up du droit depuis leur arrivée en France et directeur de l’Augmented Law Institut de l’Edhec, le professeur Christophe Roquilly livre sa vision du marché français de la legaltech.

Fin observateur des start-up du droit depuis leur arrivée en France et directeur de l’Augmented Law Institut de l’Edhec, le professeur Christophe Roquilly livre sa vision du marché français de la legaltech.

Décideurs Juridiques. Les acteurs de la legaltech sortiront-ils renforcés de la crise sanitaire?

Christophe Roquilly. Si l’on met de côté la question liée à la capacité budgétaire des clients pour s’offrir certains outils, oui. Les professionnels du droit ayant déjà intégré la digitalisation dans leur mode de fonctionnement, toutes tâches confondues (contrat, facturation, gestion des clients, signature électronique…), ont même accéléré le mouvement. En revanche, ceux qui étaient juste en phase d’amorçage (le niveau d’avancement est très variable, certains ne savent même pas par où commencer, quels outils choisir et ne se posent pas les bonnes questions) sont au pied du mur : travail à distance, stockage des données dans le cloud sont autant de paramètres qu’il a été difficile de gérer, et le choc a été brutal. L’enseignement est clair pour ceux-là : il va falloir s’activer.

Les directions juridiques et les cabinets d’avocats débloqueront-ils un budget spécifique dans les prochains mois en raison des difficultés vécues pendant le confinement ?

On peut imaginer que ce soit dans leur priorité en effet. S’ils résistent à la crise, les petits cabinets le feront. Et ce d’autant plus qu’il sera certainement possible de mutualiser leurs outils comme ils l’ont fait à une époque avec le secrétariat et la documentation.

Pour les directions juridiques, c’est différent. Il leur faut convaincre leur direction générale de l’utilité de consacrer une partie du budget à la digitalisation sans pouvoir évaluer réellement le retour sur investissement et alors que toutes les legaltechs frappent à la porte…

Les acteurs de la legaltech ont été actifs durant le confinement pour apporter leur aide aux professions du droit : ouverture gratuite de plateformes, prix réduit aux étudiants et jeunes professionnels, création d’espace dédié à la crise sanitaire… Qu’en pensez-vous ?

Ce comportement est à la fois altruiste et malin. Altruiste parce qu’ils ont mis à disposition de la communauté juridique des outils efficaces de travail et malins parce que ces outils ne vont pas être gratuits éternellement. La force de l’habitude va engendrer une captation de clientèle. C’est une démarche qui s’est pratiquée dans de nombreux autres secteurs auparavant comme les chaînes de télévision ou les jeux vidéo.

"Le paysage de la legaltech reste assez morcelé et n’est pas totalement compréhensible pour le justiciable"

Mais cela pose aussi une question : en quoi le service qu’ils proposent est-il pertinent ? Il est possible que les legaltechs rencontrent un plafond parce que le marché français n’est pas extensible à l’infini. Toutes les plateformes ne résisteront pas.

France Digitale a créé un groupe legaltech et, depuis un an déjà, certains acteurs travaillent sur plusieurs sujets communs. Croyez-vous que la création d’une offre verticale de services soit réalisable ?

Les acteurs de la legaltech essaient en effet de se coordonner mais jusqu’à quel degré pourront-ils se fédérer ? Il y a entre eux une importante concurrence. Jusqu’où peut-on chasser en meute ? Il s’agit ici d’un pur exemple de « coopétition », c’est-à-dire la collaboration entre compétiteurs. Ce qu’il faut relever, c’est que si, au sein d’un écosystème, les acteurs s’organisent en industrie avec des solutions transparentes, ils accompagnent leur croissance. Or, aujourd’hui encore, le paysage de la legaltech reste assez morcelé et n’est pas totalement compréhensible pour le justiciable.

Alors que certains avocats qualifiaient à une époque la legaltech de « braconnier du droit », les initiatives pour les accompagner se sont multipliées (l’incubateur des start-up du droit du barreau de Paris, la Factory du Cercle Montesquieu, Dialogue & Coopération avec l’AFJE…). L’opposition entre les anciens et les modernes est-elle dépassée ?

Pas si sûr. Parce que les attitudes sont différentes entre les barreaux, qui ne sont que l’émanation de leurs membres. On y trouve des forces conservatrices et d’autres progressistes. Pour certains, par exemple, il ne peut y avoir de legaltech que si elle est créée par un avocat pour être compatible avec l’exercice de la profession. Personnellement, si je trouve qu’il est inutile de mettre des barrières à l’entrée, il faut en revanche être exigeant sur l’éthique. Les algorithmes doivent être conçus suivant des règles, sans quoi la méfiance à l’égard des acteurs de la legaltech grandira. Alors, soit ils acceptent de rendre les algorithmes transparents, soit ils décident de s’auto-déclarer éthiques, soit ils passent au crible d’une logique de certification par un organisme indépendant. Les machines sauront faire de plus en plus de choses, nous devons avoir confiance en elles.

Propos reccueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech : les voyants sont au vert

Mappemonde par segment, bilan des financements, actions communes, projets & développements... Décideurs Juridiques réunit les principaux indices de réussite auprès des acteurs et des observateurs de la legaltech.
Sommaire Clémence Arto (Doctrine) : "Plus on a de données, plus performant sera l’algorithme qui ciblera les recherches" Les nouveaux acteurs et les nouveaux produits de la legaltech M.Brogli (DPO Consulting) : "Les directions juridiques devraient être au centre des réflexions stratégiques de l’entreprise" Du legal design jusque dans la legaltech Grégoire Debit (Closd) : "Réduire le nombre d’outils utilisés est un besoin formulé par de nombreux acteurs" Huissiers et notaires : une digitalisation à rythme différé L’Europe, terre promise de la legaltech française La regtech, un univers à part L'avenir de la legaltch française : le débat en podcast
La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

N. Hubert (Milleis Banque): "Milleis est en très bonne place pour les années à venir"

N. Hubert (Milleis Banque): "Milleis est en très bonne place pour les années à venir"

Rencontre avec Nicolas Hubert, le directeur général de la plus jeune banque privée de la Place. Retour sur 2020, perspectives 2021, satisfaction clien...

Lacourte Raquin Tatar complète son offre en contentieux des affaires

Lacourte Raquin Tatar complète son offre en contentieux des affaires

Après douze ans d’exercice, François de Bérard quitte Darrois Villey Maillot Brochier où il avait commencé sa carrière pour rejoindre Lacourte Raquin...

Legal Suite s’offre l’assistant de rédaction de documents Osidoc

Legal Suite s’offre l’assistant de rédaction de documents Osidoc

L’éditeur de logiciels juridiques Legal Suite propose dorénavant à ses clients entreprises un outil pour générer automatiquement leurs contrats, docum...

Willkie Farr & Gallagher accueille Tiana Rambatomanga

Willkie Farr & Gallagher accueille Tiana Rambatomanga

Tiana Rambatomanga rejoint le cabinet en tant qu'associée au sein du pôle gestion d'actifs du bureau de Paris.

Squair accueille deux nouvelles associées

Squair accueille deux nouvelles associées

Louise Ferreira intègre le département corporate et Marion Grégoire la pratique pénal et contentieux des affaires de Squair, toutes deux en qualité d’...

S. Fasolo (ELEVA Capital) : "Le client se tourne de plus en plus vers les fonds à impact"

S. Fasolo (ELEVA Capital) : "Le client se tourne de plus en plus vers les fonds à impact"

Lancé fin 2020, le fonds ELEVA Sustainable Impact Europe est le dernier-né d’ELEVA Capital. À la barre, nous retrouvons Sonia Fasolo et Matthieu Détro...

Rivière Avocats Associés attire un ancien directeur général des services

Rivière Avocats Associés attire un ancien directeur général des services

Après avoir bâti sa carrière auprès de collectivités locales et territoriales, Pierrick Raude intègre Rivière Avocats Associés en tant qu’associé seni...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte