Robert Walters présente les grandes tendances du marché du recrutement des cadres

Robert Walters présente les grandes tendances du marché du recrutement des cadres

À l’occasion de la publication de la nouvelle étude de rémunération du cabinet de recrutement Robert Walters, Coralie Rachet, managing director, revient sur les principales tendances du marché du recrutement des cadres en France.

Décideurs. Comment la crise sanitaire a-t-elle impacté le marché du travail en France, et surtout, comment les professionnels et entreprises vont-ils s’adapter pour l’année à venir ?

Coralie Rachet. Nous faisons évidemment face à une année très particulière, marquée par une crise sanitaire et des confinements successifs. Toutefois, depuis la fin du premier semestre 2021, nous observons un retournement majeur du marché de l’emploi des cadres en France, avec un rebond du nombre de créations de postes et de projets relancés. Cette période de redémarrage de l’activité est en effet l’occasion pour les entreprises de reprendre les projets arrêtés ou mis en pause jusque-là, nécessitant le recrutement de nouveaux talents pour les prendre en charge. Cependant, ces entreprises doivent faire face à une guerre des talents plus intense que jamais.

Le marché est tendu, les entreprises rencontrent des difficultés à recruter, et les candidats ont de nouvelles aspirations. Parmi elles, la mobilité : professionnelle, mais aussi géographique, grâce aux opportunités offertes par le nouveau monde du travail, comme bien sûr le télétravail qui est devenu un incontournable. En effet, les années 2020 et 2021 ont permis aux cadres de travailler depuis leur domicile, l’occasion pour beaucoup de déménager. Une étude menée par notre cabinet a d’ailleurs permis de relever que 47 % des professionnels en France envisageaient de s’installer à la campagne suite à l’instauration du télétravail.

Nous constatons malheureusement un autre impact majeur de la crise sanitaire sur le marché du travail : le ralentissement des progrès en matière de diversité. En effet, l’écart salarial se creuse à nouveau entre les femmes et les hommes, pour la première fois depuis dix ans. Pourtant, la diversité et la lutte contre les discriminations, au-delà d’un sujet de responsabilité sociale, sociétale et collective, constituent aussi des enjeux de compétitivité pour les entreprises.

"2022 sera une année de rupture et d'innovation"

Selon vous, quelles principales tendances de recrutement allons-nous observer en 2022 ?

Concernant 2022, ce sera une année de rupture et d’innovations exceptionnelles : l’industrie du recrutement a connu un réel bond technologique, qui a permis de fluidifier et de professionnaliser le marché. Les directions des ressources humaines, et notamment les équipes Talent, aussi bien sur le volet acquisition que rétention, deviendront les partenaires privilégiés des directions générales et constitueront un réel levier de performance. Elles seront indispensables aux entreprises pour faire face à ce contexte de pénurie de talents.

Les entreprises rechercheront des candidats pour leur expertise technique, mais aussi pour leurs soft skills. Si elles étaient déjà recherchées au cours de ces dernières années, elles sont désormais devenues essentielles dans cette période de transformation. Adaptabilité, communication et intelligence émotionnelle seront des atouts que les professionnels devront mettre en avant pour se démarquer aux yeux des recruteurs. Mais leur motivation sera également clé : désormais, il faudra penser appétences autant que compétences.

Une autre tendance qui a fait son apparition cette année et qui s’accentuera en 2022 : l’attractivité des territoires. En effet, le télétravail a permis d’attirer les cadres en région, qui y voient une opportunité de favoriser leur bien-être et l’équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle. Ce nomadisme numérique représente également un atout pour les entreprises, en leur permettant de compenser les pénuries de compétences et d’étendre leur vivier de talents, au niveau national, mais également international.

"Le nomadisme numérique représente également un atout pour les entreprises"

Les cadres peuvent-ils espérer des augmentations en 2022 ?

D’après les résultats de notre étude, 44 % des cadres s’attendent à percevoir une augmentation dans l’année à venir, contre seulement 26 % l’an dernier. Ce chiffre témoigne de l’optimisme du marché. En effet, conscients de leur prise de valeur et de pouvoir sur le marché, les cadres ont repris confiance et attendent une forme de rattrapage et de reconnaissance du passé.

Du côté des entreprises, si ce contexte incertain les incite à faire preuve de prudence, l’actualité ponctuée par la réévaluation du Smic, l’inflation contenue et la guerre des talents, les pousse à adapter les rémunérations de leurs collaborateurs actuels et futurs. En effet, afin d’attirer mais également de retenir les cadres, les entreprises devront se montrer créatives en matière d’environnement de travail, mais aussi et surtout en termes de packages. Il faudra donc s’attendre en 2022 à un retour progressif aux budgets d’augmentation d’avant crise, et donc à une augmentation des salaires des cadres, prudente mais bien réelle.

Sur quels aspects les entreprises devront-elles être vigilantes pour attirer et recruter des talents ?

Les attentes des candidats seront sensiblement les mêmes que celles que l’on observe déjà aujourd’hui : agilité, flexibilité et package attractif seront donc toujours aussi recherchés en 2022. Cependant, les entreprises devront être innovantes et aller plus loin en proposant des "extra packages", comme des places en crèche par exemple, et toute autre avantage relatif au bien-être au travail.

Il sera indispensable que les managers incarnent et représentent la culture de leur entreprise tout au long du processus de recrutement. En effet, les candidats sont plus vigilants et attentifs quant aux valeurs et au positionnement de l’entreprise : ils souhaitent désormais épouser le sens et la mission de celle qu’ils rejoignent. Une attention particulière devra donc être portée à l’onboarding mais également au pré-boarding de ces candidats.

Côté télétravail, si la plupart des entreprises ont déjà mis en place une politique claire sur le sujet, elles devront être attentives à ce que le rythme de chaque fonction soit en accord avec le reste de l’entreprise. Il faudra également travailler sur le sentiment d’appartenance des collaborateurs à l’entreprise, et faire du temps passé au bureau un temps collectif et de partage.

Dans ce contexte de guerre des talents et pour ne pas passer à côté des cadres experts, les entreprises devront privilégier un processus de recrutement court, en prenant toutefois garde à bien évaluer les soft skills, hard skills et la motivation des candidats. Être réactif sans pour autant faire des concessions sur le niveau d’exigence vis-à-vis d’un candidat sera donc la clé d’un recrutement réussi pour l’année à venir.

Entretien avec Coralie Rachet, managing director, Robert Walters

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans les grandes écoles "

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans...

Récemment nommée responsable de l’inclusion et des diversités au sein du groupe Publicis France, Leïla Grison s’empare de ces thèmes avec conviction....

Cyprien Batut :  "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre les emplois"

Cyprien Batut : "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre...

Chercheur affilié à la Chaire Travail de PSE-École d'économie de Paris, Cyprien Batut étudie de près les mutations du secteur de l’emploi avec l’émerg...

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Figure incontournable du management de transition, Karina Sebti a été l’une des premières à reconnaître ce nouveau mode de recrutement comme un avanta...

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entreprise"

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entrep...

ETI internationale familiale fondée en 1922, Socomec vient de célébrer ses cent ans d’existence et d’indépendance. Avec un chiffre d’affaires de 604 m...

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Pour beaucoup d'entre vous, l'heure du grand départ en vacances approche. Avant d'éteindre votre poste, n'oubliez pas de configurer votre messagerie p...

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Le groupe spécialisé dans la mise en relation entre freelances et entreprises annonce la nomination d’un nouveau directeur général pour l’Hexagone.

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages de nos sociétés"

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages...

Paule Boffa-Comby est l’auteur de plusieurs livres sur le leadership et coache les dirigeants. En 2014, elle insuffle le mouvement ReThink&Lead qu...

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

Elior a signé la charte mondiale des Nations unies sur les principes d’autonomisation des femmes (Women’s Empowerment Principles) visant à promouvoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message