C.Monnier (Sony Music) : « Nous ne pouvons pas automatiser nos relations humaines »

Convaincu que, dans un secteur culturel et créatif, les relations humaines ne peuvent pas être gérées qu’avec des process ou des protocoles, Claude Monnier, le DRH de Sony Music 
préfère prendre en compte la singularité de chacun des profils et de chacune des attentes. Une « vision punk » du métier.

Convaincu que, dans un secteur culturel et créatif, les relations humaines ne peuvent pas être gérées qu’avec des process ou des protocoles, Claude Monnier, le DRH de Sony Music préfère prendre en compte la singularité de chacun des profils et de chacune des attentes. Une « vision punk » du métier.

Décideurs. Quels sont, aujourd’hui, les enjeux en matière de relations ­humaines au sein de Sony Music ?

Claude Monnier. Notre industrie est frappée par la transformation numérique depuis bientôt quinze ans. L’enjeu n’est pas de nous adapter, car nous nous le sommes déja. La preuve : 50 % de nos revenus se font sur les produits digitaux. En revanche, il nous faut suivre le rythme de ces évolutions et tenir la vitesse. Or, tout va très vite. D’autant plus que l’ampleur du phénomène est mondiale. Dans ces circonstances, nous ne sommes plus, en termes de capital humain, face à des enjeux de savoir-faire mais de « savoir-être ». Ce qui fait la différence entre deux collaborateurs, c’est la capacité à mettre en mouvement ce ­savoir-être. Nous devons être capables d’accompagner cette évolution.

« 50% de nos revenus se font sur les produits digitaux »

Quels outils avez-vous mis en place pour développer ces « savoir-être » ?

Aucun. Nous n’avons pas de process, pas de démarche industrialisée, pas de protocole. Nous évoluons dans un esprit créatif sur chacune des questions qui se posent. On prend en compte la diversité des individus, des attentes. C’est la méthode dite « scrum », encore appelée « mode ­projet ». Nous mettons en place une solution avec un collaborateur. Elle correspond à la ­situation, mais n’est ni transférable ni transposable.

Vous n’avez donc ni site de recrutement ni plate-forme interne ?

Tout à fait. Il faut bien comprendre que Sony Music ne compte que deux cents salariés. C’est une PME. Je ne vois pas l’intérêt d’établir un tel arsenal digital pour notre structure. Le digital est déjà partout. Je me refuse à en rajouter au cœur de la gestion d’un corps social. Il est incohérent de vouloir soigner une maladie créée par des outils avec de nouveaux outils.

Comment procédez-vous ?

Nous consacrons du temps à l’humain. Cela passe par des choses simples : écouter, comprendre, répondre. Je n’ai pas choisi d’être directeur des relations humaines pour qu’on simplifie mon métier avec des outils. J’ai choisi ce métier pour passer du temps avec les personnes, pour établir des liens de confiance réciproques.

Une vision originale…

Oui, c’est punk ! C’est une façon de faire ­clivante dans l’univers des relations humaines. Mais c’est comme ça que je m’y sens bien. Nos collaborateurs chez Sony Music sont là par passion. Nous ne pouvons pas automatiser nos relations humaines car nous ne savons pas quels seront les métiers dont nous aurons besoin demain. Tout dépend de nos artistes.

Avez-vous un plan de formation ?

Nous avons une personne dédiée à la formation en interne. Nous sommes sur un concept fondamental : désapprendre. Nous voulons solliciter chez nos collaborateurs, cette volonté de désapprendre, pour acquérir un esprit de mobilité cognitive.

Vous avez néanmoins mis en place une « Talent factory »…

Tout à fait. Il s’agit d’un projet de recrutement dont l’objectif est d’enrichir notre population de directeurs artistiques avec un système innovant d’auto-sélection. C’est un moyen de rétablir la symétrie du processus de recrutement. Cet événement a rencontré un véritable succès puisque nous avons reçu 60 000 candidatures, pour finalement recruter trois personnes. Pour ce projet, nous avons été sponsorisés par un mécène privé : le Crédit mutuel. L’initiative a par ailleurs inspiré des groupes du CAC, qui nous ont sollicités pour acheter le concept en marque blanche.

Vous l’avez donc vendu ?

Non. L’expérience RH, ça se partage, ça ne se vend pas.

Capucine Coquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

S.Gaymay-Palczynski (Vinci Facilities) : « Faire autorité en matière de compétences et entretenir un pouvoir d’influence »

S.Gaymay-Palczynski (Vinci Facilities) : « Faire autorité en matière de compétences et entretenir un...

Directrice des Ressources humaines de Vinci Facilities depuis quatre ans, Stéphanie Gaymay-Palczynski doit s’adapter aux spécificités d’un groupe disp...

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, admi...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message