C. Maisonneuve (La Fabrique de la Cité) : "Les villes seront l’épicentre de la relance économique"

Think tank dédié à la prospective urbaine, La Fabrique de la Cité suit avec attention l’impact de la crise sanitaire sur les villes. Cécile Maisonneuve, sa présidente, livre ses premières réflexions à Décideurs.
Cécile Maisonneuve (©D.R.)

Think tank dédié à la prospective urbaine, La Fabrique de la Cité suit avec attention l’impact de la crise sanitaire sur les villes. Cécile Maisonneuve, sa présidente, livre ses premières réflexions à Décideurs.

Décideurs. Quels premiers enseignements tirez-vous de la crise sanitaire et du confinement ?

Cécile Maisonneuve. Cette crise accélère quatre grandes tendances préexistantes. La première, la plus manifeste, concerne la mobilité. Pour enrayer la propagation de la pandémie, les pouvoirs publics ont été contraints de stopper les flux de biens et de personnes en décidant le confinement. Les villes se sont littéralement retrouvées à l’arrêt. Aujourd’hui, le déconfinement a commencé mais chacun cherche à éviter les transports en commun. Ces derniers étaient déjà en crise auparavant car la demande de mobilité augmente dans l’ensemble des villes mais le financement de l’offre est de plus en plus difficile. La crise sanitaire accentue la problématique dans les aires urbaines et métropolitaines en croissance. La bataille de l’espace public prend également une nouvelle dimension. Avant la propagation du Covid-19, la question de sa répartition entre les piétons, les vélos, les voitures et les véhicules de livraison était épineuse. Elle va le devenir encore davantage. Et vient s’ajouter le sujet de l’anonymat alors que nos modes de vie sont de plus en plus digitalisés. Les projets de tracking développés lors de la crise sanitaire ont remis un coup de projecteur sur cette dimension.

La troisième grande tendance touche au développement du e-commerce. La crise du Covid-19 précipite la fin d’un certain modèle commercial comme l’illustrent les faillites des chaînes de grands magasins aux États-Unis. Le commerce en ligne va continuer à gagner des parts de marché et son hybridation avec les formats physiques va se poursuivre. Enfin, le télétravail est devenu une réalité pour une part substantielle de la population pendant le confinement. Au-delà des aspects positifs, il induit également de forts biais en matière d’égalité homme-femme et de relations informelles. De plus, plusieurs études montrent qu’il a une incidence limitée sur les modifications de comportement en matière de mobilité car la mobilité domicile-travail représente moins de 20% des déplacements et il existe un effet rebond. Tout l’enjeu dans les prochains mois sera donc de trouver le bon équilibre entre travail à domicile, au bureau ou dans un tiers-lieu.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement ?

Le gouvernement a géré les sujets régaliens comme la santé publique et son organisation territoriale. Les villes ont fonctionné en mode sans échec : elles ont remarquablement assuré les services urbains de base comme la logistique de l’approvisionnement alimentaire, la fourniture d’électricité, d’eau et de gaz, le traitement des déchets, l’accès à internet… Tout s’est tellement bien passé que le vieux débat sur les différences entre les services rendus par les entités publiques et privées est sorti du radar.

"Cette crise sanitaire ne remettra pas en cause le phénomène de métropolisation"

Quelle pourrait être la contribution de la fabrique de la ville à la relance économique ? 

En Europe et en France, nos dirigeants ont décidé d’opter pour une relance verte. Les villes seront l’épicentre de la reprise économique elles sont les lieux où elle se matérialisera et ce sont des acteurs majeurs en matière de mobilité et de rénovation énergétique des bâtiments. Elles ont une connaissance parfaite du patrimoine immobilier sur leur territoire et les filières du BTP qui participeront à la relance sont implantées localement. Concernant la mobilité, la transformation s’organisera autour des bassins de vie et d’emploi. La crise des gilets jaunes a mis en exergue les zones urbaines où les besoins de mobilité ne sont pas satisfaits par une offre autre que la voiture individuelle : entre les périphéries, d’une part, et de la grande périphérie vers le centre-ville d’autre part. Dans le premier cas, le déploiement de nouvelles infrastructures n’est pas pertinent car ces zones ne sont pas assez denses pour justifier les lourds investissements qu’elles réclament. Des solutions territoriales devront être imaginées.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait-elle faire évoluer à moyen terme les grands principes de fonctionnement du secteur de la fabrique de la ville selon vous ? 

Cette crise sanitaire ne remettra pas en cause le phénomène de métropolisation. Ce dernier s’observe partout dans le monde pour des raisons liées à la structure de l’économie, aux échanges et à l’appétence forte des citoyens pour la grande ville. Par ailleurs, ce n’est pas la densité des métropoles qui a favorisé la propagation du virus la pandémie mais les interactions sociales et la suroccupation ou la mauvaise conception des logements. C’est sur ce point que l’industrie de la fabrique de la ville va travailler. Il faut revenir à une conception de l’habitat comme lieu de vie et de refuge dans les grandes villes, pas seulement comme produit d’investissement. Quant à la résilience des métropoles, la relance économique qui se dessine nous donne l’opportunité d’agir sur des concepts qui la définissent. La conception des logements en est un, tout comme la nécessité de créer des collectifs rassemblant toutes les parties prenantes pour résoudre les grands enjeux de la ville de demain. Dans le cas de la rénovation énergétique des bâtiments, cela passe par une approche à l’échelle de l’ilot et non plus bâtiment par bâtiment pour embarquer le citoyen dans la réflexion, aux côtés du propriétaire et du locataire. L’effet de levier d’un euro dépensé sera beaucoup plus important avec cette approche.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
La veille urbaine du 4 décembre 2020

La veille urbaine du 4 décembre 2020

Les fédérations du commerce qui dénoncent la décision de reporter les soldes, Pierre Ducret qui succède à Gilbert Emont à la direction de l’Institut P...

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Un mois après l’annonce de son départ de Paref, Antoine Onfray a pris les fonctions de CFO Group chez Tikehau Capital. Retour sur son parcours.

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Le ministère chargé du Logement a mis en ligne une carte interactive des loyers moyens afin de palier au manque d’informations dans les petites villes...

La veille urbaine du 3 décembre 2020

La veille urbaine du 3 décembre 2020

Un budget de 2,7 Mds€ pour l'Anah en 2021, BNP Paribas REIM qui acquiert l'ensemble « Ilot 4B » à Euronantes, Antoine Onfray nommé CFO de Tikehau Capi...

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte