C. Lescat (AXA THEMA) : « Plus que jamais, les CGP vont tirer leur épingle du jeu par rapport aux banques »

Après dix ans passés à différents postes de management chez AXA, Clément Lescat, nouveau directeur d’Axa Thema depuis février 2018, nous explique sa stratégie et les nouvelles perspectives de la plate-forme dédiée aux courtiers et aux conseillers en gestion de patrimoine.

Après dix ans passés à différents postes de management chez AXA, Clément Lescat, nouveau directeur d’Axa Thema depuis février 2018, nous explique sa stratégie et les nouvelles perspectives de la plate-forme dédiée aux courtiers et aux conseillers en gestion de patrimoine.

Décideurs. Vous reprenez AXA Thema. Votre prise de fonction modifie-t-elle son plan de développement ?

Notre projet est de combiner une grande proximité des équipes avec nos partenaires, tout en offrant le digital pour les actes de gestion. Axa Thema est certainement la plateforme la plus avancée sur ces deux thèmes. Certains accordent une place trop importante au numérique au détriment de leur équipe commerciale. À l’inverse, d’autres tardent à assimiler tous les avantages du digital en termes de gain de temps pour les CGP. En ce qui nous concerne, nous pouvons compter sur une grande force commerciale, reconnue par le marché, et qui a su s’adapter aux mutations du secteur.

Que pensez-vous des nouvelles réglementations comme la DDA ou Mifid 2 qui encadrent vos activités ?

Pour nous, c’est une opportunité fantastique de franchir une étape de plus dans la qualité de notre travail. Mais il faut savoir intégrer à la fois les règlementations et les nouvelles pratiques digitales pour passer ce palier. Ces deux aspects sont interdépendants. La complexité réglementaire croissante, notamment avec l’entrée en vigueur de la directive sur la distribution d’assurance (DDA) en témoigne. Pourtant cette nouvelle vague de réglementations est une bonne chose car elle aligne encore davantage les intérêts des sociétés de gestion, des assureurs, des CGP et des clients. Après, si en théorie les réformes vont dans le bon sens, en pratique elles sont compliquées à mettre en place. De fait, celles-ci nous imposent d’envoyer en permanence une multitude de documents et d’informations aux clients. Or le digital permet d’automatiser ces transmissions. Simultanément, les clients peuvent avoir accès en temps réel à toutes les informations dont ils ont besoin sur leur extranet dédié. Toutefois, je ne crois pas que le numérique va se substituer à l’humain. Le digital vient en complément et non en remplacement du conseil patrimonial apporté.   

Pensez-vous recourir à l’intelligence artificielle dans le futur ?

Des réflexions sont en cours pour tirer profit de l’intelligence artificielle en matière d’allocation d’actifs et de gestion financière. Mais là encore rien ne remplacera jamais l’habituelle gestion financière de convictions.

Avec ces nouveaux enjeux, êtes-vous optimiste quant à l’avenir des CGP ?

Je crois au conseil indépendant, c’est pour cela que j’aime travailler dans le monde des CGP. Plus que jamais, je pense qu’ils vont tirer leur épingle du jeu par rapport aux banques, où d’ailleurs les interlocuteurs sont moins stables, car avec l’application de la DDA, il y aura une transparence accrue sur les frais, que le client final pourra plus facilement comparer. En effet, avec les CGP, les assureurs et les sociétés de gestion nous formons un écosystème solide et pérenne. Et dans le cadre de la gestion de patrimoine, relativement anxiogène pour un client de par l’importance des montants en jeu et la complexité des montages, cette stabilité et cette expertise est très rassurante. Si l’on compare avec les banques de réseau, au sein desquelles le taux de rotation des conseillers bancaires est très élevé, nous avons un net avantage chez AXA Thema, après avoir été les premiers à proposer des contrats en architecture ouverte aux CGP, nous devons faire la même chose aujourd’hui au niveau des outils digitaux, en permettant que nos systèmes informatiques puissent dialoguer avec les logiciels des différents acteurs de la place. Un autre enjeu d’avenir est de donner du sens à l’épargne des clients en offrant aux CGP des classes d’actifs avec une forte dimension éthique (ex : fonds labellisés investissement socialement responsable, ou supports finançant au plus près l’économie réelle comme le non côté ou les micro-caps). Nos perspectives de progression sont donc très intéressantes, et nous allons les exploiter.

Propos recueillis par Mickaël Parienté

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte