C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable

Sycomore AM est une aventure entrepreneuriale dont le succès n’est plus à démontrer. Ancienne de la Banque du Louvre, Christine Kolb est l’un des associés fondateurs de la société de gestion. Elle revient pour nous sur le projet mis en place au fil des années.

© DR

Sycomore AM est une aventure entrepreneuriale dont le succès n’est plus à démontrer. Ancienne de la Banque du Louvre, Christine Kolb est l’un des associés fondateurs de la société de gestion. Elle revient pour nous sur le projet mis en place au fil des années.

Décideurs. Pouvez-vous nous expliquer la génèse de Sycomore ?

Créée en 2001, Sycomore AM est née d’un partnership solide car complémentaire en termes d’expertises, et non d’une initiative « one man show ». Nous avions la conviction que la pérennité de notre entreprise reposerait sur notre capacité à créer un collectif soudé autour de ce projet entrepreneurial, via notamment l’actionnariat salarié.

A l’époque, il existait beaucoup de sociétés de gestion spécialisées sur le segment retail et peu d’offres à l’attention d’une clientèle institutionnelle. Notre volonté était de structurer notre boutique selon les standards d’exigence des investisseurs institutionnels tout en préservant l’indépendance dans notre gestion. En effet, notre expertise repose sur une gestion de conviction qui met l’accent sur un engagement de performance pérenne vis-à-vis de nos clients. Nous développons depuis 2001 des solutions d’investissement en adéquation avec nos convictions de gérant et les exigences de nos clients.

On omet souvent d’évoquer l’impact de la qualité de la relation client dans les sociétés de gestion. Comment l’envisagez-vous chez Sycomore ?

Notre ambition est de devenir le partenaire de référence de nos clients en créant des relations de confiance sur le long terme. Nous ne souhaitons pas être perçus comme un simple fund provider, nous souhaitons dialoguer avec eux sur des sujets divers tels que le risk management, la réglementation, l’ISR. La réactivité est clé dans la communication mais également dans l’exécution : nous publions nos reportings à J+1 depuis la création de la société, et nous sommes encore parmi les seuls à le faire. Autre exemple : nous sommes à même de créer un fonds dédié en trois semaines lorsque d’autres ont besoin de 2 mois. Cette flexibilité et cette proximité sont au cœur de la relation avec nos clients.

Vous êtes leader de l’investissement responsable. Depuis combien de temps vos équipes sont-elles dédiées à cette thématique ?

Dès 2001, nous avions la conviction que la simple lecture du compte de résultat ou du bilan ne suffisait pas à identifier les leviers de performance d’une entreprise. L’analyse extra-financière intégrant des critères qualitatifs a toujours été déterminante dans la note fondamentale attribuée à chaque société et valide d’ailleurs leur éligibilité à nos portefeuilles. Celle-ci vient en effet impacter la prime de risque utilisée dans nos modèles de valorisation. La crise de 2008 nous a notamment fait prendre conscience de la nécessité de formaliser ces enjeux extra-financiers.

Au départ, notre démarche a fait l’objet d’un certain scepticisme, beaucoup ne comprenaient pas pourquoi nous intégrions ces critères extra-financiers à notre analyse. Lorsque nous avons créé Sycomore Sélection Responsable, un fonds actions européennes labellisé ISR, il a suscité la curiosité des investisseurs, mais a connu des débuts laborieux en termes de collecte.

Si l’intégration des critères extra-financiers s’applique depuis toujours à l’intégralité de notre gestion, notre gamme compte aujourd’hui cinq fonds labellisés ISR et cette stratégie représente près de 40% de nos encours totaux, soit plus de 3 Mds €. L’intérêt croissant de nos clients pour des solutions d’investissements qui prennent en compte les enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux nous conforte dans notre démarche d’investisseur responsable.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Deux semaines après l’annonce de l’ouverture d’un bureau à San Diego, Eversheds Sutherland recrute une équipe en IP.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message