C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du groupe. Cécile Jouenne-Lanne intègre alors la banque en tant que directrice de la citoyenneté et responsable de la fondation. Elle évoque sa mission… et la délicate question de la communication sur ces sujets qui suscitent parfois une forme de scepticisme.

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du groupe. Cécile Jouenne-Lanne intègre alors la banque en tant que directrice de la citoyenneté et responsable de la fondation. Elle évoque sa mission… et la délicate question de la communication sur ces sujets qui suscitent parfois une forme de scepticisme.

Décideurs. Quelles sont vos missions ?

Cécile Jouenne-Lanne. J’ai en charge la conduite des actions de mécénat financier de la fondation Société Générale. J’assure également, avec une équipe de quatre personnes, la coordination et le développement des différentes initiatives de mécénat de compétences au sein du groupe, dans l’ensemble des pays où il est implanté.

De quelle manière les actions de mécénat de compétences sont-elles initiées ?

Ce sont les managers le plus souvent qui nous sollicitent pour mettre en place un programme au sein de leur équipe. La plupart du temps, il s’agit de dégager quelques heures par mois, trois journées par an… Parfois plus. Récemment, l’un d’entre eux s’est adressé à nous avec le souhait de mobiliser 100 jours homme pour son département, composé de 70 personnes. Bien entendu, il le fait par conviction ; il s’agit d’un pré-requis. Mais il y voit d’autres intérêts : le mécénat de compétences constitue un outil d’attraction et de fidélisation. Il contribue également à l’émergence d’un esprit d’équipe et génère une véritable cohésion au sein de ses membres.

La direction du groupe vous assigne-t-elle des objectifs précis en termes d’engagement des collaborateurs ?

Oui, tout à fait. Notre rôle est d’augmenter chaque année le nombre de collaborateurs engagés. En 2018, nous devons parvenir à impliquer 17 000 personnes, soit 1000 personnes de plus que l’année dernière. Ces objectifs sont déterminés par le board. Ils figurent parmi les indicateurs extra-financiers rendus publics par le Groupe.

Vous êtes aussi responsable de la fondation, quelle est sa raison d’être ?

Dès qu’elle a vu le jour en 2006, la fondation a fait le choix de soutenir l’insertion professionnelle. Peu d’entreprises s’orientent sur cette question un peu « difficile ». Lorsque la loi Aillagon* est entrée en vigueur, beaucoup ont créé leur fondation et l’ont utilisée comme un outil d’image. Or il n’est pas facile de communiquer sur le thème de l’insertion professionnelle…

Comment éviter d’être accusé de « s’afficher » pour des questions d’image uniquement ?

Je ne vois pas comment on pourrait nous en accuser car précisément nous ne cherchons pas à nous afficher. Au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs. Si certaines entreprises consacrent des campagnes de communication à leurs actions pro bono… Nous ne le faisons pas. Bien sûr, nous ne nous cachons pas non plus. La fondation dispose de son propre site internet qui relate ses actualités par exemple. Mais nous valorisons toujours les projets eux-mêmes, pas leur financement.

Quel regard portez-vous sur les débats survenus à l’occasion de la loi Pacte sur la raison d’être des entreprises ? Quel sens cela peut-il avoir pour une banque ?

Cette question dépasse un peu mes fonctions… je vous répondrai à titre personnel. La mission de Société Générale est d’être une banque. Elle doit financer le développement de l’économie, tout en se comportant correctement vis-à-vis de ses collaborateurs. Elle peut avoir envie d’aller au-delà, grâce à des dispositifs comme celui de la fondation d’entreprise. Il s’agit d’un outil désintéressé, philanthropique. Ce n’est pas Société Générale qui améliore les choses mais les personnes sur le terrain. Nous leur permettons simplement d’agir.

Marie-Hélène Brissot

*La loi n°2003-709 du 1er  août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations dite « Loi Aillagon » a institué un dispositif fiscal destiné à développer le mécénat des entreprises et des particuliers

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

M.Lagriffoul (SNCF Mobilités) : «  L'IA permet de garder les meilleurs talents»

M.Lagriffoul (SNCF Mobilités) : «  L'IA permet de garder les meilleurs talents»

Pour parer la fuite des profils les plus prometteurs de SNCF Mobilités vers la concurrence et mobiliser les collaborateurs, Marc Lagriffoul, expert d...

G.Macchia (CFPB) : « L’avantage du serious game ? Une mesure immédiate et objective »

G.Macchia (CFPB) : « L’avantage du serious game ? Une mesure immédiate et objective »

Organisme de formation de la profession bancaire, le CFPB-École supérieure de la banque conçoit des programmes de formation pour la banque de détail....

De Areva à Orano : focus sur une restructuration réussie

De Areva à Orano : focus sur une restructuration réussie

Entrés en fonction quelques jours seulement avant l'annonce, en 2015, de 5 milliards d'euros de pertes par le géant Areva, François Nogué et Stéphane...

J.F.Auclair (Groupe O2) : «La RSE permet de lutter contre le turn-over »

J.F.Auclair (Groupe O2) : «La RSE permet de lutter contre le turn-over »

Spécialisé dans le service à domicile, le groupe 02 recrute chaque année 6 000 collaborateurs pour des emplois peu qualifiés et fait face à un turn-ov...

Bruno Calbry, directeur général de Immédia!, lance 400 Partners.

Bruno Calbry, directeur général de Immédia!, lance 400 Partners.

23 ans après la création de Immédia!, le dirigeant lance une nouvelle entreprise de management de transition : 400 Partners.

J-C Mailly (Alixio): « La décentralisation du pouvoir de l’État vers l’entreprise est un danger »

J-C Mailly (Alixio): « La décentralisation du pouvoir de l’État vers l’entreprise est un danger »

Désormais « simple adhérent » de FO, après en avoir été le secrétaire général pendant presque quinze ans, Jean-Claude Mailly est loin de penser à la...

Topics, le nouveau challenge de Bruno Mettling

Topics, le nouveau challenge de Bruno Mettling

Quand l’ancien DGA et DRH d’Orange, auteur du rapport à l’origine du droit à la déconnexion, s’associe à deux grands noms que sont Havas et Siaci Sain...

Mobilité internationale : le lillois Cooptalis lève 20 M€

Mobilité internationale : le lillois Cooptalis lève 20 M€

Le nouveau tour de table du spécialiste de l’accompagnement des recruteurs et des expatriés inclut Idinvest Partners, Entrepreneur Venture et CM-CIC I...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message