C. Fournage (Firce Capital) : "Nous espérons investir 500 M€ en France dans les deux ans qui viennent"

Créée en 2012, la société spécialisée en asset management, développement et investissement dans le secteur immobilier "Firce Capital" intervient au Luxembourg, en Espagne, au Portugal et en France. Son président Christophe Fournage partage sa lecture du marché tricolore dans le contexte actuel et révèle ses ambitions.
Christophe Fournage (©D.R.)

Créée en 2012, la société spécialisée en asset management, développement et investissement dans le secteur immobilier "Firce Capital" intervient au Luxembourg, en Espagne, au Portugal et en France. Son président Christophe Fournage partage sa lecture du marché tricolore dans le contexte actuel et révèle ses ambitions.

Décideurs. Quelles sont vos convictions concernant l'évolution des marchés immobiliers français compte tenu de la crise sanitaire ?

Christophe Fournage. En France, Firce Capital investit dans trois classes d’actifs : les logements, les bureaux et les commerces. Dans le résidentiel, nous sommes persuadés que les concepts vont être revus en matière de surfaces développées et d’aménagements proposés. Les particuliers auront à cœur de sélectionner des logements correspondant mieux à leurs besoins dans la crainte d’une nouvelle crise sanitaire.

Sur la partie bureaux, je suis partagé. Certains pensent que le télétravail va massivement se développer. Mais les collaborateurs de nos clients sont heureux de revenir aux bureaux et nous nous sommes aperçus que travailler de chez soi n’offre pas un cadre optimum. Par ailleurs, ce sont surtout des tâches de gestion qui ont été réalisées pendant le confinement à distance au détriment de celles qui permettent le développement de l’entreprise. La conception des bureaux devra tout de même être repensée, notamment au niveau du traitement des flux d’air et du ratio occupant au mètre carré pour éviter la propagation des virus.

Quant au retail, cette classe d’actifs a beaucoup souffert ces dernières semaines. Mais tous les formats ne seront pas logés à la même enseigne. Les centres commerciaux devraient être les grands gagnants de la période post-Covid car ils offriront une sécurité sanitaire plus importante que les petits magasins de centre-ville. L’ensemble du secteur devra néanmoins se réadapter et le modèle de paiement des loyers devra évoluer pour davantage tenir compte des fluctuations du chiffre d’affaires des commerçants.  

Dans ces conditions, comment évolue votre thèse d'investissement en France ?

Le Covid-19 et les difficultés économiques que nous rencontrerons au cours des prochains mois vont nous permettre de regarder davantage de dossiers car des acteurs du monde immobilier auront besoin de liquidité et seront vendeurs. Certaines SCPI risquent d’avoir notamment des difficultés de liquidité quand leurs porteurs de parts impactés par la crise économique voudront céder leurs participations. Nous serons présents pour saisir ces opportunités et ainsi nous renforcer dans les bureaux, le logement et les commerces. Nous nous attendons également à voir davantage de dossiers à repositionner.

Comme nous travaillons pour des investisseurs institutionnels et des family offices, nous regardons des dossiers de tailles variées à partir de 50 M€. Nous resterons focalisés sur Paris, Lyon et Marseille car les autres marchés ne sont pas suffisamment profonds et donc plus fragiles en cas de crise économique. Concernant l’effet de levier de la dette, nous privilégions des acquisitions en full equity avant de mettre en place un refinancement une fois l’actif pris en main.

Qu'en est-il des ambitions de Firce Capital en France ?

Firce Capital gère actuellement 1,2 Md€ d’actifs dans l’Hexagone. Plus de la moitié de ce montant est constitué par les commerces, environ un quart par les bureaux et le solde par les logements. Nous n’avons pas conclu de transaction ces derniers mois en France car les taux de rendement étaient trop bas. La crise sanitaire va ramener de la raison dans beaucoup de classes d’actifs. Nous serons en mesure de saisir les opportunités qui se présentent grâce aux mandats déjà ouverts et grâce à notre nouveau fonds immobilier qui comportera un compartiment dédié à l’Europe. Nous visons une collecte de 200 M€ et commenceront à le déployer au quatrième trimestre 2020. Dans ces conditions, nous espérons investir 500 M€ en France dans les deux ans qui viennent.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
La veille urbaine du 4 décembre 2020

La veille urbaine du 4 décembre 2020

Les fédérations du commerce qui dénoncent la décision de reporter les soldes, Pierre Ducret qui succède à Gilbert Emont à la direction de l’Institut P...

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Un mois après l’annonce de son départ de Paref, Antoine Onfray a pris les fonctions de CFO Group chez Tikehau Capital. Retour sur son parcours.

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Le ministère chargé du Logement a mis en ligne une carte interactive des loyers moyens afin de palier au manque d’informations dans les petites villes...

La veille urbaine du 3 décembre 2020

La veille urbaine du 3 décembre 2020

Un budget de 2,7 Mds€ pour l'Anah en 2021, BNP Paribas REIM qui acquiert l'ensemble « Ilot 4B » à Euronantes, Antoine Onfray nommé CFO de Tikehau Capi...

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte