C.Arquié (SGS) : "La crise nous a permis d’accélérer sur nos objectifs prioritaires"

Les collaborateurs du groupe SGS, spécialisé dans le contrôle et la certification, sont pour la plupart restés mobilisés sur site pendant la crise sanitaire. Une expérience marquante qui a nécessité un accompagnement de proximité par la DRH, pilotée par Caroline Arquié. Une démarche qu’elle entend cultiver dans le futur.

Les collaborateurs du groupe SGS, spécialisé dans le contrôle et la certification, sont pour la plupart restés mobilisés sur site pendant la crise sanitaire. Une expérience marquante qui a nécessité un accompagnement de proximité par la DRH, pilotée par Caroline Arquié. Une démarche qu’elle entend cultiver dans le futur.

Décideurs. Comment les collaborateurs de SGS ont-ils vécu le confinement ?

Caroline Arquié. Ils l’ont assez peu vécu en réalité. Près de 60% d’entre eux ont continué de se rendre dans les laboratoires et agences pour analyser, contrôler, auditer ou inspecter les différents dispositifs, matières, produits ou process. Ils étaient très engagés, mais également très anxieux. Ils redoutaient d’exposer « leur vie » au virus en venant travailler sur site et nous demandaient de garantir leur sécurité.

Comment les équipes RH ont-elles fait face à cette situation ?

Maîtriser les gestes barrière, suivre rigoureusement la réglementation sanitaire, c’est essentiel… mais cela reste de la théorie. Nous faisions face à des personnes qui s’inquiétaient pour leur santé et celle de leurs proches. C’est assez déstabilisant…il n’y a pas de formation pour cela. Pour les managers non plus d’ailleurs. Certains étaient très démunis face à ces aspects de leur mission. On se rend vraiment compte du rôle d’un DRH dans un moment comme celui-ci. Nous avons réagi très vite à ce contexte. Des temps ont été organisés pour écouter, rassurer, détailler les moyens mis en place pour assurer la sécurité des lieux de travail. Une cellule psychologique a été mise en place.

Une partie des salariés a tout de même expérimenté le télétravail. Quelles conclusions en tirez-vous ?

L’entreprise est plutôt favorable au télétravail. Un accord collectif a été signé dès 2010 sur le sujet, nous avions identifié les postes qui pouvaient être exercés de cette manière et les autres. Mais je ne suis pas sûre qu’on puisse parler de télétravail pendant la période du confinement. Il ne s’agissait pas de conditions normales. Sur ce sujet aussi, nous avons beaucoup communiqué. Il était important de parler de la complexité de la situation, de la difficulté à se concentrer, de dire aux salariés que l’entreprise acceptait qu’ils travaillent dans des conditions dégradées. Après le déconfinement, certains collaborateurs se sont demandé si l’organisation conserverait cette bienveillance d’ailleurs.

Vous avez mis en place un baromètre social hebdomadaire pour suivre l’évolution du moral des équipes…

Oui. Nous avons choisi de réaliser une enquête chaque semaine, alors que nous le faisons habituellement sur un rythme annuel. Cela nous a été très utile pour identifier des cas isolés. Mais également pour nous réadapter, mettre en place un accompagnement pour les managers comme pour les salariés. Nous avons par exemple augmenté les capacités de formation, car beaucoup de collaborateurs demandaient à se former pendant la période. 

La période a-t-elle modifié vos priorités de DRH ?

Nous avons fait l’expérience d’une crise : apprendre à ne pas se laisser submerger par l’urgence, à savoir se poser, prioriser, analyser une diversité de situations, et se retourner en un rien de temps. Mais les enjeux de long terme sont les mêmes qu’avant la crise. La crise a d’ailleurs permis d’accélérer sur deux de nos objectifs prioritaires : la digitalisation et l’engagement des collaborateurs. 

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des personnalités"

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des person...

La crise va impacter durablement chacune des fonctions de l’entreprise. Florent Chapus et Guillemette Payen, associés du cabinet EIM, leader européen...

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chance...

Intéressement, participation : le partage en question

Intéressement, participation : le partage en question

Souhaité par le gouvernement de Jean Castex, le débat autour de l’intéressement et de la participation dépasse la question de la seule redistribution....

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

La contraction du marché de l’emploi va résoudre la problématique attractivité et fidélisation des jeunes diplômés dans les entreprises. À plus long t...

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comités de direction"

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comit...

En tant qu’Associé de l’agence de management de transition Maestrium, Philippe Berton côtoie autant de situations de crise que d’enjeux de croissance...

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

Les risques psychosociaux et les maux liés à des conditions de travail bouleversées constituent peut-être la troisième ou quatrième vague dont personn...

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouv...

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simpl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message