Budget du ministère de la Justice : le Sénat monte au créneau

Les parlementaires ont reçu en fin de semaine dernière les plafonds de dépenses pour les différents ministères en 2020. Le Palais du Luxembourg souhaite plus de moyens pour la justice.
Palais du Luxembourg, à Paris.

Les parlementaires ont reçu en fin de semaine dernière les plafonds de dépenses pour les différents ministères en 2020. Le Palais du Luxembourg souhaite plus de moyens pour la justice.

En fin de semaine dernière, le gouvernement a fait parvenir au Parlement les budgets 2020 pour les différents ministères. Les Armées, l’Éducation nationale, le ministère des Solidarités et de la Santé et celui de la Justice bénéficieront l’an prochain d’enveloppes en hausse. Mais ces augmentations ne sont pas suffisantes aux yeux de certains. C’est le cas du Sénat, pour qui la place Beauvau a besoin de plus de moyens.

Une hausse moins forte que prévu

Fixé à 7,7 milliards d’euros en 2020 par la loi du 23 mars 2019 de programmation 2018‑2022 et de réforme pour la justice, le budget alloué à la justice ne s’établirait finalement qu’à 7,52 milliards d’euros. Ce qui correspond à une augmentation de 200 millions d’euros au lieu des 380 millions d’euros supplémentaires prévus.

De surcroît, ce ralentissement ne serait pas rattrapé dans la suite du quinquennat, le gouvernement prévoyant désormais de porter le budget de la justice à 8,12 milliards d’euros en 2022, contre 8,3 milliards d’euros votés dans la loi de programmation, soit un différentiel de 200 millions d’euros sur cinq ans.

« Ainsi, si la loi de finances devait se conformer à ces nouvelles orientations, le cap fixé par le gouvernement pour la hausse des moyens de la justice serait abandonné, alors qu’il était déjà en deçà des besoins évalués par la commission des lois du Sénat, dans son rapport d’avril 2017 Cinq ans pour sauver la Justice ! », explique la Chambre haute.

Le Sénat avait à l’époque évalué l’effort nécessaire pour répondre aux enjeux. Les parlementaires avaient demandé au gouvernement un effort supplémentaire de 700 millions d’euros (pour un budget total de 9 milliards d’euros en 2022). Les élus, qui estiment que la justice mérite mieux, montent au créneau pour dénoncer ce retour en arrière.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Votre magazine Décideurs Juridiques évolue et va bientôt adopter une nouvelle formule. Chaque jour, vous recevrez de nos nouvelles si vous nous donnez...

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

En s’associant, la spécialiste de la propriété intellectuelle Isabelle Laratte et la pénaliste Jade Dousselin constituent une offre inédite sur le mar...

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Dans le cadre de sa stratégie de développement, Delcade étend son offre à Lille en ouvrant un nouveau bureau sous la houlette de Frédérique Sallée et...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

C’est un duo formé par une civiliste et un pénaliste qui se présente devant les avocats parisiens. Julie Couturier est avocate depuis 1995. Elle exerc...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Les deux pénalistes Xavier Autain et Clotilde Lepetit forment un des deux duos pour les élections au bâtonnat 2022 de Paris. Candidat au poste de bâto...

Les notaires ont désigné leur nouveau président

Les notaires ont désigné leur nouveau président

À 50 ans, David Ambrosiano prend la tête du Conseil supérieur du notariat. Il vient de dérouler sa feuille de route pour son mandat de deux ans.

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

Amélie de Braux, co-responsable de la Factory du Cercle Montesquieu a pris part, aux côtés de la grande famille du droit, à la mise en place d’un nouv...

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle accueille deux anciens associés du cabinet Poulain : Amandine Rominskyj et Antoine Poulain. Ils auront la charge d’un nouveau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte