Bruno de Laigue (DFCG) : « Nous vivons une révolution culturelle et technique »

Créée en 1964, l’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG) regroupe 3200 adhérents exerçant les métiers de directeur financier, expert-comptable ou contrôleur de gestion. À sa tête depuis janvier 2018, Bruno de Laigue revient sur les évolutions de ces métiers et son ambition pour l’association.

© DR

Créée en 1964, l’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG) regroupe 3200 adhérents exerçant les métiers de directeur financier, expert-comptable ou contrôleur de gestion. À sa tête depuis janvier 2018, Bruno de Laigue revient sur les évolutions de ces métiers et son ambition pour l’association.

Décideurs. Quels sont les axes de développement auxquels vous souhaitez consacrer votre mandat ?

Bruno de Laigue. Trois principaux axes de développement ont été définis pour ce mandat. Tout d’abord étendre l’influence du réseau auprès des pouvoirs publics et de son écosystème français et international, permettant ainsi d’alimenter la réflexion des décideurs. Cela fait le lien avec le deuxième axe, qui est d’accentuer notre présence et le maillage dans les régions, où se trouve, aussi, la force économique des entreprises françaises. Nous sommes actifs dans quatorze régions et tentons de faire remonter un maximum d’informations du terrain, afin d’agir au plus près des besoins de nos membres. Enfin, le troisième axe que je souhaite mener est une réflexion sur l’avenir du métier de la finance d’entreprise. Le directeur financier à temps partagé, par exemple, est un métier en plein essor. Parallèlement, celui de l’expertise comptable connaît également une profonde mutation.

La DFCG a également sa propre fondation. Quelle est sa vocation ?

Créée en 2011 sous l’égide de la Fondation de France, cette fondation a pour objectif d’aider financièrement les étudiants à poursuivre leurs études dans la finance. Nous sommes en relation avec les facultés qui nous aident à identifier des candidats boursiers potentiels, à Paris comme en région. Ainsi nous accompagnons financièrement ou par du mentoring plus d’une cinquantaine de jeunes par an. Elle soutient également les travaux de recherche sur les métiers de la finance d’entreprise.

Comment la technologie a-t-elle fait évoluer les métiers de la finance ?

La même technicité est demandée au directeur financier et au contrôleur de gestion aujourd’hui qu’hier. Mais la vision du métier est complètement différente. Nous vivons une révolution culturelle et technique : beaucoup de tâches ont été automatisées, en particulier la comptabilité, entraînant un changement fort dans le paradigme de nos métiers. Le contrôleur de gestion a désormais à sa disposition des outils lui permettant d’aller très vite dans le traitement de l’information, et donc de se dégager du temps pour l’analyse de celle-ci. La révolution que nous vivons est celle par laquelle l’intelligence de l’homme prend le pas sur la machine – ce qui est unique dans notre histoire.

« Le directeur financier a un poste-clé, une vision à 360° de ce qu’il se passe dans l’entreprise »

Il s’agit donc d’une transformation humaine avant tout ?

Un directeur financier doit être attentif à son écosystème. Il a un poste-clé, une vision à 360° de ce qu’il se passe dans l’entreprise et fait souvent le lien avec la direction générale. Il doit sortir de son département et aller à la rencontre des autres pour les comprendre et être compris et, ainsi, être en mesure de récolter les bonnes informations pour répondre au mieux aux objectifs des uns et des autres.

L’ère est-elle ainsi à la destruction des fameux silos de l’entreprise ?

Le lien entre la direction financière et les autres directions est essentiel. Avec les ressources humaines par exemple, les deux ayant besoin l’un de l’autre. Mais aussi avec le service juridique, qui peut être un très bon allié, ou la direction des systèmes d’information, qui peut aider le directeur financier à la mise en place d’outils indispensables au bon fonctionnement de son département.

La cybersécurité est-elle un défi pour le directeur financier ?

Il s’agit d’une préoccupation essentielle. La cyberfraude vise généralement ce service car c’est par là que le cyberfraudeur accède à l’argent. Sept entreprises sur dix affirment avoir été visées par une attaque en 2017, et 30 % d’entre elles ont subi une attaque avérée. Dans le quatrième baromètre réalisé conjointement avec Euler Hermes, nous mettons en lumière le premier élément de lutte contre la fraude : l’humain (le bon sens, la réactivité…). Il faut être capable de réagir extrêmement vite en cas de cyber-attaque et le directeur financier est en première ligne.

Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Régulation économique : la France et la Chine coopèrent

Régulation économique : la France et la Chine coopèrent

L’AMF et son homologue chinois (la CSRC) travailleront dorénavant ensemble à l’élaboration du corpus réglementaire des marchés de capitaux français et...

SYZ AM nomme son nouveau CEO

SYZ AM nomme son nouveau CEO

La société de gestion SYZ AM annonce la nomination de William Nott au poste de CEO à compter du 7 janvier 2019. Il deviendra également membre du comit...

Innovation : Hardware Club clôt son premier fonds à 50 M$

Innovation : Hardware Club clôt son premier fonds à 50 M$

La société de gestion ne s’intéressera qu’aux projets de développement d’équipements hardware en Europe.

Syz se lance dans le private equity

Syz se lance dans le private equity

Le groupe financier familial suisse SYZ clôture l’année par la création de SYZ Capital, spécialiste du conseil en investissement non coté.

Uber va entrer en Bourse

Uber va entrer en Bourse

L’application de VTC américaine viserait une valorisation de 120 milliards de dollars. Il s’agirait de la plus grosse IPO de l’histoire du secteur « t...

Quand les Gilets jaunes font trembler les Gafa

Quand les Gilets jaunes font trembler les Gafa

Le Conseil européen a réduit a minima le projet de « taxe Gafa » porté par la France, le 4 décembre dernier. Le ministre de l'Économie et des Finances...

Rodolphe Gintz (Douanes) : « Le contrôle est une forme de protection des entreprises et des marques »

Rodolphe Gintz (Douanes) : « Le contrôle est une forme de protection des entreprises et des marques...

Très médiatisée pour son travail de contrôle des particuliers et son action pour lutter contre la contrebande, la douane est aussi un partenaire privi...

IKKS fait peau neuve

IKKS fait peau neuve

Lourdement endetté, le groupe de prêt-à-porter premium a dû restructurer son capital pour régler sa situation financière. Les créanciers ont accepté d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message