Bruno Cautrès (Cevipof) : « L’issue des sénatoriales résulte aussi de la grogne des élus locaux »

Alors qu’elle espérait renforcer sa présence au Sénat, la République en marche n’obtient finalement que vingt-quatre sièges à la suite du scrutin du 24 septembre dernier. Elle en comptait vingt-neuf auparavant. Une défaite « relative », selon le politologue Bruno Cautrès.

Alors qu’elle espérait renforcer sa présence au Sénat, la République en marche n’obtient finalement que vingt-quatre sièges à la suite du scrutin du 24 septembre dernier. Elle en comptait vingt-neuf auparavant. Une défaite « relative », selon le politologue Bruno Cautrès.

Décideurs. Peut-on parler d’une déroute pour LREM ?

Bruno Cautrès. Difficile à dire, car La République en marche partait de presque rien avant ces sénatoriales. Je crois qu’elle s’attendait néanmoins à un score plus élevé. Non seulement la majorité n’a pas remporté d’élus supplémentaires, mais il en a perdu. Je crois qu’on peut parler d’une défaite relative.

Cet échec est-il uniquement lié au collège électoral, composé d’hommes et de femmes élus en 2014, alors que LREM n’existait pas encore ?

Le collège électoral n’était effectivement pas favorable à LREM. Mais ce n’est pas la seule raison de cet échec. Celui-ci résulte aussi de la grogne des élus locaux, directement concernés par certaines mesures prises par l’exécutif comme le gel des budgets et la diminution des emplois aidés. Au début de l’été, certains se disaient prêts à rejoindre la majorité présidentielle. Ce n’était plus le cas quelques mois plus tard. Je crois que les élus sont dans l’expectative. Ils attendent de voir si leur électorat adhère ou non à La République en marche avant de s’y engager et de prendre le risque de se faire battre par un parti « classique » en 2020. 

« Tout l’enjeu aujourd’hui pour la majorité présidentielle, c’est d’attirer à elle des sénateurs d’autres partis politiques »

Cet épisode aura-t-il des conséquences pour Emmanuel Macron ? La réforme constitutionnelle qu’il espère mettre en œuvre est-elle remise en question ?

Cet échec ne remet pas en question la réforme, mais complique sa mise en œuvre. Tout l’enjeu aujourd’hui pour la majorité présidentielle, c’est d’attirer à elle des sénateurs d’autres couleurs politiques. Plusieurs questions sont pour l’heure en suspens. Les élus de droite favorables à Emmanuel Macron, vont-ils créer au Sénat un groupe à part, à l’image des « constructifs » de l’Assemblée nationale ? Nous le saurons dans les prochains mois.

Le Sénat devient-il un véritable contre-pouvoir ?

Le pouvoir du Sénat est limité. La vision qu’il offre de la société civile est par ailleurs tronquée puisque les territoires ruraux y sont proportionnellement surreprésentés. Il contribue néanmoins à l’équilibre politique du pays. Si l’Assemblée nationale a systématiquement le dernier mot dans le mécanisme de production des lois, certaines statistiques démontrent qu’au cours des précédentes mandatures, dans deux tiers des cas, les commentaires du Sénat ont été incorporés aux textes législatifs.

« Cet échec ne remet pas en question la réforme constitutionnelle, mais complique sa mise en œuvre»

La Haute chambre reste majoritairement dans l’opposition, une bonne chose pour notre démocratie ?

Dans le contexte français, où l’exécutif tend à dominer la vie politique, il est effectivement bon pour notre démocratie d’avoir une deuxième chambre en mesure de modérer, de tempérer, d'introduire un autre point de vu. La majorité présidentielle est ainsi contrainte d’admettre qu’elle ne contrôle pas tout. Je crois néamoins que le Sénat a tout intérêt à se montrer acteur de sa propre réforme. Il devrait notamment renforcer ses prérogatives en matière d’évaluation et de contrôle des politiques publiques. Le mode de scrutin des sénateurs est par ailleurs une vraie question, tout comme celle du rééquilibrage démographique. 

 

Propos recueillis par @CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Edito. Échec et maths

Edito. Échec et maths

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

Ses différents mandats ministériels ont mis en valeur son goût pour le combat politique. Dorénavant avocat et uniquement avocat, Bernard Cazeneuve n’a...

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écologique"

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écolo...

Près de cinq ans après sa création, la Métropole du Grand Paris a entrepris de nombreuses actions. Patrick Ollier et ses dirigeants ne comptent pas s’...

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

Entre accusations de victoire volée et divisions exacerbées, beaucoup prédisent un début de mandat difficile à Joe Biden. Sylvie Matelly, directrice a...

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

L’année qui s’achève a été riche en petites phrases politiques. Si certaines peuvent porter à sourire par leur maladresse ou leur amateurisme, d’autre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte