Brahim Oumansour (IRIS) : « L’Algérie peut proposer un modèle de mobilisation pacifique »

Pacifique et rétive à toute forme de récupération politique, la contestation algérienne tire les leçons de son histoire mais aussi du  Printemps arabe. Un modèle vers une transition démocratique réussie ?

Pacifique et rétive à toute forme de récupération politique, la contestation algérienne tire les leçons de son histoire mais aussi du Printemps arabe. Un modèle vers une transition démocratique réussie ?

Décideurs. Pourquoi la contestation explose-t-elle et maintenant et non pas, par exemple, lors du « Printemps arabe » entre 2010 et 2012 ?

Brahim Oumansour. Cette mobilisation s’inscrit dans une continuité, celle de 1988 qui a certes dégénéré en émeutes mais a aussi permis l’ouverture des médias et la fin du régime de parti unique. Ce fut une première phase de transition même si elle a débouché sur la violence des années 1990. En 2010-2011, certains observateurs ont pu parler d’exception algérienne, mais ce n’est pas tout à fait juste. Il y a eu des manifestations. La prudence des Algériens, malgré une colère bien présente, s’explique d’abord par le traumatisme des années noires puis par la dérive rapide du « Printemps arabe » vers la guerre civile, notamment en Syrie et en Libye. Cette dérive a marqué les jeunes générations. Abdelaziz Bouteflika a capitalisé sur la sortie de la violence après la décennie noire tandis que la hausse des prix du pétrole dans les années 2000 lui a permis d’acheter la paix sociale. De nombreux investissements ont été réalisés, dans les infrastructures, l’éducation ou le logement, et ces efforts ont prolongé la patience des Algériens.

Ce mouvement de revendication ne semble pas avoir de leaders… Est-il spontané ?

Effectivement, il n’y a pas de leader car la crise de confiance ne se limite pas à Bouteflika et à la coalition à la tête du pays mais à toute la classe politique. Le pouvoir a su affaiblir l’opposition, soit par le clientélisme, soit en l’intégrant à sa coalition. Cette stratégie a participé au discrédit de la classe politique en général. La mobilisation échappe donc à la politisation, elle est spontanée mais, ce qui peut paraître paradoxal, est très organisée, en particulier grâce aux réseaux sociaux.

Quel rôle ont joué ces réseaux sociaux dans cette mobilisation ?

Internet a permis aux Algériens de s’informer dans un pays où une partie des médias, surtout les chaînes de télévision, sont sous contrôle du pouvoir. Il autorise une nouvelle forme de mobilisation, moins risquée. La mobilisation en ligne sur les réseaux sociaux, et en premier lieu sur Facebook, a pris de l’importance depuis cinq ou six ans en relayant des parodies politiques mas aussi des affaires de corruption ou des mouvements de contestation. Elle a déjà débouché sur le limogeage de plusieurs préfets ou responsables administratifs après des campagnes de dénonciation.

La mobilisation va-t-elle se poursuivre ?

La réponse du gouvernement – report des élections et prolongation du cinquième mandat – est sourde et je doute que cette mobilisation s’affaiblisse. La pression populaire pourrait pousser d’autres dirigeants à se désolidariser du gouvernement. L’armée sort progressivement de son silence, même si elle ne veut pas répéter l’erreur de 1991 en intervenant directement. Si la contestation ne change pas de nature et reste pacifique, la transition la plus sage consisterait à intégrer un maximum de nouvelles figures et de formations dans le processus de réforme. Mais, pour l’instant, le mouvement est trop jeune pour qu’aient eu le temps d’émerger des représentants de l’opposition crédibles et légitimes auprès de la population. Ce mouvement illustre la maturité politique du peuple algérien qui a tiré les leçons de son histoire et de celle de la région. Un effet de contagion est possible, en particulier aux pays voisins en proposant un modèle de mobilisation pacifique et aboutissant à un véritable changement.

Un risque de récupération par les partis islamistes est-il possible ?

Pour le moment, non. Le pourvoir algérien a eu recours à la stratégie de « domestication » des islamistes, en les faisant participer à la coalition au pouvoir. Si la situation se dégrade et débouche sur des émeutes, certains leaders islamiques pourraient gagner en visibilité mais pas au point de devenir une force politique importante. Cependant, toute dérive du mouvement pourrait conduire à une répression par le pouvoir, et justifierait l’arrêt du processus de transition.

Propos recueillis par Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Lors de la primaire du PS, qui s’est volontairement déroulée en catimini, l’ancien ministre de François Hollande a réalisé un score plus qu’honorable...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Joe Biden ? Tous utilisent une puissante technique de manipulation de...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une droite classique à la peine. Et une extrême droite en pleine ascension qui surfe sur les agression...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Ces deux défenseurs de la liberté d’expression succèdent au programme alimentaire mondial (PAM). Un sacre qui déjoue les pronostics.

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Le presque candidat se rêve en représentant de la jeunesse et des catégories populaires. Pour le moment, son électorat est plutôt âgé, masculin et ais...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte