BPIFrance aide les entreprises françaises à s’implanter en Iran

Avec la levée graduelle des sanctions internationales, l'Iran, qui compte plus de quatre-vingts millions d’habitants, fait l’objet de toutes les convoitises. Pour aider les entreprises à s’y implanter, BPIFrance va débloquer 500 millions d’euros. L’Iran pourrait bien devenir un nouvel eldorado pour les entreprises françaises.

Avec la levée graduelle des sanctions internationales, l'Iran, qui compte plus de quatre-vingts millions d’habitants, fait l’objet de toutes les convoitises. Pour aider les entreprises à s’y implanter, BPIFrance va débloquer 500 millions d’euros. L’Iran pourrait bien devenir un nouvel eldorado pour les entreprises françaises.

Longtemps isolé, l’Iran a un potentiel de croissance immense. Pour deux raisons. La première est qu’il dispose d’importants gisements pétroliers. Dans l’ère « post-sanctions », sa production passera de 2,5 à 4 millions de barils par jour, les exportations dépassant déjà le seuil des deux millions par jour. La deuxième raison est que, outre ses richesses en ressources naturelles, l’Iran dispose avec quatre-vingts millions d’habitants et une classe moyenne émergente, d'un potentiel de consommation immense. Sur ce segment, les freins résident dans une fragmentation élevée des consommateurs et dans le contrôle des prix de certains produits par le gouvernement.

Pas de quoi effrayer un grand groupe. Pourquoi alors les entreprises étrangères ne franchissent-elles pas le pas et n’investissent-elles pas massivement dans ce pays ? Pour comprendre ce paradoxe, il faut se tourner du côté de l’investissement. L’embargo international interdit aux banques de financer des opérations sur place. Malgré l'entrée en vigueur en janvier 2016 de l'accord nucléaire qui a permis la levée partielle des sanctions internationales, les banques se montrent encore frileuses. Toutes ont encore en tête les sanctions record imposés par les États-Unis. En 2014, BNP Paribas avait dû payer neuf milliards de dollars et Credit Suisse, 500 millions en 2009.

« Toutes les grandes entreprises sont sur la ligne de départ »

Conscient de cette difficulté, BPIFrance a décidé d’aider les entreprises françaises à s’implanter en Iran en leur accordant jusqu’à 500 millions d’euros de crédit par an à partir de l’année prochaine. En effet, la banque publique d’investissement n’est pas soumise aux sanctions américaines pour rupture d’embargo. « Toutes les grandes entreprises sont sur la ligne de départ », insiste Nicolas Dufourcq, son directeur général. La France n’est bien sûr pas le seul pays à lorgner ce marché. L'Iran a récemment signé un premier crédit-cadre avec la banque autrichienne Oberbank pour un milliard d'euros et a obtenu deux lignes de crédit, l'une de huit milliards d'euros auprès de la sud-coréenne Exim Bank, l'autre de dix milliards de dollars auprès de l'institution chinoise Citic Bank.

Seule ombre au tableau, une éventuelle volte-face de l’administration américaine. Par le passé très hostile à l'accord nucléaire, Donald Trump doit notifier au Congrès le 15 octobre prochain si Téhéran respecte ses engagements. S'il estime que non, le Congrès pourrait alors de nouveau mettre en place des sanctions.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Le multi-family office Allure Finance a annoncé l’arrivée d’Ombline du PLESSIS de GRENEDAN, en charge du développement du pôle immobilier.

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

B. Pédoussaut (Sonepar)  : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

B. Pédoussaut (Sonepar) : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte