BPCE entame une OPA en vue de retirer Natixis de la cotation

Le groupe BPCE a annoncé la mise en œuvre d’une OPA sur sa filiale Natixis afin de récupérer les 29,3 % du capital qu’il ne détient pas déjà pour un montant de 3,7 milliards d’euros. Cette opération serait suivie d’un processus de retrait de la cotation obligatoire.

Le groupe BPCE a annoncé la mise en œuvre d’une OPA sur sa filiale Natixis afin de récupérer les 29,3 % du capital qu’il ne détient pas déjà pour un montant de 3,7 milliards d’euros. Cette opération serait suivie d’un processus de retrait de la cotation obligatoire.

À la suite de son annonce, le 17 juillet 2020, de ne pas avoir l’intention de déposer une offre publique d’achat sur les actions Natixis, et en vertu des règles de l’AMF, le groupe BPCE ne pouvait démarrer d’opération capitalistique avant six mois. Une période qui a pris fin à la mi-janvier. Désormais libéré, le groupe, se lance dans une OPA simplifiée pour acquérir les 29,3 % du capital de Natixis qu’il lui manque. Celle-ci devrait être mise en œuvre à un prix de 4 euros par action, pour un montant total de 3,7 milliards d’euros, bien loin du cours observé lors de son entrée en Bourse en 2006, avec un prix unitaire de 19,5 euros. 

Pour financer cette OPA, BPCE va notamment réaliser une augmentation de capital de 800 millions d’euros auprès de ses banques actionnaires, Caisse d’Épargne et Banque Populaire, afin de limiter l’impact de l’opération sur ses fonds propres. Cet effort, consenti par les deux établissements bancaires, devrait leur permettre de peser dans la gouvernance des métiers de Natixis, destinés à être intégrés au sein du groupe BPCE. Ce dernier, quant à lui, devrait pouvoir atteindre, pour le ratio CET1, son objectif stratégique de 15,5 % à la fin de l’année, contre 16 % actuellement. 

Vers une sortie de la cotation pour Natixis

L’OPA devrait aboutir à un processus de retrait obligatoire de la Bourse de Paris pour Natixis. Laurent Mignon, président du directoire de BCPE, a justifié cette décision en expliquant que le "fait d’être coté n’apporte rien aux métiers de Natixis" et ajoute que cette sortie de la cotation permettrait de récupérer 100 % du bénéfice annuel de Natixis. Des bénéfices tirés des trois activités de la filiale, la banque de proximité et assurance, la banque de grande clientèle ainsi que la gestion d’actifs et de fortune. Sur ce dernier métier, qui représente près de 43 % du chiffre d’affaires de la société, Laurent Mignon, n’exclut pas, pour l’avenir, un retour à la cotation. 

Ce retrait de la cote va permettre à BPCE de reprendre en main Natixis, aux côtés des banques actionnaires, afin de lui permettre de se restructurer et de limiter ses risques. 

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte