Bonus : une décision française inquiète les banques

À l’issue d’un procès aux Prud’hommes, Morgan Stanley a été condamné à verser la somme de 1,4 millions d’euros à son ancien banquier Bernard Mourad. Mettant notamment en lumière les différences entre le droit français et le droit américain, ce verdict, du fait de son caractère inédit, pourrait inquiéter de nombreuses banques à travers le monde.

À l’issue d’un procès aux Prud’hommes, Morgan Stanley a été condamné à verser la somme de 1,4 millions d’euros à son ancien banquier Bernard Mourad. Mettant notamment en lumière les différences entre le droit français et le droit américain, ce verdict, du fait de son caractère inédit, pourrait inquiéter de nombreuses banques à travers le monde.

Le fin mot de l’histoire, du moins avant un éventuel appel de la banque américaine, est venu d’un juge « départiteur », magistrat d’un tribunal de grande instance appelé en renfort lorsque les acteurs d’un dossiers prud’hommal ne parviennent pas à s’entendre. Sa décision vient trancher un litige vieux de cinq ans entre le banquier de Patrick Drahi et Morgan Stanley.

Le droit français prime sur le droit américain

Le milliardaire français, devenu l’une des plus grosse source de commission de la banque américaine, avait permis à Bernard Mourad de se voir octroyer un bonus par son employeur ainsi qu’une attribution d’actions pour les années passées de 2012 à 2014, avec un montant avoisinant 1,4 millions d’euros. Cependant, l’annonce du départ de ce dernier pour Altice, le consortium de Patrick Drahi, avait entrainé le blocage par Morgan Stanley de ce montant.  

La raison ? Une règle usuelle dans le monde de la banque qui ne permet pas le versement de bonus différés si le récipiendaire quitte la structure. Cette pratique courante est connue des banquiers et ces derniers se font d’ailleurs souvent verser ce dernier par leur nouvel employeur, en l’incluant dans la négociation.

Bernard Mourad a donc intenté une action en justice afin de récupérer le montant promis auprès de Morgan Stanley au moyen d’un angle d’attaque simple. Le droit français interdit le paiement d’une rémunération acquise sur période échue à la condition d’une présence ultérieure du salarié. Le contrat de travail de Bernard Mourad étant français, il n’aurait aucune raison de s’assujettir au droit américain permettant cette pratique. Les Prud’hommes ont finalement accédé à sa demande.

Une boite de pandore ouverte ?

Cette décision totalement inattendue risque, si elle est confirmée, de changer les règles du jeu et d’inciter les banquiers n’ayant pas touché leurs bonus de les réclamer à leur ancien employeur. L’addition se révèlerait dans ce cas salée, les plans de rémunération différées représentant environ la moitié des bonus des banquiers et se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d’euros par salarié.

Théo Maurin-Dior

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte