Bertile Burel (Wonderbox) : « Nos collaborateurs sont la clé de notre succès »

Créé en 2004, Wonderbox est aujourd’hui leader du marché des coffrets cadeaux en France. La société a enregistré en 2017 un chiffre d’affaires de 220 millions d’euros et ne compte pas s’arrêter là. Retour sur une success-story à la française.

Créé en 2004, Wonderbox est aujourd’hui leader du marché des coffrets cadeaux en France. La société a enregistré en 2017 un chiffre d’affaires de 220 millions d’euros et ne compte pas s’arrêter là. Retour sur une success-story à la française.

Décideurs. Comment est né Wonderbox ?

Bertile Burel. En 2004, mon mari et moi-même revenions d’un tour du monde de quelques mois avec des rêves plein les yeux. À la période de Noël, nous souhaitions éviter d’offrir les cadeaux « matériels » habituels à nos proches, mais plutôt opter pour des expériences à vivre, comme celles que nous gardions en mémoire. Nous avons alors commencé à travailler sur un concept basé sur notre expérience et nos envies. De là, est né Wonderbox.

Quel est l’ADN de votre entreprise ?

Lorsque nous recrutons des personnes, nous leur proposons de participer à une aventure. Notre comité de direction est composé d’aventuriers à leur manière. C’est cela que nous voulons offrir à nos clients : une expérience à vivre ! Au début de Wonderbox, nous proposions des séjours dans des hôtels, ce qui était assez commun. Nous avons ensuite été les premiers à proposer des séjours insolites dans des cabanes, des yourtes, des tipis… L’innovation fait partie de notre ADN !

Selon vous, quelles sont les clés de votre succès ? 

Nos collaborateurs ! Nous sommes très exigeants au moment du recrutement. L’ancienneté moyenne au sein du comité de direction est de huit ans, alors que Wonderbox ne fête que ses treize ans. Dès le début, nous avons misé sur des hommes et des femmes passionnés par leur travail. Notre équipe est composée de personnes ouvertes et brillantes qui aiment travailler sur des projets communs. C’est l’équipe qui fait notre succès !

« Nous innovons sans cesse en dénichant des lieux insolites »

Quels obstacles avez-vous dû surmonter depuis le début de votre aventure ?

Nous en avons connu un certain nombre ! La première difficulté a été d’être un nouveau produit, inconnu du grand public. Au lancement de Wonderbox à la période de Noël, les coffrets étaient présentés au rayon cadeaux d’un grand magasin parisien, et les visiteurs étaient persuadés que nous vendions des DVD ! Il était difficile de leur faire comprendre qu’ils n’achetaient pas une simple boîte ou un disque, mais une expérience à vivre.

Rapidement, un deuxième problème s’est posé : les distributeurs ont compris ce que nous proposions, mais ne savaient pas dans quel rayon installer nos coffrets puisque nous étions sur un nouveau marché. Nous avons constaté que les consommateurs achetaient de moins en moins de CD et de DVD et avons ainsi proposé de référencer nos produits au rayon culturel. Au fur et à mesure, nous avons gagné de l’espace et il existe aujourd’hui un rayon entier consacré aux coffrets cadeaux !

Le marché n’offre plus les progressions du début. Y a-t-il encore des clients à conquérir ? 

En 2017, un français sur cinq a acheté un coffret, dont 70 % de femmes. Il nous reste encore une marge de progression importante et nous espérons atteindre le taux de deux français sur cinq dans les années à venir.

Vous avez racheté votre homologue néerlandais GiftForYou en juin 2017. Comptez-vous poursuivre votre croissance externe dans les années à venir ? 

Cette acquisition est à la fois un moyen de se développer, d’apprendre des entreprises étrangères ainsi que d’acquérir un savoir-faire et une vision différente de notre marché. Nous n’excluons donc pas de réaliser de nouvelles acquisitions dans les années à venir. 

En 2015, nous avons entamé notre stratégie de croissance externe en rachetant la société Vivabox, acteur historique du marché belge, connu pour son concept de cadeau deux en un, composé d’un cadeau physique dans le coffret ainsi que d’une expérience. Nous avons aujourd’hui déployé ce produit en France, en Espagne et en Italie.

« Quoi de plus beau que d’offrir la liberté ? »

Visez-vous de nouveaux marchés dans les années à venir ? 

Wonderbox n’est aujourd’hui présent qu’en France, en Espagne, en Italie, en Suisse, en Belgique et aux Pays-Bas. Il nous reste donc encore de nombreux marchés à conquérir ! Nous souhaitons dans un premier temps nous concentrer sur l’Europe mais nous n’excluons pas de nous développer sur d’autres continents.

Vous avez lancé en novembre 2017 des coffrets cadeaux avec des vols. Prévoyez-vous déjà de développer de nouvelles offres innovantes ?

Ces coffrets ont été notre grande innovation de Noël dernier. Quoi de plus beau que d’offrir la liberté ? Ce fut très compliqué à mettre en place mais nous sommes ravis que ce projet ait enfin vu le jour. Pour ce faire, nous avons noué un partenariat avec MisterFly, un site spécialisé dans le transport aérien et le voyage en ligne, ce qui nous permet de proposer aussi bien des vols court que long-courrier, sur toutes les compagnies aériennes, vers plus de 1 000 destinations. Concernant de nouvelles offres, je ne peux encore rien vous dire, c’est top secret. Vous aurez la surprise à Noël 2018 !

Qu’est-ce qui vous distingue de vos concurrents ?

Nous innovons sans cesse, en dénichant des lieux insolites, en développant des coffrets thématiques et en proposant de nouveaux services. Nous avons également une politique de qualité très rigoureuse : nous notons nos partenaires, avons un programme de « testeur de rêve » et suivons de près les commentaires et avis de nos clients. Enfin, nous sommes une entreprise française. Nous sommes fiers de payer nos impôts en France et de contribuer au développement de l’économie locale, ce qui n’est pas le cas de tous les entrepreneurs !

« Nous sommes fiers de payer nos impôts en France et de contribuer au développement de l’économie locale »

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs ?

La solution ne viendra pas de l’État, alors allez-y, foncez ! Beaucoup rêvent d’être entrepreneurs mais peu se lancent vraiment… Parlez également de votre idée autour de vous. Nous ne l’avons pas fait car nous pensions avoir trouvé le meilleur concept et voulions le garder secret. Mais il vaut mieux prendre le risque d’être copié que de ne pas avoir de commentaires, positifs ou négatifs, sur son projet. Ils permettent d’affiner le concept, de voir s’il y a une appétence ou non.

Quelles sont vos ambitions ?

Continuer à croître, sinon ce n’est pas drôle ! Mais également créer de nombreux coffrets innovants, de nouveaux concepts et se développer davantage à l’étranger.

Y-a-t-il une question qu’on ne vous a jamais posé et que vous aimeriez qu’on vous pose ?

On ne me demande jamais si je m’amuse ! Et la réponse est oui. J’ai la chance de côtoyer des personnes formidables, chacune experte dans leur domaine. Et travailler avec son conjoint a un énorme avantage : lorsque la charge de travail est trop lourde, je peux compter sur lui pour en prendre une partie !

 

Propos recueillis par Margaux Savarit-Cornali

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

À quelques jours de la conclusion du rapprochement historique de Veolia avec Suez, le conseil d’administration de Veolia a désigné Estelle Brachlianof...

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Le secteur agroalimentaire reste une place forte de l'économie hexagonale. Certaines entreprises, parfois peu connues du grand public, connaissent une...

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croissance"

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croiss...

Cabinet à taille humaine emmené par trois associés, Reboul & Associés conseille aussi bien des grands groupes que des start-up. La boutique a par...

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Enfin ! La France recrée depuis quelques années des emplois industriels. Cela est en partie lié à la croissance de groupes qui, implantés sur un march...

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Derrière des mastodontes tels que Nokia, Volvo, Saab, Spotify ou Revolut, la Scandinavie fourmille d'entreprises à très forte croissance. Parmi elles,...

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

Si le groupe Label existe depuis dix ans, la marque Mister Menuiserie, qui en est désormais la figure de proue, est née en 2016. Depuis, sa croissanc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte