Bernard Arnault, l'incontournable

Philanthrope passionné et homme d’affaires avisé, Bernard Arnault est le PDG du groupe LVMH, dont la capitalisation boursière atteint 189 milliards d’euros. Si les chiffres sont connus, l’homme est plus discret. Retour sur un parcours hors norme.

Philanthrope passionné et homme d’affaires avisé, Bernard Arnault est le PDG du groupe LVMH, dont la capitalisation boursière atteint 189 milliards d’euros. Si les chiffres sont connus, l’homme est plus discret. Retour sur un parcours hors norme.

Selon le Bloomberg Index, la fortune de Bernard Arnault a momentanément dépassé celle de Bill Gates au mois de septembre 2019. L’homme d’affaires français posséderait un patrimoine évalué à 101 milliards de dollars, soit 90 milliards d’euros. Il fait désormais partie du cercle très fermé des centimilliardaires où il talonne Jeff Bezos, homme le plus riche du monde. Grâce à l’excellente santé boursière de LVMH, la fortune du natif de Roubaix a augmenté de 17 milliards d’euros en un an.

La famille : sa première force

Bernard Arnault, c’est l’histoire d’un jeune homme du Nord pas tout à fait comme les autres, qui n’accepte pas la défaite, chez qui le travail et la réussite représentent le fil conducteur d’une vie. Le parcours de l’homme le plus riche d’Europe débute en 1949 à Croix, une commune située non loin de Roubaix. Élevé par sa grand-mère Maminette, "à la rigueur catholico-auvergnate" de son propre aveu, il apprend à être économe. Après Polytechnique, il rejoint Ferret-Savinel, l’entreprise familiale, créée en 1926 par son grand-père Etienne, et dont le père est devenu dirigeant en 1950. Il persuade ce dernier de vendre la branche BTP de l’entreprise pour se consacrer à une nouvelle activité. Après une profonde restructuration, le groupe bénéficie d’un capital de 40 millions de francs. Ferret-Savinel devient Férinel, société de promotion immobilière, et Bernard Arnault embrasse son destin d’entrepreneur.

Le luxe dans la tête

Fort de son succès hexagonal, il s’expatrie aux États-Unis en 1981 pour y lancer Ferinel Inc. L’aventure au pays de l’Oncle Sam ne rencontre pas le succès escompté : Bernard Arnault rentre au bercail en 1984… pour amorcer l’immense réussite qu’on lui connaît. C’est à ce moment qu’il se tourne vers le secteur du luxe et rachète la Financière Agache-Willot avec le soutien d’Antoine Bernheim de la banque Lazard. Cette société fiduciaire est alors propriétaire de Boussac Saint Frère, acteur majeur du textile dans le Nord, et des marques Christian Dior, Conforama, ainsi que de l’enseigne Le Bon Marché à Paris. À cette époque, le secteur du textile connaît de grandes difficultés. Afin de remettre l’entreprise sur pied, il procède à une importante restructuration pour ne conserver que la marque Christian Dior et le magasin Le Bon Marché qui deviendront les fers de lance de son empire. Une acquisition, de 40 millions de francs, soit l’essentiel de la fortune familiale, qui fera du patron français le propriétaire d’une société valorisée à huit milliards de francs en 1987. La même année, après un krach boursier, il entre au capital de LVMH, dont il acquiert 25 % des parts dès 1988. Un an plus tard, une OPA le propulse à la présidence de l’entreprise. Depuis cette date, Bernard Arnault n’a cessé d’appliquer ses principes de gouvernance. Le résultat est sans appel : la valeur du groupe est multipliée par quinze et le chiffre d’affaires progresse de plus de 500 %.

Son objectif : gagner

Gagner, vaincre, triompher. Ces mots auraient pu être associés à Gengis Khan ou Attila Le Hun, mais ils s’accordent aussi à la personnalité du patron le plus riche de France. Pour Bernard Arnault, il ne s’agit pas seulement d’aboutir à un succès financier mais aussi de laisser la concurrence sur la ligne de départ. Et ne lui parlez pas de Bill Gates ou de Steve Jobs, de Microsoft ou d’Apple qu’il juge avoir "un cycle de vie beaucoup plus éphémère que celui d’entreprises souvent centenaires". Deux entreprises du secteur des technologies, un des rares marchés où l’on entend peu parler de lui. Peut-être bien parce qu’il était là avant tout le monde, avec notamment 30 millions de dollars investis dans Netflix… en 1999. Francis Bacon affirmait que "le savoir, c’est le pouvoir". Bernard Arnault a dû consulter ses ouvrages.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100, leçons de réussite

Les 100 premières fortunes : France, Europe, International.
Sommaire Susanne Klatten, plus qu’une héritière Giovanni Ferrero, focus sur le patron de Nutella Amancio Ortega, le roi d'Espagne Dietrich Mateschitz, l'énergique Pony Ma, l'omniprésent Jeff Bezos, le prophète du e-commerce Carlos Slim Helu, le conquistador Aliko Dangote, Saga Africa Abigail Johnson, la discrète Petr Kellner : le roi des chèques

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants France et International 2019

Leadership, culte de la performance, vision... Qu’ils soient à la tête de licornes, de Gafa ou encore de groupes industriels, les dirigeants d’entreprise possèdent un ensemble de qualités. Mais qui sont-ils vraiment? Réponse dans le palmarès inédit des « 100 meilleurs dirigeants France et international » que Décideurs Magazine vous présente pour la seconde année consécutive. Si certains noms sont bien connus, d’autres figures peu médiatisées tirent leur épingle du jeu.
Sommaire Marie-Christine Coisne-Roquette, entrepreneuriat au féminin Tim Cook, le consolidateur Hardware vs Software : la tentation de l'autre Mark Zuckerberg, l’insoutenable légèreté du geek Paul Hermelin (Capgemini) « Pour rester leader, il faut oser faire de vrais choix » Thierry Breton, le super commissaire Sergey Brin, le fer de lance de la Silicon Valley Satya Nadella, le successeur Michael Dell, la métamorphose
Arnaud Pédron rejoint en tant qu’associé la pratique restructuring de Franklin

Arnaud Pédron rejoint en tant qu’associé la pratique restructuring de Franklin

Le cabinet Franklin accueille cette année dans l’équipe restructuring, Arnaud Pédron, son treizième nouvel associé pour l’année 2020.

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Face à la menace commune Covid-19, les systèmes de santé européens ont répondu de façon hétérogène. La crise agit comme un révélateur des forces et di...

L’État à la rescousse de Corsair avec un plan de sauvetage

L’État à la rescousse de Corsair avec un plan de sauvetage

Le gouvernement s’apprête à apporter une aide à la compagnie aérienne Corsair, spécialiste des liaisons outre-mer, dans le cadre d’un plan de sauvetag...

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformati...

Y. Chemama (Arsene) : "L’enjeu de la justification des taux d’intérêt sur les financements intragroupe est crucial"

Y. Chemama (Arsene) : "L’enjeu de la justification des taux d’intérêt sur les financements intragrou...

La décision de la Cour Administrative d’Appel de Paris dans le dossier Studialis apporte un éclairage intéressant sur la structuration des LBO. Yoann...

Christophe Gouthière (Parts Holding Europe) : "Nous avons gagné des parts de marché et de nouveaux clients"

Christophe Gouthière (Parts Holding Europe) : "Nous avons gagné des parts de marché et de nouveaux c...

Parts Holding Europe (AutoDistribution), groupe européen spécialiste de la distribution indépendante de pièces détachées automobiles, a remarquablemen...

Y.Pouëzat (Trésor) : "En un peu plus d'un mois, 51 fonds ont déjà obtenu le label relance "

Y.Pouëzat (Trésor) : "En un peu plus d'un mois, 51 fonds ont déjà obtenu le label relance "

Lancé fin octobre, le label relance semble déjà s’être fait une place dans le monde de la gestion d’actifs et du capital-investissement. Conçu comme u...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte