Bercy durcit le ton contre les mauvais payeurs

Épinglés pour retards de paiement, trois groupes se sont vus infliger des amendes supérieures à 500 000 euros. Une première en France depuis l’entrée en vigueur de la loi Sapin II. En couplant ce dispositif au mécanisme du « Name & Shame », Bercy espère lutter efficacement contre les retards de paiement à l’origine des difficultés de trésorerie d’une PME hexagonale sur quatre.

Épinglés pour retards de paiement, trois groupes se sont vus infliger des amendes supérieures à 500 000 euros. Une première en France depuis l’entrée en vigueur de la loi Sapin II. En couplant ce dispositif au mécanisme du « Name & Shame », Bercy espère lutter efficacement contre les retards de paiement à l’origine des difficultés de trésorerie d’une PME hexagonale sur quatre.

Aux grands maux les grands remèdes. Alors que certaines entreprises rechignent encore à s’acquitter en temps et heure de leurs factures auprès de leurs homologues, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) n’a pas tremblé. Ce sont trois entreprises, dont les noms ont été rendus publics, qui en ont fait les frais, écopant des plus lourdes sanctions jamais prononcées pour ce motif dans l’Hexagone. Ciments Calcia devra ainsi débourser 670 000 euros, alors que la filiale de Getlink, France Manche, ainsi que l’assureur MMA IARD ont été condamnées à une amende administrative de 500 000 euros.

« Des amendes à la hauteur des dommages causés »

Ces condamnations à des montants records ont été rendues possibles par l’application de la Loi Sapin. Le texte a en effet relevé le plafond des sanctions pécuniaires de 375 000 euros à deux millions d’euros pour les personnes morales. Adopté en 2016, il aura cependant fallu attendre trois ans pour qu’il trouve une mise en œuvre concrète puisque, pour être applicable, toutes les factures analysées devaient avoir été émises postérieurement à la promulgation de la loi. Par leur montant, ces amendes administratives sonnent comme un avertissement. Combinées à une publicité en ligne, elles revêtent un caractère comminatoire certain. C’est du moins ce que veut croire la DGCCRF qui applique le principe d’une publication automatique des noms des contrevenants et des amendes prononcées directement sur son site. Mais aussi une atteinte à l’image de ces entreprises qui peut s’avérer particulièrement dommageable à une époque où la réputation d’une société participe directement de sa valorisation. En combinant les deux sanctions – pécuniaire et réputationnelle –, Bercy affirme haut et fort qu’il n’entend pas laisser impunies les mauvaises habitudes. « La lutte contre les retards de paiement interentreprises constitue un enjeu majeur pour le bon fonctionnement de l’économie », a rappelé Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. « Les sanctions prononcées seront dorénavant à la hauteur des dommages qu’ils induisent sur l’économie », a-t-elle prévenu.

Les retards de paiement s’aggravent

La DGCCRF n’a pas à rougir de son bilan pour 2018. L’année dernière, ce ne sont pas moins de 2 700 contrôles qui ont été menés, pour un taux d’anomalies de 25 %. Au total, les 337 procédures engagées ont représenté un montant de 29 millions d’euros d’amendes. Plus qu’une manne financière pour l’administration, ces sanctions doivent aussi permettre aux entreprises de prendre conscience du danger qu’elles font courir à leurs cocontractants en ne les payant pas en temps voulu. L’Observatoire des délais de paiement estime en effet que les retards de paiement sont à l’origine de la disparition d’une société sur quatre en France et les privent de 19 milliards d’euros de trésorerie. Une situation d’autant plus alarmante que la France brille par ses mauvais résultats. La dernière étude Euler Hermes montre que les délais de paiement ont diminué d’un jour en moyenne à travers le monde, alors qu’ils se sont rallongés de deux jours sur le territoire national en 2018. Gageons que la menace de sanctions pécuniaires à hauteur de deux millions d’euros fasse réfléchir les plus réfractaires à la ponctualité.

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

Le géant japonais de la téléphonie mobile Softbank mène depuis plusieurs années une stratégie d’investissement frénétique dans les nouvelles technolog...

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

Le groupe a réussi, in extremis, son come-back en accélérant à partir de 2014 sa transformation digitale. Le géant de Roubaix, s'est recentré sur le e...

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

Structurée autour d’une équipe pédagogique d’une soixantaine de personnes, l’Aurep dispense depuis 25 ans des formations en gestion de patrimoine dans...

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

Positionnement de son cabinet de gestion de patrimoine, attente de sa clientèle, montée en puissance du private equity, importance du groupement de la...

Le management de transition, avenir du directeur financier

Le management de transition, avenir du directeur financier

Ces dix dernières années, le management de transition a séduit de plus en plus de dirigeants. Cette évolution, liée au changement du marché du travail...

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

La transaction, d’une valeur de 2,6 MD$, est le quatrième plus gros coup de l’histoire du géant de Mountain View sur le terrain du M&A.

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

Laurent Martinez a pris ses fonctions de directeur financier d’Alstom le 1er juillet 2018 après une carrière chez Airbus, alors que le projet de fusio...

Google Cloud : rendez-vous le 18 juin Porte de Versailles pour accélérer votre transformation digitale

Google Cloud : rendez-vous le 18 juin Porte de Versailles pour accélérer votre transformation digita...

Le 18 juin 2019 est une date à ne pas manquer ! Google Cloud organise le Cloud Summit Porte de Versailles. Un événement immersif qui réunit l’ensemble...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message