Benoît Le Bars et Simon Christiaën (Lazareff Le Bars) : « L’Afrique est un axe majeur du cabinet depuis quelques années »

Avec le lancement d’une plate-forme dédiée à la structuration de projets, l’accompagnement des États et autorités publiques au soutien des réformes pour renforcer l’environnement des affaires en Afrique, le renforcement de la pratique arbitrale avec l’arrivée d’un nouvel associé, le cabinet Lazareff Le Bars accélère son positionnement de boutique dédiée à l’arbitrage et au commerce international tournée vers le continent africain.

Avec le lancement d’une plate-forme dédiée à la structuration de projets, l’accompagnement des États et autorités publiques au soutien des réformes pour renforcer l’environnement des affaires en Afrique, le renforcement de la pratique arbitrale avec l’arrivée d’un nouvel associé, le cabinet Lazareff Le Bars accélère son positionnement de boutique dédiée à l’arbitrage et au commerce international tournée vers le continent africain.

Décideurs. Vous avez récemment restructuré votre pôle Afrique au sein du cabinet.

 

Benoît Le Bars. L’Afrique est un axe majeur et historique du cabinet (Droit des sociétés et de l’arbitrage international. Pratique en droit de l’Ohada, Éditions Joly). Le renforcement du pôle Afrique arrive à un tournant dans l’implication du cabinet au soutien de la croissance inclusive recherchée sur ce continent. Nous sommes en train de mettre en place une plate-forme, EntrepreneurAfrica, matérialisant tout ce qui existe déjà au sein du cabinet à savoir notre philosophie d’un conseil souple, sur mesure et innovant. Avec cet outil, notre ambition est de renforcer notre positionnement dans l’accompagnement des projets entrepreneuriaux sur le continent, main dans la main avec un ensemble de professionnels dédiés. Il s’agit d’un accompagnement clé en main pour nos clients qui intègre, mais ne se limite pas à, une structuration juridique. Notre philosophie est dans une approche rénovée du conseil par la mise en perspective des visions de l’avocat, du consultant en stratégie, du financier et des opérateurs de terrain au service commun d’un même projet. Les relais de notre plate-forme demeurent les outils qui nous ont fait connaître : le MIDAA1, notre revue trimestrielle, les conférences annuelles RIDAA2, ayant lieu à la fois sur le continent et à Paris, et notre réseau d’experts sur le continent. La plate-forme sera adossée à un site dédié, également appelé Entrepreneur Africa. L’Afrique n’est pas à la croisée des chemins, elle est le chemin. C’est notre profonde conviction.

 

Décideurs. Vous expliquez que différentes expertises sont combinées… comme la propriété intellectuelle ?

 

Simon Christiaën. En tant qu’associé en propriété intellectuelle, j’interviens aussi sur ces projets, ces derniers comportant de nombreux aspects relevant de la propriété intellectuelle comme des questions de brevet, de modèle, ou encore de marque. Par ailleurs, depuis le début de l’année, je suis arbitre à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). À titre d’exemple, un client dans la restauration rapide vient de nous confier le déploiement de sa marque dans dix-sept pays. Nous avons ainsi déposé ladite marque auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) qui a son siège à Yaoundé au moyen d’un dépôt unique valant pour l’ensemble des pays concernés. Ce projet illustre, à lui seul tout le développement en Afrique : il a une dimension sociale et environnementale. Nous accompagnons ainsi les entrepreneurs à la création d’un écosystème complet tourné vers le service aux consommateurs africains. In fine, l’objectif est toujours d’offrir de meilleures conditions de vie locales respectueuses des traditions.

 

Décideurs. Votre activité arbitrale a aussi connu des transformations récemment…

 

B.L.B. Les derniers mois ont vu éclore notre projet d’« Académie africaine de l’arbitrage », qui a servi d’accélérateur sur le continent en nous faisant encore mieux connaître dans cette discipline. Nous avons depuis des sollicitations directes d’États pour les accompagner. Par ailleurs, nous avons récemment assisté un client dans un contentieux relatif à des questions de concession, dans le deuxième plus grand projet aurifère du continent, par lequel nous avons proposé une solution innovante de médiation ad hoc impliquant l’État et les autorités publiques. En outre, je copréside le groupe de travail de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), regroupant huit pays d’Afrique membres du Comesa sur la création d’un nouveau centre d’arbitrage à Djibouti. L’objectif est d’aboutir à la création d’un centre d’arbitrage international pour la sous-région, traitant des problématiques propres au commerce international en Afrique de l’Est. Nous nous attelons à la préparation d’un règlement d’arbitrage afin de rendre la résolution des litiges plus fluide et plus rapide. En effet, le règlement des différends par le biais de l’arbitrage est une solution privilégiée par les acteurs économiques, les procédures devant le juge national étant souvent longues et peu adaptées aux questions techniques liées aux importations. Enfin, nous avons renforcé notre pratique arbitrale avec l’arrivée d’un nouvel associé début avril en la personne de Jean-Claude Najar. Jean-Claude, qui est spécialisé dans les domaines de l’énergie et de la pharmacie, intervient à la fois comme arbitre et conseil dans cette matière qu’il pratique depuis de nombreuses années, notamment au Moyen-Orient et en Europe du Sud. Nous travaillons d’ores et déjà sur des partenariats avec des confrères au Moyen-Orient.

 

E.S.

 

[1] MIDAA : Magazine international du droit des affaires en Afrique.

[2] RIDAA : Rencontres internationales des affaires en Afrique.

[3] Comesa : Marché commun de l’Afrique orientale et australe.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Afrique 2016

Matières premières, innovation, culture … l’Afrique est une inépuisable source de richesses. Du nord au sud, de l’ouest à l’est, les investisseurs étrangers travaillent main dans la main avec les entrepreneurs locaux. Cette alliance est le pari gagnant du continent qui compte énormément sur la nouvelle génération pour créer l’Afrique de demain.
Sommaire
Gilets jaunes, fin de partis ?

Gilets jaunes, fin de partis ?

Le mouvement des Gilets jaunes marque une rupture dans l’histoire de la Ve République. Ne s’estimant plus représentés par les partis politiques et les...

Procédures collectives : vers la fin de la saga Maranatha ?

Procédures collectives : vers la fin de la saga Maranatha ?

Le 17 octobre dernier, le tribunal de commerce de Marseille a mis fin au suspens concernant le redressement judiciaire de Maranatha, cinquième groupe...

François Jubin (WiseAM) : « Notre objectif est d’être un partenaire très étroit du business des CGP »

François Jubin (WiseAM) : « Notre objectif est d’être un partenaire très étroit du business des CGP...

Créée en 2011 à l’initiative de François Jubin, la société de gestion WiseAM a connu une très forte progression en fin d’année 2017 et en début d’anné...

Jean-François Chatelain (Family Partners) : « Il est nécessaire de composer avec tous les acteurs de l’écosystème »

Jean-François Chatelain (Family Partners) : « Il est nécessaire de composer avec tous les acteurs de...

Depuis sa création, Family Partners a fait du chemin. Avec un modèle économique novateur et exempt de tout conflit d’intérêt, Jean-François Chatelain...

Granrut devient Herald

Granrut devient Herald

Soixante ans après sa création, le cabinet Granrut se renouvelle en prenant le nom d’Herald.

Marc Thiercelin entre terre et mer

Marc Thiercelin entre terre et mer

Vous l’avez peut-être suivi lors de l’une des nombreuses courses auxquelles il a participé, du Vendée Globe à la Transat Jacques-Vabre. Marin confirmé...

Isabelle Lenicolais (Fnac-Darty) : "Nous devions expliquer les opportunités de la fusion"

Isabelle Lenicolais (Fnac-Darty) : "Nous devions expliquer les opportunités de la fusion"

Directrice des projets RH, Isabelle Lenicolais est également chargée de piloter la conduite du changement au sein du nouveau groupe Fnac-Darty. Object...

Régulation financière : la France et la Chine coopèrent

Régulation financière : la France et la Chine coopèrent

L’AMF et son homologue chinois (la CSRC) travailleront dorénavant ensemble à l’élaboration du corpus réglementaire des marchés de capitaux français et...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message