Benoît Bonello (Suez): « L’avenir se situe au croisement des enjeux business et sociaux »

Benoît Bonello pilote la Maison pour rebondir, le laboratoire d’innovation sociale de Suez. Créé à Bordeaux en 2012, le programme développe des projets qui font converger emploi et économie circulaire, à destination de personnes qui rencontrent des difficultés pour s’insérer professionnellement...

Benoît Bonello pilote la Maison pour rebondir, le laboratoire d’innovation sociale de Suez. Créé à Bordeaux en 2012, le programme développe des projets qui font converger emploi et économie circulaire, à destination de personnes qui rencontrent des difficultés pour s’insérer professionnellement...

Décideurs. Comment est né le programme la Maison pour rebondir ?

Benoît Bonello. Le projet a vu le jour au sein des équipes de la Lyonnaise des eaux. Il a ensuite été repris par la direction des ressources humaines puis a été lancé en 2012. Il part du constat selon lequel il existe un mur entre le monde social – les acteurs de l’insertion et de l’emploi, les associations – et les entreprises. L’objectif à son lancement était de développer l’emploi sur Bordeaux et sa région. Ce territoire a été choisi car l’entreprise y est particulièrement bien implantée et l’ensemble de ses activités représenté.

En quoi consiste-t-il ?

Le premier volet est celui du recrutement. Nous avons travaillé avec les équipes de terrain pour réserver des postes (agents de réseau, techniciens de bureaux d’études, conducteurs poids lourds…) à des personnes éloignées de l’emploi. Contribuer au développement de la création d’entreprises constitue le deuxième volet. Chaque année, quinze personnes sont orientées vers la Maison pour rebondir par les acteurs publics et associatifs des territoires. Des bénévoles, coachs notamment, leur offrent un accompagnement personnalisé pendant neuf mois. Plusieurs entreprises sont nées dans ce programme, par exemple une épicerie à Pessac et une entreprise de peinture en bâtiment.

Existe-t-il des liens avec l’activité de Suez ?

C’est l’objet du troisième volet du programme, directement lié au fait que Suez est une entreprise de l’économie circulaire. Derrière chaque déchet, il y a un potentiel de développement d’emplois et des synergies à envisager avec le groupe. Par exemple, nous avons fait le lien avec les experts des huiles alimentaires de Suez et une association faisant la collecte des bio-déchets auprès des restaurants de la ville pour les valoriser en bio-carburants. Un partenariat a été noué et cette association a ainsi pu équilibrer son modèle économique, développer un nouveau service (la collecte des huiles alimentaires usagées) et recruter cinq personnes supplémentaires.

Quels sont vos projets de développement ?

Il y a sept mois, nous avons créé une direction de l’innovation sociale avec la volonté d’y regrouper toutes les initiatives s’y rapportant. Je dispose désormais d’un financement direct, ce qui est déterminant, ainsi que d’une équipe dédiée. Nous avons plusieurs projets de développement autour de notre collaboration avec l’économie sociale et solidaire, l’intrapreneuriat et le mécénat de compétences notamment. L’ensemble du programme est piloté depuis Bordeaux où nous disposons d’un local de 500 m2 qui nous permet d’héberger des projets. Mais il se déploie désormais sur d’autres régions clés. Il existe un pilote dans le Val-de-Marne. La Maison pour rebondir s’installera également à Lyon en 2018... Nous sommes en effet convaincus qu’il faut conserver une logique territoriale.

Votre programme a-t-il un impact sur la direction des ressources humaines du groupe ?

Oui ! Nous sommes une véritable force de transformation de l’entreprise. Les acheteurs et les commerciaux ont reçu une formation spécifique, nous avons intégré une clause d’insertion professionnelle dans nos appels d’offres… Je crois vraiment dans la possibilité d’aligner business et enjeux sociaux. L’avenir se situe au croisement de ces deux mondes.

 

Propos recuillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Arnaud Laurent (We Sprint) : “Notre métier d’incubateur est celui d’un micro fonds”

Arnaud Laurent (We Sprint) : “Notre métier d’incubateur est celui d’un micro fonds”

Avec son incubateur régional WeSprint, Arnaud Laurent cherche à accélérer la croissance des jeunes sociétés créées en Occitanie. En échange d’un pourc...

L’immobilier de bureau parisien continue sur sa lancée

L’immobilier de bureau parisien continue sur sa lancée

Les bureaux franciliens sont toujours aussi prisés. La demande placée continue de s'accroître à un rythme important. Le secteur a connu en ce début d’...

Premier trimestre morose pour les ventes de logement neufs

Premier trimestre morose pour les ventes de logement neufs

Après une augmentation des ventes en 2017, les logements neufs ont du mal à trouver preneur en ce début d’année, selon la FPI. En cause, la baisse sig...

A.Corpas (OneLife) : « Nous essayons d’aller plus loin que la question isolée du type d’actifs »

A.Corpas (OneLife) : « Nous essayons d’aller plus loin que la question isolée du type d’actifs »

Le contrat d'assurance-vie luxembourgeois est réputé pour ses aspects sécurisants. Mais qu'en est-il lorsqu'on souhaite y insérer des actifs non trad...

Bruno Lasserre prend la tête du Conseil d’État

Bruno Lasserre prend la tête du Conseil d’État

L’homme qui a dirigé le gendarme de la concurrence durant douze ans vient d’être nommé vice-président de la plus haute juridiction administrative en C...

Plan de sauvegarde pour les routes nationales

Plan de sauvegarde pour les routes nationales

La ministre des Transports, Elizabeth Borne a dévoilé les nouvelles mesures du gouvernement pour améliorer le réseau routier, dont la dégradation devi...

Alain Calmé (European Camping Group) : « Notre principal défi est de rester une entreprise agile »

Alain Calmé (European Camping Group) : « Notre principal défi est de rester une entreprise agile »

Alain Calmé rejoint le groupe Homair en 2010 afin de porter le projet stratégique de développement du groupe. Depuis son arrivée, European Camping Gr...

J.Barré (Franklin) : « Cela pourrait bien poser un réel problème de rupture de confidentialité et d’égalité de traitement »

J.Barré (Franklin) : « Cela pourrait bien poser un réel problème de rupture de confidentialité et d’...

Parmi les évolutions fiscales entreprises en ce début de quinquennat, l'IFI fait parler de lui, mais il convient de ne pas occulter le vieux serpent d...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message