B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate"

B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate"

A la fois exploitant d’infrastructures énergétiques et fournisseur de services, Idex a vu certaines de ses activités fortement impactées par la crise sanitaire. Benjamin Frémaux, récemment nommé directeur général, nous explique comment les équipes se sont mises en ordre de marche.

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté vos différents métiers ?

Nous couvrons des champs d'activités assez variés, puisque nous sommes à la fois constructeurs et exploitants d’infrastructures énergétiques, ainsi que fournisseurs de services énergétiques pour le compte de clients publics et privés. La crise nous a donc touché de manière assez disparate. Les activités vitales pour l’économie française sont celles qui ont le mieux résisté à la crise : c’est le cas pour nos infrastructures, puisque tous nos réseaux de chaleur et de froid, ainsi que nos unités de valorisation d’énergie ont continué à fonctionner, bien que certaines installations aient dû fonctionner en mode dégradé. Les services ont en revanche été bien plus impactés : toutes nos activités de travaux ont été mises à l’arrêt tandis que les interventions dans les logements ont dû être limitées aux opérations urgentes, l’activité dans ce secteur ne se maintenant qu’à hauteur de 10 %. Paradoxalement, nous avons également connu des pics d’activité dans certains secteurs, notamment pour les hôpitaux, le secteur de la santé représentant environ 10 % de notre chiffre d’affaires dans le secteur de la santé. Ce surcroit d’activité ne compense évidemment pas la chute globale de l’activité.

Dos au mur, l’organisation s’adapte en un temps record

Quel plan avez-vous mis en place ?

Très honnêtement, nous avons pris cette crise de plein fouet et de manière assez peu anticipée. Nous avons mis en place une cellule de crise la semaine des annonces gouvernementales, afin de mettre tous ceux qui pouvaient l’être en télétravail. C’est intéressant de constater que dos au mur, l’organisation s’adapte en un temps record. Cette cellule de crise continue à se réunir tous les matins, afin de s’occuper de la mise en sécurité du personnel sur le terrain et de la gestion des EPI. En tant que gros consommateurs de masques FFP2 dans notre activité, nous disposions d’un stock qui a été saisi, nous avons donc dû le reconstituer en urgence via nos propres circuits d’approvisionnement.

Comment vos équipes vivent-elles cette crise ?

Plusieurs de nos salariés ont été atteints, à la fois dans les fonctions de siège et dans les fonctions opérationnelles. Certaines personnes étant toujours à l’hôpital et dans le coma, nous suivons l’évolution de leur santé avec une attention particulière. Pour les équipes sur le terrain, les situations sont très disparates puisque les techniciens itinérants continuent leur métier, presque comme si de rien n’était, en gérant la maintenance des chaufferies dont ils ont la charge. Ceux postés en CHU ont en revanche l’angoisse du travail dans un milieu contaminé, puisque certains ont été amenés à intervenir en « zones Covid ». Les équipes dédiées au logement ressentent également ce risque. C’est la difficulté de gérer une crise comme celle-là dans une société comme la nôtre : malgré un nombre de salariés relativement restreint par rapport aux grands groupes, nous avons une multitude de situation à gérer. Il a fallu opérer au cas par cas, avec une communication managériale plus forte qu’en temps normal. Cela a eu le mérite de rapprocher les équipes de direction du reste des salariés : paradoxalement, le confinement s’est avéré être un vecteur de cohésion sous-estimé.

Nos activités d’infrastructures renouvelables devraient avoir le vent en poupe

Comment cela impactera votre stratégie et vos métiers à plus long terme ?

Nous identifions, pour l’instant, deux impacts positifs de court et moyen terme. A très court terme, le sujet qui préoccupe en ce moment nos clients est celui de la qualité de l’air intérieur, qui est aussi l’un de nos métiers. Avec le Green Deal européen, nos activités d’infrastructures renouvelables devraient avoir le vent en poupe, notamment en matière de chaleur, un secteur peu décarbonné en France… Mais paradoxalement, nous sommes très inquiets des prix de l’énergie en chute libre. Plus globalement, le ralentissement de l’activité économique nous expose également, puisque chaque site tertiaire ou industriel qui ferme est un client potentiel en moins.

Quelle incidence sur le combat climatique ?

En l’absence de vraie taxe carbone, les prix des énergies fossiles sont à des niveaux historiquement bas, alors que la perte de recettes fiscales par les États compliquera la construction de nouvelles infrastructures. La transition énergétique ne peut pas fonctionner sans volonté politique. Il va donc falloir gérer collectivement cet énorme paradoxe, à savoir qu’il y a à la fois une très grande prise de conscience de notre vulnérabilité au changement climatique et en même temps des signaux économiques totalement contradictoires.

Propos recueillis par Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message