Benjamin Flottes De Pouzols (Wenimmo) : "Notre approche : la digitalisation de bout en bout"

Quelques mois après le lancement officiel de Wenimmo, Benjamin Flottes De Pouzols, associé et directeur du développement, revient sur les débuts prometteurs de la plateforme spécialisée dans la distribution de fonds d'investissement alternatifs immobiliers, et notamment des SCPI.

Quelques mois après le lancement officiel de Wenimmo, Benjamin Flottes De Pouzols, associé et directeur du développement, revient sur les débuts prometteurs de la plateforme spécialisée dans la distribution de fonds d'investissement alternatifs immobiliers, et notamment des SCPI.

Décideurs. Vous avez officiellement lancé la plateforme en décembre 2020, pouvez-vous revenir sur la genèse de Wenimmo ?

Benjamin Flottes De Pouzols. Wenimmo c’est tout d’abord la rencontre entre Franck Accambray et deux ingénieurs informaticiens, Amine Debbache et Zakaria El Gharbi, qui travaillaient depuis trois ans sur un outil de souscription digitalisé à destination des sociétés de gestion. Il a été décidé de réorienter cette approche vers la distribution qui nous semblait plus en phase avec les attentes du marché. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une plateforme destinée aux CGP CIF : Wenimmo. J’ai rejoint le projet en mai 2020 en apportant mon expertise commerciale de distribution des SCPI, et en répondant aux difficultés qu'ils rencontrent au quotidien, y compris concernant la digitalisation de l’offre. Le lancement de notre plateforme totalement indépendante, détenue par les quatre associés fondateurs a été effectué le 8 décembre 2020 avec la mise en production de l’outil fourni par Kaleid Softwares, un éditeur de logiciel Fintech de pointe avec les mêmes actionnaires. Les premières souscriptions ont été faites dans la foulée.

Pouvez-vous nous décrire votre offre ? Qu’est-ce qui la distingue de vos concurrents ?

Wenimmo est une plateforme 100 % digitale, en architecture ouverte, et multiproduit (SCPI, OPCI et produits de diversification) à destination des CGP ayant un statut CIF. Des solutions digitales existent déjà, mais aucune n’offre un parcours digitalisé de bout en bout avec, en plus, la particularité d’une signature électronique englobant dans le même parcours la souscription, par exemple, d’une dizaine de SCPI de dix sociétés de gestion différentes simultanément. Pour une plateforme en architecture ouverte, il s’agit d’une démarche réellement novatrice. L’approche avec laquelle a été abordé le processus de souscription est désormais orientée client et non plus produit.

La crise a engendré un virage vers la digitalisation chez l’ensemble des CGP. Votre offre a-t-elle séduit le marché ?

La crise sanitaire a forcément développé les besoins de digitalisation, il fallait en effet que les CIF continuent leur activité, même s’ils ne pouvaient plus voir leur client en présentiel. Wenimmo apporte le chaînon manquant : une souscription simplifiée, une relation entre les différents interlocuteurs fluidifiée, appuyés par une technologie de pointe. Au moment où nous échangeons, les premiers retours sont très positifs. La centralisation que permet notre outil apporte donc une réelle simplification administrative à nos partenaires et leurs clients.

Vous venez de vous lancer, quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Depuis janvier, nous avons assisté à une accélération tant du nombre de nos partenaires CIF que du nombre de sociétés de gestion que nous distribuons. Nous venons par exemple d’intégrer huit SCPI dans notre processus de digitalisation de La Française AM, auxquelles vont aussi prochainement s’ajouter Iroko et Kyaneos. À date, c’est maintenant une quarantaine de produits d’une quinzaine de sociétés de gestion qui sont accessibles sur la plateforme Wenimmo. La prochaine étape importante est la souscription des parts de SCPI en démembrement en format électronique attendue pour la fin de cette année, une véritable innovation ! D’autres projets sont également en cours : un parcours digitalisé de financement, l’intégration du prélèvement SEPA, l’intégration dans un parcours de souscription digitalisé d’une offre de private equity et une application mobile accessible aux clients des CIF. À moyen terme, nous menons des travaux de R&D sur l’intégration de l’intelligence artificielle et des algorithmes de deep learning dans nos parcours de souscription pour rendre l’expérience utilisateur plus aboutie.

Propos recueillis par Sandy Andrianabiby

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte