Bâtonnat de Paris : les avocats ont choisi

Les avocats parisiens ont élu Marie-Aimée Peyron et Basile Ader à la tête de l’Ordre du barreau de Paris. La bâtonnière et le vice-bâtonnier mettront leur mandat sous le signe de la continuité.
Marie-Aimée Peyron et Basile Ader

Les avocats parisiens ont élu Marie-Aimée Peyron et Basile Ader à la tête de l’Ordre du barreau de Paris. La bâtonnière et le vice-bâtonnier mettront leur mandat sous le signe de la continuité.

À la suite du scrutin à double tour qui s’est tenu les mardi 29 novembre et jeudi 1er décembre, les avocats de Paris - 30 000 inscrits - ont élu le tandem Marie-Aimée Peyron et Basile Ader pour les représenter à partir du 1er janvier 2018. Avec 52,27 % des suffrages exprimés, soit 5 203 voix, ils l’emportent face à Olivier Cousi et Nathalie Roret.

 

Règle des quinze ans

Le dauphin et son vice-dauphin ont fait leur campagne sur des slogans comme « une voix pour tous les avocats » ou « un ordre au service de tous ». Un positionnement rassembleur fondé sur une profonde connaissance des institutions représentatives de la profession d’avocat. En effet, Marie-Aimée Peyron était membre du Conseil national des barreaux (CNB) au début de sa carrière : avocate depuis 1989, elle entre dans l’institution en 1997. En 2002, elle est élue au conseil de l’Ordre du barreau de Paris, d’abord en qualité de secrétaire du Conseil puis de la déontologie. En janvier 2009, elle devient vice-présidente du CNB puis secrétaire générale en 2015. À cela s’ajoute son engagement syndical : présidente de l’Union des jeunes avocats (UJA) en 1995, elle est vice-présidente de la Fédération nationale des unions de jeunes avocats (FNUJA) de 1996 à 1999. L’avocate inscrit son mandat dans la continuité de celui de Frédéric Sicard qu’elle connaît bien et qu’elle n’a pas manqué de citer lors du débat télévisé de l’entre-deux-tours.

Marie-Aimée Peyron dirige depuis 2011 le département contentieux de Squire Patton Boggs, le cabinet né de la fusion entre Squire Sanders et Patton Boggs en juin 2014. Spécialiste des contentieux complexes et du travail, elle est entourée de trois associés et d’une douzaine de collaborateurs, une équipe sur laquelle elle peut compter durant son mandat de bâtonnière. C’est d’ailleurs en les sondant sur leurs propres préoccupations professionnelles qu’elle a démarré sa campagne. « Lorsque j’ai demandé à mes jeunes collaborateurs quel était leur souci majeur, j’ai été très surprise d’entendre qu’il s’agissait de la CNBF », raconte l’ancienne candidate qui fait référence à la retraite des avocats. Marie-Aimée Peyron s’est donc saisie de la règle des quinze ans qui consiste à exclure des cotisations sociales les avocats ayant exercé moins de quinze ans consécutivement. Les avocats sont pourtant nombreux à quitter la profession au début de leur carrière. « Cette règle vient d’être supprimée », s’est-elle réjoui.

 

Réconcilier les institutions

L’avocate est par ailleurs favorable à l’interprofessionnalité, plaidant pour une grande profession du droit qui « se fera inéluctablement ». Elle est également pour l’ouverture du capital des cabinets d’avocats « mais seulement à moins de 50 % ». La future bâtonnière souhaite encadrer les réformes qui touchent la profession d’études d’impact, ce qui évitera les dissonances sur les plus projets structurels de la profession comme la Maison des avocats et son financement. Et bien sûr, Marie-Aimée Peyron veut réconcilier les institutions. Elle sera d’expérience le lien entre l’Ordre et le CNB.

Évoquant Basile Ader, elle pense à son talent d’orateur, illustré par son intervention à la Berryer quelques jours avant l’élection, et à son initiative de création de l’avocat agent d’artiste. Membre du conseil de l’Ordre entre janvier 2010 et décembre 2012, le futur vice-bâtonnier exerce dans le cabinet qu’il a créé en 1991 avec son associée Claire Jolibois. Secrétaire de la conférence en 1993, il a commencé sa carrière aux côtés du pénaliste Henri Leclerc. Mais il choisit de se spécialiser en droit des médias, un attrait exprimé dès 1986 lorsqu’il fonde Legipresse, un site d’actualité sur le droit de la presse et de la communication. Il enseigne depuis presque vingt-cinq ans le droit des médias à l’Institut pratique du journalisme.

 

Marie-Aimée Peyron et Basile Ader siégeront au conseil de l’Ordre à partir du 2 janvier 2017. Ce qui leur permettra de préparer leur mandat de deux ans à partir du 1er janvier 2018.

 

Pascale D’Amore

 

Lire l'interview de Marie-Aimée Peyron et Basile Ader sur carrières-juridiques.com

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dentons approfondit son ancrage en Amérique centrale

Dentons approfondit son ancrage en Amérique centrale

Le géant du droit Dentons se rapproche d’un cabinet d’affaires implanté au Honduras : Gustavo Zacapa y Asociados.

S. Stantchéva : "Les impôts actuels sont inadaptés aux Gafa"

S. Stantchéva : "Les impôts actuels sont inadaptés aux Gafa"

Professeure d’économie à Harvard, Stéfanie Stantchéva nous éclaire sur la taxe Gafa et les défis que posent les géants plateformisés aux systèmes de t...

HFW s’installe à Monaco

HFW s’installe à Monaco

La firme britannique, spécialiste du shipping, recrute une équipe de chez Ince & Co pour investir un marché stratégique.

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message