Barbier Legal : le couteau suisse français

Spécialisé en restructuring, actif entre la France et la Suisse, le cabinet d’avocats Barbier Legal conseille une clientèle d’investisseurs, d’industriels, de financiers, de family offices, d’administrateurs et de mandataires judiciaires depuis sa création en août 2015.

Spécialisé en restructuring, actif entre la France et la Suisse, le cabinet d’avocats Barbier Legal conseille une clientèle d’investisseurs, d’industriels, de financiers, de family offices, d’administrateurs et de mandataires judiciaires depuis sa création en août 2015.

Lorsque Jérôme Barbier a ouvert son cabinet en août 2015, il l'a fait en toute discrétion. Rien de plus logique pour cet avocat français plongé dans la culture suisse. « Les Français et les Suisses francophones parlent la même langue mais pas toujours le même langage », explique-t-il pour justifier l’intérêt pour son équipe de réunir les deux pays. En effet, Barbier Legal est un cabinet de niche présent à Paris et Neuchâtel. À sa tête : un spécialiste du restructuring passionné par la matière depuis quinze ans. Jérôme Barbier fonde son cabinet à 38 ans avec un business model réfléchi : « Dans le domaine du restructuring, l’intuitu personae est plus important encore que dans d’autres matières. D’où le succès des cabinets de niche portés par un nom. » L’ambition est réelle puisque l’avocat s’appuie sur ses expériences passées. Il se rode au contentieux des affaires chez White & Case où son associé Philippe Métais l’implique sur le dossier du consortium de réalisation (CDR). Son LLM en poche, il poursuit chez Latournerie Wolfrom & Associés. Il intègre ensuite Poulain & Associés, un des cabinets français les plus reconnus en la matière. Pendant cinq ans aux côtés de Jean-Paul Poulain dont il deviendra associé, il enchaîne les dossiers de restructuration de fonderies, travaille sur la reprise par un groupe saoudien de Petitjean, celle de l'entreprise de transport Mory, le plan de sauvegarde du groupe Loret en Guadeloupe pour lequel l’avocat mène une soixantaine de procédures différentes. Il quitte la maison en 2013 pour rejoindre SEH Legal et s’investit alors dans les dossiers Rolpin et Rolkem (fabricants de contreplaqué cédés à des japonais), les reprises de Reims Aviation Industries et Atlantic Air Industries par ASI Innovation et la restructuration du journal Nice Matin.

 

L’école Borloo

Jérôme Barbier fait partie de cette deuxième génération d’avocats formés par les aînés de « l’école Borloo », éloignée des experts en corporate venus au restructuring en raison de la crise de 2008. Son esprit entrepreneurial l’a poussé à proposer une offre de proximité aux entreprises et investisseurs français, européens et suisses. Selon l’avocat, « la Suisse n’a pas la culture du restructuring compte tenu de la solidité de son économie. Il n’en demeure pas moins que le pays a des besoins dans cette matière. » Pour pouvoir y répondre, Jérôme Barbier et sa collaboratrice, germanophone, se sont rodés au droit suisse des procédures collectives, « à la philosophie différente du droit français mais aux outils parfois similaires », explique-t-il en citant le droit des « poursuites et faillites » local. Autorisé depuis octobre 2015 à exercer la représentation en justice dans le pays, il compte bien accueillir des avocats locaux dans son cabinet.

Pour ses clients, son action s’apparente à celle d’un urgentiste de l’entreprise : détermination d’un diagnostic, visite de terrain puis passage à l’action. Des méthodes de travail rodées en cabinets qui rencontrent un franc succès auprès des entreprises suisses de services, du secteur des machines-outils ou de l’horlogerie que Barbier Legal conseille déjà. Des fonds d’investissement consultent également l’équipe pour la réalisation de leurs opérations de l’autre côté des Alpes « en raison du grand nombre d’opportunités et de la difficulté à se constituer un réseau », selon le fondateur. Un obstacle que lui-même a franchi il y a bien longtemps.

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

M. Salmela (Hogan Lovells) : "Nous sommes une équipe unie et pluridisciplinaire dédiée aux industries de santé"

M. Salmela (Hogan Lovells) : "Nous sommes une équipe unie et pluridisciplinaire dédiée aux industrie...

Reconnue sur le marché, l’approche sectorielle du cabinet Hogan Lovells dans le domaine des Sciences de la vie repose sur un esprit d’équipe rare et s...

BlackRock dépasse les 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion

BlackRock dépasse les 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion

Le premier gérant d’actif au monde a annoncé vendredi dernier avoir dépassé la barre des 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, à fin déce...

Concurrence : des huissiers lourdement sanctionnés

Concurrence : des huissiers lourdement sanctionnés

Le 13 janvier, l’Autorité de la concurrence a rendu deux décisions par lesquelles elle condamne pour entente le Bureau de signification de Paris ainsi...

Hughes Hubbard Paris consolide sa pratique conformité

Hughes Hubbard Paris consolide sa pratique conformité

La nomination en tant qu'associée de Marie-Agnès Nicolas, spécialiste de l’anticorruption et des enquêtes internes, constitue une nouvelle étape pour...

Delcade s’installe à Biarritz

Delcade s’installe à Biarritz

Delcade ouvre un nouveau bureau à Biarritz et y accueille le fiscaliste Antoine Descotte en qualité d’associé.

Fichorga et FoxNot s’unissent pour numériser le notariat

Fichorga et FoxNot s’unissent pour numériser le notariat

Mutualiser savoir-faire et compétences pour accompagner l’évolution des notaires : voilà, en somme, l’idée à l’origine du rapprochement entre les deux...

N. Hubert (Milleis Banque) : "Les mouvements audacieux sont souvent opportunistes"

N. Hubert (Milleis Banque) : "Les mouvements audacieux sont souvent opportunistes"

Croissance externe, codes du luxe, innovation, Milleis Banque affirme sa nouvelle identité et ses ambitions. Échange avec Nicolas Hubert, directeur gé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte